« Là-bas si j’y suis business » au Medef

Un autre capitalisme est possible ! Abonnés

1

Le

(Fin de la "Rencontre des entrepreneurs de France" sur l’estrade de l’Hippodrome ParisLongchamps, jeudi 29 août 2019. Photo : Mouvement des entreprises de France (MEDEF).

Des capitalistes, vous en connaissez ? Non. Et bien sûr, vous êtes contre. Mais savez-vous ce que c’est le capitalisme ? « Là-bas si j’y suis Business » est allé pour vous à l’Université d’été du Medef, rebaptisée cette année #LaREF19 : la Rencontre des Entrepreneurs de France.

[EXTRAIT] Un autre capitalisme est possible !

Et le saviez-vous, « la phase de mondialisation accélérée et la croissance rapide de ces trente dernières années ont permis à plus d’un milliard de personnes de sortir de l’extrême pauvreté [1] ». Mais combien le « nouveau » capitalisme va-t-il sortir de miséreux de la pauvreté dans les décennies à venir ? Deux, trois, quatre milliards ? Selon les projections de notre bureau d’études, le capitalisme devrait sauver environ 5 milliards de personnes d’ici la fin du XXIe siècle (prévisions « Là-bas si j’y suis Business » pour Là-bas si j’y suis). Alors pourquoi s’inquiéter ?

Urgence environnementale et climatique, enjeux démographiques mondiaux, immigration et inégalités, pauvreté et forêt amazonienne… Pas d’inquiétude, le nouveau capitalisme sera green, social, solidaire, philanthrope, et évidement humain. Oui, un capitalisme à visage humain, c’est possible. « Car le capitalisme est parfait ! »

À Là-bas si j’y suis, il nous manquait une branche business, alors nous avons imité nos camarades de BFM TV et avons créé « Là-bas si j’y suis Business ». Une succursale tout-éco et pro-business pour se tenir au plus près de la France de l’entreprise et des marchés.

Nos deux reporters aussi dévoués que débutants se sont rendus à l’Université d’été du Medef rebaptisée cette année #LaREF19, pour Rencontre des Entrepreneurs de France. Nouveau nom, nouveau lieu (le très chic hippodrome ParisLongchamp dans l’ouest parisien) et nouvelle formule. Un programme aux intitulés dignes d’un contre-sommet altermondialiste des années 2000. « Le capitalisme à l’épreuve de la pauvreté », « le champ des partisans », « notre Terre qui êtes soucieuse. Le capitalisme à l’épreuve du réchauffement climatique » ou encore « cuillère en argent vs valise en carton. Inégaux dès la naissance ». Le Medef serait-il en train de faire sa révolution et le capitalisme avec ?

À « Là-bas si j’y suis Business », il nous tenait à cœur d’accompagner cette mutation de l’économie de marché ultralibérale. De l’humaniser, de le peindre en vert, de le poétiser… Capitalisme et poésie, car oui, on peut être capitaliste et poète.

Pour cela, nous avons préparé la version « capitaliste » du questionnaire de Proust afin que grands patrons et dirigeants de notre monde libre puissent enfin vous convaincre, chers auditeurs, des vertus et bienfaits de ce capitalisme « nouvelle version ».

Un reportage d’Anna-Léa Salami et Niklas Demourand.


Programmation musicale :
- Didier Super : Manipulez-Nous Mieux

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

« Il n’y a pas de grand remplacement » : un entretien avec Hervé Le Bras, démographe et historien Serons-nous encore français dans trente ans ? AbonnésVoir

Le

L’extrême droite d’aujourd’hui n’a rien inventé. Exploiter la peur de l’invasion est une vieille ficelle racoleuse qui fait vendre et qui fait du buzz mais aussi une ficelle qui a servi à pendre des « fruits étranges », ces « strange fruits » que chantaient Billie Holiday. Comment un tel fantasme qui ne repose sur aucune donnée statistique ou historique peut faire les choux-gras des candidats de droite et d’extrême droite, soutenus par au moins un tiers des électeurs selon des sondages ?

Trois réacs à la FIAC Accès libreÉcouter

Le , par L’équipe de Là-bas

Un vrai succès ! 40ème Foire Internationale d’Art Contemporain, 75 000 entrées en 5 jours, 15 000 V.I.P., 35 euros l’entrée. C’est formidable, ils sont ravis, ils sont contents, voilà un domaine qui ignore crise et récession.
Un reportage de Giv Anquetil et Daniel Mermet.
Avec Franck Lepage.

L’HUMA SI J’Y SUIS 2016 Jacques PRÉVERT : « Étranges étrangers », chanté par André MINVIELLE AbonnésÉcouter

Le

« Étranges étrangers ». En 1946, Jacques Prévert écrit ce texte qui sera publié en 1951, hommage fraternel aux exilés, colonisés, apatrides, résistants, expatriés, déportés pour « avoir défendu en souvenir de la vôtre, la liberté des autres ». Aujourd’hui, à l’heure où les portes se ferment André Minvielle reprend A cappella. Et le silence se fait.