Avec Mireille Court, membre de la coordination Solidarité Kurdistan

Menaces sur le Rojava

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Jonas Staal. — Les artistes Ahmed Shamdin (à g.) et Abdullah Abdul (à dr.) peignent les toiles qui formeront le toit du Parlement à Derik, dans la région autonome du Rojava, 2015 (New World Summit)

[RADIO] Mireille Court : menaces sur le Rojava [AUTOUR DU DIPLO]

Les États-Unis vont donc quitter la Syrie. Donald J. Trump a signé le décret ordonnant le retrait des troupes américaines engagées contre l’État islamique, estimant que Daech est vaincu : « après des victoires historiques contre l’État islamique, il est temps de rapatrier nos jeunes gens formidables ! »


Cette décision fait craindre le pire pour la Fédération démocratique de la Syrie du Nord, appelée également Rojava. Tout en mettant en place depuis 2013 un système politique innovant, démocratique, écologiste, féministe, anticapitaliste, ce territoire autonome du nord de la Syrie combat sur le terrain les djihadistes de l’État islamique. Sans soutien militaire des États-Unis, les Forces démocratiques syriennes, coalition armée à dominante kurde, risquent de se trouver affaiblies, en première ligne face à l’État islamique qui continue de contrôler certaines zones en Syrie et en Irak.

Surtout, la décision de Trump laisse le champ libre au président turc Erdoğan, qui n’a jamais caché son intention de briser le Rojava. Car le Rojava est fortement appuyé par le PKK, le Parti des travailleurs du Kurdistan en Turquie, qui a depuis longtemps abandonné l’idée d’un État-nation indépendant pour les Kurdes, au profit d’un « confédéralisme démocratique » au sein des frontières actuelles.

Mais le PKK est considéré comme une organisation terroriste par la Turquie, tout comme par les États-Unis et la France. En s’attaquant aux Kurdes du nord de la Syrie, le président turc Erdoğan cherche donc à empêcher le projet kurde du Rojava de faire école juste à côté des frontières turques.

La présence de troupes américaines et françaises, alliées de la Turquie au sein de l’OTAN, était le dernier espoir de dissuader la Turquie de s’attaquer aux Kurdes de Syrie du Nord. Le retrait des troupes américaines ouvre donc la voie à une offensive militaire turque contre le Rojava. Les unités militaires turques se massent déjà à la frontière entre la Turquie et la Syrie [1].

L’expérience politique du Rojava apparaît de plus en plus menacée par ses multiples ennemis : hier Daech, aujourd’hui la Turquie, et demain peut-être le régime syrien de Bachar el-Assad. On fait le point sur la situation en Syrie du Nord avec Mireille Court, membre de la coordination Solidarité Kurdistan et auteure, avec Chris Den Hond, de l’article « Le Rojava entre compromis et utopie » dans Le Monde diplomatique de décembre.

Mireille Court et Chris Den Hond ont également réalisé deux documentaires sur le Rojava :

Programmation musicale :
- Koma Dengê Azadî : Çaw Bella

Spécial infogrèveEnvoyez vos infos à infogreve@la-bas.org

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

À La Courneuve, les « gilets rouges » de la CGT réinventent un service public au service du public AbonnésÉcouter

Le

« L’électricité, c’est la vie, et nous, on est des "gilets rouges" ! » La formule est de Nicolas Noguès, un militant CGT. Avec des collègues syndicalistes, il occupe une ancienne boutique EDF à la Courneuve, en Seine-Saint-Denis. Leur opération a débuté le 14 novembre 2018, soit trois jours avant le premier acte des « gilets jaunes ». Alors c’est vrai, c’est moins spectaculaire. Et du coup, il y a moins de journalistes pour couvrir l’événement. Pourtant, là aussi, dans ce coin du 93, il est question de proximité et d’accès aux services publics pour des usagers sacrifiés sur l’autel de la dématérialisation.

La bataille des retraites est lancée. Un entretien de Jérémie Younes avec Christophe Ramaux Comment Macron va baisser nos retraites AbonnésVoir

Le

Après la casse du code du travail et de la SNCF, la suppression des cotisations salariales et de l’impôt de solidarité sur la fortune, la prochaine grande régression sociale que nous propose Emmanuel Macron consiste à « réformer », une nouvelle fois, notre système de retraites. Ou plutôt, à l’affaiblir, afin de préparer l’entrée des compagnies d’assurance privées.

Une grande enquête de Dillah Teibi et Kévin Accart ADP : LA GRANDE ARNAQUE Accès libreVoir

Le

Pourquoi privatiser les aéroports de Paris ? Pourquoi offrir une telle machine à cash aux actionnaires ? Pourquoi vendre un « bijou de famille » construit avec les impôts des Français ? Les enquêtes d’opinion indiquent que 2/3 des Français sont opposés à cette privatisation. Ils n’ont pas oublié l’énorme arnaque de la privatisation des autoroutes et ils savent bien dans leur vie, autour d’eux, les dégâts entrainés par les privatisations depuis des années.