Libérez l’entrepreneur qui est en vous ! Un reportage de Sophie Simonot

Plus de patron, plus de chômage, vous en rêvez ? Un stage pour devenir freelance Abonnés

Le

[EXTRAIT] Plus de patron, plus de chômage, vous en rêvez ? Un stage pour devenir freelance

Plus de patron, plus de chômage, vous en rêvez ? Et bien c’est simple, devenez freelance ! Suivez avec nous ce stage de quatre jours et vous allez devenir « le capitaine de vous-même » ! L’Académie du freelance vous attend. Emmanuel Macron le proclame : « la France est un pays d’entrepreneurs ». Toute enthousiasmée, Sophie Simonot a voulu rencontrer cette jeunesse pleine d’avenir. Miroir aux alouettes ?

Se mettre à son compte est un vieux rêve qui se réalise quelquefois, mais souvent au prix du stress et des galères de toutes sortes. Pourtant, le nombre de travailleurs indépendants est en augmentation, auto-entrepreneurs, intermittents, freelanceurs, etc. : l’Insee dénombrait 3,1 millions de travailleurs indépendants en 2016 [1].

Chacun devient un « individu entreprise ». Un moyen de sortir du chômage ou de ne pas y entrer, et aussi un moyen d’échapper à la soumission du salarié. Sauf que la tyrannie du patron est remplacée par la tyrannie du client. Il va falloir se vendre en permanence, construire un réseau de relations avant tout commerciales. Plus de frontière entre vie privée et vie professionnelle. Totale soumission au donneur d’ordre et au client, soumission totale aux aléas économiques. Souvent d’ailleurs, le client est un patron. Beaucoup de ces indépendants font la joie des employeurs qui n’ont plus de souci de cotisations sociales, qui peuvent révoquer immédiatement sans procédure ni indemnité, fini le Code du travail !

Bien sûr, le très néo-libéral Macron est un fervent militant de l’auto-entrepreneur. Fini le collectif, finie la possibilité de solidarités et de luttes collectives, finie la « grogne » de ces fainéants assistés, c’est le règne de la concurrence de tous contre tous. Bonjour, je vous présente ma petite entreprise, c’est moi-même. Présenté comme jeune, moderne et dynamique, ce statut nous renvoie aux temps anciens du travail à la tâche, à la pièce, à la course, tout ce contre quoi nos ancêtres ouvriers ont lutté jusqu’à y perdre parfois leurs vies. Le grand bond en arrière s’accomplit parfaitement. Nous voila revenus à la case départ, quelque part au XIXème siècle. Avec ses médias et ses think tanks , le Néo-libéralisme est une ardoise magique qui a tout effacé. Tout ? Non, mais la lutte repart à zéro. Un exemple : avec leurs cubes sur le dos, les livreurs à vélo s’organisent en CLAP, Collectif des Livreurs Autonomes de Paris. Macron et son monde ne sont pas éternels mais comme dit Lulu, "on a pas le cul sorti des ronces" !

D.M.

Un reportage de Sophie Simonot.

Écoutez le reportage par chapitres :

Merci à Adrien, Charles, Henri, à l’Académie du Freelance de 2i Portage et aux quinze participants du « boot camp ».

Programmation musicale :
- TTC : Travailler (Orgasmic Remix)
- Benjamin Biolay : Ma Petite Entreprise

Déjà abonné ? Identifiez-vous.

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

reportage : Sophie Simonot
journaliste : Daniel Mermet
réalisation : Sylvain Richard

L'équipe de Là-bas attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37.

Notes

[1Insee, enquête Emploi 2016, 22 juin 2017

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Dernières publis

Une sélection :

Le rentier a tué le routier. Un grand reportage radio de Sophie Simonot Le blues du routier (1/2) AbonnésÉcouter

Le

Qu’est-ce que tu veux faire quand tu seras grand, toi ? Routier, on disait. Routier c’était comme pompier, pilote de guerre, ou scaphandrier. Le routier c’était un héros, c’était la machine, c’était la route, c’était la nuit. Et aujourd’hui ? Le rentier a tué le routier. Sophie a fait la route avec Antoon et avec son blues beau comme un camion. Un grand reportage radio en deux étapes.

Les prisons sont pleines mais elles sont vides de sens. Un rapport sur l’horreur carcérale PRISON DE FRESNES, T’ES MOINS QU’UN RAT AbonnésVoir

Le

On marche dans la merde de rat dans la prison, il y en a partout, on est bouffé par les poux et les punaises de lits, la bouffe est pourrie, on est neuf par cellule, on se fait cogner par les surveillants.

Cette fois, c’est la prison de Fresnes qui fait l’objet d’un rapport explosif. Nous recevons Adeline Hazan, contrôleure générale des lieux de privation de liberté, et Yoan Karar, surveillant membre du Syndicat National Pénitentiaire FORCE OUVRIÈRE.

CONTRE L’ÉCOLOGIE DE MARCHÉ (RADIO 50’51) ANDRÉ GORZ, LEUR ÉCOLOGIE ET LA NÔTRE Écouter

Le

« Une politique écologiste est une politique nécessairement anticapitaliste » Dés le début des années 70, André GORZ, le père spirituel de l’écologie politique, dénonçait la récupération de l’écologie par la puissance capitaliste. La COP21 a montré la totale domination des grandes entreprises sur les États. On dit merci à EDF, Exxon, BNP-Paris Bas, Chevron et tout leurs amis qui ont financé la conférence. Grâce à vous désormais les tigres ne mangeront que de la salade verte. Pour ceux qui en douteraient, nous vous proposons cette heure avec André GORZ (...)

Entretien, Daniel Mermet avec Christophe Fourel. (Archives de l’émission « À voix nue » (France Culture, Marie-France Azar, 1991).