Opération « péage gratuit » au Buchelay. Un reportage de Dillah Teibi

GILETS JAUNES, PRENDRE LA BASTILLE DE LA PAROLE Abonnés

1

Le

[EXTRAIT] GILETS JAUNES, PRENDRE LA BASTILLE DE LA PAROLE

Écoutez, c’est rare : depuis quelques jours le peuple parle. D’habitude, on ne l’entend pas, au mieux, on parle en son nom. Médias, experts, élus parlent leur propre langue, châtiée, correcte, formatée, avec les liaisons là où il faut et jamais de gros mots. C’est la langue dominante, c’est-à-dire la langue de ceux qui dominent. Le peuple écoute, le peuple regarde, mais le peuple n’a pas la parole. Ou alors il grogne. Comme les cochons, le peuple grogne, médias, élus, experts le répètent, le peuple, ça grogne.

Que vont devenir ces grogneurs de Gilets jaunes ? On s’interroge, mais c’est déjà une victoire, le peuple a pris la parole. Écoutez, ça ne durera pas. Les médias veulent des bons clients et le pouvoir veut des interlocuteurs manipulables. Depuis longtemps, dans nos reportages, ici comme dans le vaste monde, nous faisons entendre la parole populaire, mais rarement nous avons pu entendre et pu faire entendre de telles paroles, sincères, profondes, urgentes.

Le sociologue Patrick Champagne, collègue de Pierre Bourdieu, parlait ainsi de la parole des dominés : « ils sont parlés plus qu’ils ne parlent, et lorsqu’ils parlent aux dominants, ils tendent à avoir un discours d’emprunt, celui que les dominants tiennent à leur propos [1] ». Alors quoi ? Vox populi, vox Dei ? La voix du peuple, c’est la voix de Dieu ? Non, bien sûr, c’est pas que du génie, parfois aussi ça vous embobine.

Mais écoutez un peu le langage de Macron et le langage des « gens » dans nos reportages. Il y a un langage que vous entendez du matin au soir, partout, en boucle, jusqu’à la nausée, et un autre langage qu’on n’entend presque jamais, celui de la majorité des « gens » de ce pays. Sans plan de com’, sans mot d’ordre, sans éléments de langage, sans répéter la parole d’un leader ou d’un penseur Youtubeur, un instant, le peuple a pris la Bastille de la parole !

Daniel MERMET

Programmation musicale :
- MOMO Ft. Charley Dornel : Ramène La France À La Raison

Une vidéo de l’opération péage-gratuit au Buchelay partagée par Anasse Kazib (Sud Rail) :


Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

reportage : Dillah Teibi
réalisation : Sylvain Richard

L'équipe de Là-bas attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Notes

[1Patrick Champagne, « La construction médiatique des malaises sociaux », Actes de la recherche en sciences sociales, n°90, 1991.

Dossier : Là-bas si j’y suis et les Gilets jaunes

Des dizaines de reportages, d’émissions, de chroniques et de dessins : Là-bas si j’y suis et les Gilets jaunes, notre dossier.

Voir le dossier

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Reportage aux urgences de Chinon Colère dans le cathéter AbonnésÉcouter

Le

Les urgences hospitalières sont en grève depuis la mi-mars : un mouvement de grande ampleur lancé hors syndicats par le collectif L’Inter-Urgences, constitué notamment de jeunes professionnels du milieu hospitalier. Plus de 150 établissements sont mobilisés à travers la France. 10 000 nouvelles embauches, un salaire mensuel revalorisé de 300 euros : ce sont les principales revendications des urgentistes en grève. Notre reporter Dillah Teibi a passé quelques jours dans le service des urgences de l’hôpital de Chinon.

Chacun a en soi un bourgeois qui sommeille François Bégaudeau : « Je rêverais qu’une assemblée populaire administre France Inter » AbonnésVoir

Le

Je suis un bourgeois et j’en suis fier. Personne ne dit une chose pareille. Le bourgeois, c’est l’autre, le bobo, le faux-cul, le gras du bide. Et encore, ça se dit plus, bourgeois, c’est désuet. Depuis longtemps, le bourgeois a appris à se déguiser. Une casquette de pêcheur, une veste de paysan, un blue jean comme les ouvriers. Il a entonné des discours indignés et révoltés contre le mal, contre le fascisme et contre les cons. C’est un libertaire, le bourgeois. Contre l’impôt, contre le voile, contre les flux migratoires incontrôlés. Il proclame la révolution. C’est le titre du livre d’Emmanuel Macron, RÉVOLUTION. Il est progressiste aussi. Le mouvement qui soutient Macron se proclame « progressiste ».

Début de notre série « Paroles de Gilets jaunes ». Un texte de Daniel Mermet SE METTRE EN LUTTE EST UNE VICTOIRE Accès libreLire

Le

Les médias c’est une gomme, une grosse gomme qui efface alors qu’elle prétend montrer, c’est la fabrique de l’oubli, c’est l’ardoise magique. Des trésors disparaissent ainsi, des bijoux, des boussoles, des lumières, des plans d’évacuation, des équations mirobolantes, des brins de bruyère et des traits de génie. D’où l’envie pour préparer la rentrée de revenir sur ces paroles envolées, en radio bien sûr, mais aussi en noir sur blanc, fidèlement transcrites.