Comment Macron prépare la fin de la répartition

Retraites : les compagnies d’assurance en embuscade

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Depuis une semaine, le gouvernement et ses relais médiatiques jurent la main sur le cœur que la retraite par points, c’est pour sauver le système par répartition cher aux français, et qu’il ne s’agit absolument pas d’ouvrir les portes à la capitalisation ! Pourtant, tout démontre que c’est bel-et-bien l’objectif inavouable de cette réforme. Et les compagnies d’assurance se frottent déjà les mains :

Que sait-on de la retraite par points dans les pays où elle existe déjà ? Que la valeur du point ne fait que baisser, et que partout où ce système est en vigueur, les parlements votent des volets capitalisation obligatoires. Car au bout d’un moment, les points collectés ne suffisent plus à vivre décemment [1].

Et ce, même si c’est un organisme paritaire qui est chargé de vérifier la valeur du point, comme l’a annoncé Edouard Philippe mercredi dernier [2] : c’est aussi un organisme paritaire qui gère l’assurance chômage, mais du moment que c’est l’État qui fixe le cadre, il peut faire ce qu’il veut, et notamment des réformes brutales, comme on l’a vu le mois dernier [3]. Ce n’est donc absolument pas une garantie sur la valeur du point, puisque le « cadre » sera voté chaque année à l’assemblée lors du projet de loi de finances.

Ensuite, comme l’expliquait Jean-Michel Dumay dans sa dernière chronique Usage de Faux, la réforme des retraites en France propose de plafonner à 10 000 euros de salaires les cotisations et les droits en retour. Résultat, que vont-faire les cadres qui gagnent plus ? Et bien pour s’assurer un taux de remplacement correct, ils vont se tourner vers des complémentaires privées. Alors qu’aujourd’hui, dans le régime des cadres, ils peuvent cotiser et ouvrir des droits jusqu’à 30 000 euros de salaire par mois ! Rappelez-vous du mot, « répartition » : il s’agit de répartir entre ceux qui gagnent beaucoup et ceux qui gagnent moins. Avec cette réforme, les plus riches sortiraient du système et on pourrait se répartir l’argent des pauvres entre pauvres !

D’ailleurs, le gouvernement a déjà commencé à inciter les riches à se tourner vers la capitalisation : souvenez-vous de la fameuse Loi Pacte, dans laquelle étaient contenues les privatisations de FDJ, d’ADP, et un tas d’autres énormités. Dans cette loi Pacte, un article stipule que les cotisations à des plans d’épargne retraites privés sont désormais... déductibles à 100% des revenus du contribuable [4] ! Déductibles, comme les dons pour Notre-Dame. Nous subventionnons avec nos impôts la sécession des riches de notre système par répartition. Et l’assurance AG2R la Mondiale jubile sur son site internet : « La loi Pacte vise à rendre ces produits plus attractifs ».

Mais le scandale ne s’arrête pas là : ces dispositions de la loi Pacte et de la réforme par points pourraient avoir été directement soufflées au gouvernement par l’un des plus grands fonds de pension du monde, le géant américain de la finance et de l’assurance BlackRock [5]. En effet, on a appris il y a quelques jours que le PDG de BlackRock, Larry Fink, a été reçu en catimini plusieurs fois à l’Elysée ces derniers mois [6]. On découvre même qu’en juin 2019, quelques jours avant la remise du rapport Delevoye, BlackRock a remis un document de 15 pages avec ses « recommandations » au gouvernement pour la réforme des retraites. Un lobbyisme acharné que BlackRock avait déjà mis en oeuvre pour la loi Pacte : on trouve sur leur site un charmant petit dossier intitulé « Loi Pacte, le bon plan retraite » !

