Vite, une cagnotte pour les actionnaires du CAC 40 privés de 18 milliards

PAS DE DIVIDENDES EN 2020, NI JAMAIS !

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement
Daniel Mermet : « Pas de dividendes en 2020, ni jamais ! »

(illustration : Gerhard Haderer)

Il n’y a pas que les infirmières qu’il faut soutenir, il y a aussi les caissières, les postiers, les facteurs, les policiers, les saisonniers, les pompiers, les agents d’entretien et de sécurité, et il y a aussi LES ACTIONNAIRES DU CAC 40 QUI SONT PRIVÉS DE 18 MILLIARDS D’EUROS [1] ! Oui, vous avez bien lu : 18 milliards en moins ! VITE, UNE CAGNOTTE !

Alors que l’état d’urgence sanitaire impose des restrictions énormes sur le plan social, compromettant le droit du travail, on se demande si les grandes entreprises, même celles qui sont spécialement soutenues par l’État (c’est-à-dire avec l’argent public), peuvent distribuer des dividendes à leurs actionnaires. Autrement dit, l’argent public, le nôtre, donné en soutien aux entreprises pour éviter la faillite totale, va-t-il se retrouver dans la poche des rentiers ? On se demande.

Le 24 mars, le ministre Bruno Le Maire a demandé aux grandes entreprises de « faire preuve de la plus grande modération sur le versement des dividendes [2] ». Cool, Bruno, sympa. Puis, sous la pression, il a été plus ferme : « soyez exemplaires. Si vous utilisez le chômage partiel, ne versez pas de dividendes [3] ». L’humour, bien sûr, c’est dans le « soyez exemplaires » quand il s’adresse aux plus gros requins de la terre… Soyez exemplaires, amis requins…

Mais, dans la crainte du scandale, le ministre se montre plus ferme, dit-on, et les milliardaires commencent à trembler de peur. Enfin, disons, juste un peu. Du coup, l’avocat Christophe Lèguevaques a lancé une « action collective en justice » afin que les entreprises ne versent pas de dividendes aux actionnaires [4]. Il a déposé un recours devant le Conseil d’État. Il s’appuie sur le préambule de la Constitution de 1946 : « la Nation proclame la solidarité et l’égalité de tous les Français devant les charges qui résultent des calamités nationales [5] ».

Avril, mai, c’est le joli temps des dividendes, c’est le temps où le rentier s’engraisse en se roulant dans son tas de pognon. Il faut rappeler que la France est le plus généreux verseur de dividendes en Europe. Et cette année, ah, quel triste printemps pour les vampires obèses ! Mais après ? Les spéculateurs aussi préparent le monde d’après. En septembre ? Non ? Alors l’année prochaine ? Les rentiers ont le temps dès lors qu’ils peuvent se gaver sans bouger le petit doigt.

En France, en moyenne, la part des dividendes représente la moitié des bénéfices, au détriment de l’emploi et de l’investissement. La part des dividendes ne cesse de grossir. Les rentiers ont toujours été des parasites, mais aujourd’hui, ils ont pris le pouvoir. Et ils ne font rien, ne produisent rien, ne pensent à rien, ne servent à rien, au moins, les cochons, quand ils sont gros, on les mange.

Il ne faut pas seulement suspendre les dividendes, il ne faut pas seulement limiter les dividendes, il faut les supprimer, afin d’investir tous les bénéfices en salaires, que les entreprises investissent tout dans l’activité, mais pas dans n’importe quoi. C’est là qu’il faut faire des choix et qu’il faut un plan. Les idées ne manquent pas.

Ah, si seulement cette crise pouvait faire comprendre tout ça !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

C’est l’été ! L’occasion de redécouvrir cette série de podcasts de Sophie Simonot Qu’est-ce qui a provoqué vos premiers désirs amoureux ? [INTÉGRALE] AbonnésÉcouter

Le

Nos visages ne sont que des masques et notre apparence est un déguisement. La vérité, c’est les idées que nous avons derrière la tête mais nous les ignorons. Et pas seulement derrière la tête. Voilà ce qui intéresse Sophie, vous faire mettre des mots sur votre essentiel avec des questions faussement simples et vous étonner vous-mêmes. Et étonner chacun. Exemple : tout le monde se souvient de sa première fois. Mais avant la première fois, qu’est-ce qu’il y avait ?

Face à la deuxième vague, inquiétude et colère des soignants. REPORTAGE RADIO et TEXTE À L’APPUI HÔPITAL PUBLIC, RISQUE DE SATURATION. « Macron paralyse le pays parce que l’hôpital manque de lits » AbonnésÉcouter

Le

Risque de saturation, crainte d’impuissance. Face à la nouvelle vague de la pandémie, les soignants de l’hôpital public tiendront-ils une seconde fois ? C’est la grande inquiétude du pouvoir. Pour l’urgentiste Patrick Pelloux, « on doit paralyser le pays parce que les hôpitaux manquent de lits. » Manque de lits, manque de personnels, la déprime gagne avec un sentiment de trahison. Pourtant, au printemps, la pandémie avait entraîné un soutien enthousiaste et une prise de conscience du désastre des politiques de santé appliquées depuis des années. Il y avait là un élan unanime pour changer radicalement de logiciel. L’opinion était prête.

Pourquoi nous manquons d’infirmières dans les hôpitaux aujourd’hui ? Il y a cinq ans, l’hôpital était déjà à bout Accès libreVoir

Le

Il y a cinq ans, la lettre d’une infirmière nous avait tous bouleversés. Clémentine disait à Martin Hirsch pourquoi elle démissionnait. Un incident insignifiant dans la casse globale de l’hôpital. Sauf que cette vidéo a été vue des centaines de milliers de fois, Clémentine a été invitée partout sur des télés et dans les médias. Le sujet n’était pas nouveau. La destruction systématique du secteur public dure depuis bientôt 40 ans, en application de l’idéologie néo-libérale. Ce, qu’avec d’autres, nous dénonçons depuis trente ans. Si la crise monstrueuse que nous subissons aujourd’hui entraîne des réponses difficiles, une grande partie des dysfonctionnements mortels qui se multiplient sont le résultat direct de cette idéologie criminelle.

« Les idées qui traînent dans l’air » Naomi Klein : le coronavirus du capitalisme Accès libreVoir

Le

La crise est-elle une opportunité pour le capitalisme ? Va-t-il appliquer sa stratégie du choc pour nous faire avaler des choses qui nous semblaient impossibles il y a un mois ? Tout dépend des idées qui traînent dans le fond de l’air et de celles qui s’imposeront. Et justement, il y a, dans l’air, des idées qui pourraient nous être favorables.