Les prisons sont pleines mais elles sont vides de sens.

PRISON, t’es moins qu’un rat Abonnés

1

Le

On marche dans la merde de rat dans la prison, il y en a partout, on est bouffé par les poux et les punaises de lits, la bouffe est pourrie, on est neuf par cellule, on se fait cogner par les surveillants. L’horreur carcérale revient régulièrement à la une, 31 prisons ont été condamnées par la justice française et 17 fois par la Cour européenne des droits de l’homme (source : Observatoire International des Prisons)

Cette fois, c’est la prison de Fresnes qui fait l’objet d’un rapport explosif. Nous recevons Adeline Hazan, contrôleure générale des lieux de privation de liberté, et Yoan Karar, surveillant membre du Syndicat National Pénitentiaire FORCE OUVRIÈRE.

Une ancienne ministre de la Justice disait : « nos prisons sont pleines, mais elles sont vides de sens. »

Un entretien de Daniel MERMET et Thibaut CAVAILLÈS.


Avec plus de 69 000 détenus (pour 58 000 places), la France est à un niveau historique Au moins le pouvoir socialiste aura réussi à remplir les prisons. Monsieur Valls a même prévu la construction de 33 nouvelles prisons. Monsieur Valls sait bien que la prison est l’école du crime, la pire fabrique de la violence, 61% des détenus sont ré-incarcérés dans les cinq ans, alors que, selon le ministère de la Justice, les sanctions « non carcérales » ont un taux de récidive de 32%, soit moitié moins.

Au moment où la France emprisonne davantage, d’autres pays font dans la décroissance carcérale, en Irlande, Allemagne, Finlande, Pays-Bas et même aux États-Unis, on commence à réduire pour deux raisons : ça coûte trop cher et ça encourage la récidive. " Un moyen onéreux de rendre les délinquants encore plus délinquants "

Mais avant tout, les prisons sont les prisons de la misère

En France, selon le ministère de la Justice, huit hommes sur dix, soit 80% des incarcérés, présentent des troubles psychiatriques ou des problèmes d’addiction ; chez les jeunes, 80% n’ont aucun diplôme et 40% sont illettrés, les suicides sont dix fois plus nombreux que dans la population générale.

Le sort des surveillants n’est pas plus enviable, la violence est permanent. À Fresnes, on compte un surveillant pour 120 détenus, 70% seraient des stagiaires, leur nombre n’a pas augmenté alors que Fresnes compte 2 474 détenus pour 1 226 places.

Depuis longtemps, toutes les études amènent aux mêmes conclusions : la prison ne diminue pas le taux de criminalité, la prison provoque la récidive, c’est la fabrique de la délinquance, elle précipite les familles des détenus dans la galère. « Ouvrez une école, vous fermez une prison », disait déjà notre Victor Hugo. Au contraire, avec leur affligeante stratégie électoraliste, Monsieur Valls et le pouvoir socialiste ont préféré la démagogie carcérale. « Quand ils sont dedans, ils ne sont pas dehors », comme dit le très droitier Monsieur Éric Ciotti.

De peur de passer pour « laxiste », ils ont fait une politique sans rapport avec l’évolution de la criminalité, qui est stable, voire même en diminution. Mais on connaît les vieilles ficelles : en période d’accroissement des inégalités économiques et de montée de l’insécurité sociale, la fabrication de boucs émissaires tels que l’immigration ou la petite délinquance permet de masquer la question sociale et la demande de justice.

Les différentes séquences de l’émission :

Merci à Adeline HAZAN et Yoan KARAR.

Programmation musicale :
 La Brigade : Zonzon
 La Rumeur : Le Dortoir Des Grands

Nous attendons vos messages sur le répondeur de Là-bas si j’y suis au 01 85 08 37 37.

journalistes : Daniel MERMET et Thibaut CAVAILLÈS
réalisation : Khỏi NGUYEN
montage : Grégory SALOMONOVITCH
vidéo : Cécile FREY et Jonathan DUONG

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

« L’inceste, le dire et l’entendre » de Andréa Rawlins, sera diffusé le 26 septembre (Fance 3). Parmi les témoignages, celui de Corinne Masiero. Corinne Masiero et les Vaginites en concert pour Là-bas ! Accès libreVoir

Le

« L’inceste, le dire et l’entendre », le film d’Andrea Rawlins sera diffusé le 26 septembre à 23:10 sur FR3. Parmi les témoignages, celui de Corinne Masiero. Voilà un bon prétexte pour (re)voir la vidéo du concert de CORINNE MASIERO et LES VAGINITES du 28 mars pour la chaude (!) soirée de LÀ-BAS à la Flèche d’or.

Un album en images de la montée au mur des Fédérés Depuis 150 ans, comment a-t-on commémoré la Commune ? Accès libreVoir

Le

Chaque année, au temps des cerises, nous célébrons la Commune de Paris. Chaque époque a sa manière de commémorer : 1936, 1945, 1971, 2021… Des images qui en disent plus sur le présent que sur la Commune elle-même ! Des trotskystes aux libertaires, du communiste Maurice Thorez au socialiste Pierre Mauroy, des survivants des camps nazis aux francs-maçons, de l’Union des femmes françaises à Force ouvrière, voici quelques images au fil du temps pour dire : la Commune n’est pas morte !

Leon Redbone est mort « à 127 ans » Ne parlez pas de moi quand je serai parti Accès libreVoir

Le

Leon Redbone a poussé l’élégance jusqu’à permettre au journaliste du service « nécrologie » de profiter de son week-end. « Please don’t talk about me when I’m gone », avait-il chanté. Crooner anachronique, dandy énigmatique, un look à la Zappa et la moustache de Groucho (qui lui-même affirmait avoir emprunté sa moustache à sa femme de chambre). Impeccable prince sans rire, vendredi, Leon Redbone a fait cet élégant petit salut de la main en effleurant le bord de son panama. Le dernier. N’en parlons plus, donc. Mais écoutons. Leon laisse un merveilleux chef-d’œuvre de musique populaire, originale, belle et drôle. Qui peut résister à son Diddy Wa Diddie, son Shine on harvest moon ou son Champagne Charlie ? Chapeau !