Entre ces incitations fiscales, le plafond de cotisations pour les hauts revenus et le lobbyisme intense des fonds de pension, ce n’est plus une question mais une constatation : c’est bien la fin de la répartition que prépare Emmanuel Macron.

chronique : Jérémie Younes
montage : Pascal Montagna

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Écouter la vidéo au format audio :

[VIDÉO] Retraites : les compagnies d’assurance en embuscade

Notes

[1Lou Marillier, « Retraites : en Suède, des points qui varient selon les années », Libération, 11 décembre 2019

[2« La loi donnera des garanties incontestables sur la valeur du point, pour garantir le niveau des retraites. Nous demanderons aux partenaires sociaux de fixer sa valeur et son évolution, sous le contrôle du Parlement. » Edouard Philippe, 11 décembre 2019.

[3Dan Israel, « Ce que le gouvernement fait aux chômeurs », Mediapart, 29 octobre 2019

Voir aussi

« Ces financiers qui dirigent le monde - Blackrock »

Arte, septembre 2019.

Sur notre site

À écouter

À voir

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Avec le sociologue François Héran qui publie « Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression » (La découverte) Les islamo-gauchistes mangeront-ils nos enfants ? Rencontre avec François Héran (1/2) AbonnésVoir

Le

Suite à l’assassinat de Samuel Paty en octobre 2020, le sociologue et démographe François Héran professeur au Collège de France a adressé une [Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression-C’est la base du livre qu’il publie à la Découverte. >https://www.editionsladecouverte.fr/lettre_aux_professeurs_sur_la_liberte_d_expression-9782348069277] (La Découverte, 2021).Alors que les caricatures qui désacralisent le religieux sont devenues sacrées, il rappelle que la liberté d’expression peut inclure des formes choquantes ou inutilement blessantes et que les caricaturistes a ce sujet, ne sont pas d’accord entre eux sur les limites de leur travail. Il évoque trois dessinateurs de Charlie Hebdo : Charb, Cabu et Pétillon. Dans un débat miné, où le courage de la nuance est plus que rare, ses explications sont essentielles.

Entretien avec le sociologue François Héran (2/2), qui publie « Avec l’immigration. Mesurer, débattre, agir » (La Découverte) Migrants, cadavres en morceaux… AbonnésVoir

Le

Choquant, provoquant, mais réel. Depuis des années, les habitants de Zarzis, sur la côte tunisienne, recueillent comme ils peuvent les corps des migrants noyés en Méditerranée. 20 000 morts depuis 2014. Une forte augmentation suite au Covid. À Zarzis, il faut déjà agrandir le cimetière des 600 tombes de ces soldats inconnus de la guerre économique.

Rencontre avec Caroline Fiat, députée La France Insoumise de Meurthe-et-Moselle. Caroline Fiat : une aide-soignante à l’Assemblée AbonnésVoir

Le

Conviction et sincérité. Voilà ce que les personnages politiques imitent plus ou moins bien. Plus ou moins camelots, plus ou moins malins. Rien de tout ça avec Caroline Fiat. Suffit de la voir à l’Assemblée, quand elle prend la parole, c’est sans les gants. Elle est la première aide-soignante élue députée. Devant la nouvelle vague de la pandémie, elle a décidé de reprendre le boulot au CHU de Nancy tout en assurant son travail de députée. C’est là que nous sommes venus la voir. Mais attention, pas question de faire la vedette...

CHAQUE SAMEDI, LES SEXPLORATEURS (9) | Podcast et belles images Moi j’aime l’amour qui fait mal Accès libreÉcouter

Le

« Fais-moi mal, Johnny, Johnny, Johnny, moi j’aime l’amour qui fait boum ! » Bien sûr, la chanson de Boris Vian était parodique, mais la géniale interprétation de la splendide Magali Noël disait tout autre chose. Sortie en 1956, la chanson fut bien sûr interdite sur la radio nationale, ce qui contribua à son succès. Les infaillibles censeurs avaient immédiatement mesuré la retentissante subversion de cette balade sur la mince frontière entre la douleur et le plaisir. De nos jours, soixante ans plus tard, la ménagère se fait livrer cravache, paire de menottes et plug anal par Amazon. La perversion n’est plus ce qu’elle était, mais le mystère reste entier. Qui aime bien châtie bien. Nos deux « sexploratrices », Anne et Élisa, sont allées voir de plus près.