Une sélection de films courts à voir impérativement

Séance spéciale : quatre courts métrages venus du Brésil Abonnés

1

Le

Ce film était disponible pour les abonnés jusqu'au 4 mai 2019. Retrouvez un nouveau film chaque 1er samedi du mois avec votre abonnement à Là-bas si j'y suis. Voir le film du mois.

Ce mois-ci, Là-bas si j’y suis propose une visite du Brésil à travers une série de quatre courts métrages à la fois drôles, percutants et engagés.
À découvrir, un pamphlet grinçant et culte contre l’économie de marché (L’Île aux fleurs, 1989) ; une comédie sur le pouvoir de la lecture et de la philosophie (Mon ami Nietzsche, 2013) ; un documentaire montrant le foot comme on ne l’a jamais vu (L’Enflammeur, 2017) ; la chronique glaçante du jour où le Brésil a basculé dans le plomb (Jour d’élections, 2018).
Bon visionnage !


L’Île aux fleurs (Ilha das flores)

Le réalisateur suit la trace d’une tomate, de sa culture à la vente en supermarché avant de finir dans la décharge de l’île aux fleurs. Quels rapports entre le libre marché économique brésilien, le marché mondial et le destin de ce plant de tomate ? Ce film l’illustre avec un humour absolument décapant et pose la question des rapports de la société de consommation avec la nature, et finalement avec les hommes, surtout les plus démunis d’entre eux.

L’Île aux fleurs (Ilha de flores) - bande-annonce
par Là-bas si j'y suis
Un film de Jorge Furtado

Brésil / 1989 / Court métrage / Documentaire / Comédie / 13’00


Mon ami Nietzsche (Meu amigo Nietzsche)

La rencontre improbable entre Lucas et Nietzsche marque le début d’une révolution dans l’esprit du jeune garçon, au sein de sa famille et dans la société. Au final, ce n’est plus un petit garçon, c’est une bombe !

Un film de Fáuston Da Silva

Brésil / 2013 / Court métrage / Fiction / Comédie dramatique / 15’00


L’Enflammeur (Boca de Fogo)

Ville de Salgueiro, au coeur de Pernambuco, au Brésil. Dans les tribunes, la chaleur plombe les supporters. À la radio, Boca de fogo enflamme les ondes. Il n’existe aucun commentateur sportif comme lui. Le foot comme on l’entend, mais tel que nul ne l’a jamais vu…

Un film de Luciano Pérez Fernández

Brésil / 2017 / Court métrage / Documentaire / 09’10


Jour d’élections (Dia de Eleição)

Le jour où le Brésil a basculé. La chronique urbaine et très personnelle d’un brésilien qui va voter le jour de l’élection de Bolsonaro. C’est court, percutant, et surtout… glaçant.

Un film de Nereu Afonso Da Silva

Brésil / 2018 / Court métrage / Documentaire / 08’00

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Une sélection :

TEXTES À L’APPUI. Noam CHOMSKY et Jacques BOUVERESSE. Dialogue au Collège de France avec Daniel MERMET NOAM CHOMSKY, dialogue avec Jacques BOUVERESSE Accès libreLire

Le

Le 31 mai 2010, à l’occasion du colloque « Rationalité, vérité et démocratie : Bertrand Russell, George Orwell, Noam Chomsky » organisé par Jacques Bouveresse au Collège de France, Daniel Mermet s’entretenait avec Jacques Bouveresse et Noam Chomsky sur le thème « Science et Politique ».

En voici la transcription.

Palestine, une douleur fantôme. Reportage Daniel Mermet, Giv Anquetil, 1998 La Nakba, une tache en forme de clé Accès libreÉcouter

Le

Champagne et bain de sang. Les amateurs de contraste sont servis. Tous les écrans du monde sont divisés en deux parties égales. Moitié fête à Jérusalem, moitié massacre à Gaza. Voilà qui satisfait la neutralité médiatique. Deux camps opposés, face à face, deux camps de force égale. Comme si l’une des premières puissances militaires mondiales alliée au pays le plus puissant au monde était sur le même plan qu’un peuple à l’agonie, écrasé, épuisé par des années de blocus, qui résiste avec des lance-pierres, des pneus enflammés, des cerfs-volants, des tenailles pour couper les barbelés et quelques cocktails Molotov contre une armée, des blindés, des drones, des technologies de pointe et des centaines de tireurs d’élite.

Un entretien de Jonathan Duong avec Akram Belkaïd, du Monde diplomatique La jeunesse palestinienne réinvente la lutte Accès libreÉcouter

Le

Depuis la décision unilatérale de Donald J. Trump de reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël, le gouvernement ultra-droitier de Benyamin Netanyahou se sent pousser des ailes : un nouveau programme de colonies en Cisjordanie a été approuvée en janvier dernier, de quoi susciter la colère des Palestiniens, déjà ravivée en décembre 2017 par l’annonce du président des États-Unis de transférer l’ambassade des États-Unis de Tel Aviv à Jérusalem.

Vaccins : contre les brevets, pour un « pôle public du médicament » Désarmer les labos AbonnésÉcouter

Le

Pénurie de masques, pénurie de gel hydroalcoolique, pénurie de tests, et (enfin ?) pénurie de vaccins ! La pandémie a montré de manière spectaculaire ce qu’on savait déjà depuis quelque temps : une partie de la planète – y compris la France – n’a pas accès en quantité suffisante aux remèdes existants (vaccins ou médicaments) dont sa population aurait besoin.