POINT DE VUE. Dominique Vidal répond à ses détracteurs (texte)

« ANTIVAX » : CINQ QUESTIONS SIMPLES

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Quiconque a un minimum d’expérience politique connaît cette pratique. Elle consiste à défendre une position sans l’assumer, donc sans dialoguer.

Aucun de ceux qui commentent de manière violemment critique ma page Facebook n’est « antivax ». Ces agresseurs ne font que défendre… leur liberté.

Posture confortable. Ils n’ont pas à répondre aux questions de fond – sanitaires, politiques et éthiques – que pose aux « antivax » la quatrième vague de la Covid. Ils évitent aussi de prendre en compte les solides arguments des partisans de la vaccination – je répète, de la « vaccination », pas du pass dont les dérives liberticides sont évidemment inacceptables.

Voici, entre autres, cinq questions simples, auxquelles aucun de mes insulteurs les plus imaginatifs n’a tenté d’esquisser une réponse :

1. La Covid a déjà contaminé près de 195 millions d’êtres humains et en a tué plus de 4,2 millions. Jusqu’ici, le vaccin est-il, oui ou non, la seule réponse de masse à l’échelle de la planète ?

2. Si non, quelle est l’alternative ? Si oui, mener campagne contre le vaccin, n’est-ce pas prendre le risque de contribuer à la mort de milliers, voire de dizaines ou de centaines de milliers de nos prochains ?

3. Nombre d’Africains, d’Arabes, de Latino-Américains et d’Asiatiques sont privés de vaccins par l’Occident, qui en monopolise l’écrasante majorité. Si nos dirigeants leur en interdisent largement l’accès, qui prétendra que c’est pour préserver leur liberté ?

4. Par dizaines de milliers, des manifestants se sont exprimés à nouveau samedi dernier contre le pass sanitaire. L’importance de ce mouvement doit-elle nous amener à nier que l’extrême droite tente de le manipuler et qu’elle a recours à des arguments négationnistes, voire antisémites, comparant le « pass nazitaire » (sic) à la Shoah ? Des militants de gauche, insoumis ou communistes, ont-ils leur place aux côtés ou, pire, derrière des Le Pen et des Philippot ? Jean-Luc Mélenchon et les autres dirigeants de gauche n’ont-ils pas la responsabilité de dénoncer cette récupération politicienne et ces comparaisons obscènes ?

5. Les manifestants de samedi se réclamaient des libertés. La défense de celles-ci n’implique-t-elle pas la condamnation claire et nette des nouvelles agressions de journalistes qui se sont produites lors de manifestations ? Condamnables quand elles sont l’œuvre de la police, ces tentatives de lynchage de salariés de l’information seraient-elles excusables venant de soi-disants « militants » ? Surtout à l’heure où Israël, avec Pegasus, a fourni aux dictatures de quoi surveiller opposants et… journalistes ?

Pour résumer d’une phrase, le droit au suicide implique-t-il la liberté de contribuer à la mort de proches, d’amis et de collègues ?

Dominique Vidal

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Sur notre site

À écouter

  • Convaincre ou contraindre, notre monarque a choisi. Reportage radio dans la manif à Paris. Podcast

    Les dégâts du passe autoritaire Abonnés

    Écouter
    Au lieu de susciter la solidarité nécessaire, l’autoritarisme imbécile de Macron allume un peu partout la rage et la colère. Une aubaine pour les complotistes et les malins de l’extrême droite, qui croient le jour de gloire arrivé. On a vu (...)

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Tchernobyl, c’est notre paradis ! Avec les derniers habitants de la zone interdite Les joyeux fantômes de Tchernobyl Accès libreÉcouter

Le

Elles préféraient rester dans la zone contaminée plutôt que de quitter leur maison. Des centaines de milliers d’habitants furent évacués de gré ou de force dans une zone de 30 km après la catastrophe du 25 avril 1986. Mais ces quelques femmes avaient voulu rester, malgré dénuement et abandon.

Environ 700 irréductibles, les SAMOSELY, survivaient ainsi dans la zone la plus contaminée par la radioactivité dans le monde, 2 600 km2, devenue aujourd’hui un « parc involontaire » où se développent une faune et une flore étranges, avec toujours ces habitants tenaces depuis trente ans. (...)

LE GRAND PROCÈS DE MACRON [INTÉGRAL] AbonnésVoir

Le

Et voici les vidéos tant attendues du grand procès public d’Emmanuel Macron. Avec le procureur Frédéric Lordon, le juge Daniel Mermet, les avocats de la défense Christophe Clerc et Jean-Marc Daniel et des témoins prestigieux, comme François Ruffin, Juan Branco, Mathilde Larrère, Didier Porte, Aurélie Trouvé, Marion Esnault, Arié Alimi, Taha Bouhafs… Macron sera-i-il condamné ?

Il y a 50 ans, assassinat de Martin Luther King. Entretien de Daniel Mermet avec l’historienne Sylvie Laurent Martin Luther King, l’insurgé AbonnésVoir

Le

Aseptisé, édulcoré, récupéré, Martin Luther King n’est pas seulement celui qui a fait le rêve de la fraternité entre les enfants du bon Dieu américain. Toute une partie de son combat social et radical a été passé sous silence. À l’occasion du cinquantième anniversaire de son assassinat, le 4 avril 1968, par un partisan de la ségrégation raciale, voici un entretien avec Sylvie Laurent, historienne, auteure de Martin Luther King. Une biographie intellectuelle et politique (Seuil, 2015).