Avec Gérard Filoche

Et maintenant, l’assurance chômage ! Abonnés

1

Le

Mercredi 20 février, les négociations sur l’assurance chômage ont été rompues, sans que les représentants de salariés et de patrons ne trouvent d’accord, ouvrant la voie à la reprise en main par l’État.

C’est le genre d’infos qu’on voit passer rapidement, dont on entend vaguement parler à la radio, mais qu’on laisse filer, comme ça, sans y attacher plus d’importance, tant la question est vidée de son contenu politique par certains journalistes. Et pourtant : qui gère les 35 milliards d’euros de l’assurance chômage ? Qui décide de la façon dont sont indemnisés les chômeurs ? Pourquoi les négociations ont échoué, et qui y avait intérêt ? Voilà quelques questions simples que les médias dominants oublient de poser ! Heureusement, Gérard Filoche est là pour y répondre :

Depuis sa fondation en 1958, l’assurance chômage est administrée par un organisme paritaire, l’Unédic, cogéré par les syndicats de patrons et de salariés. Le principe est simple, et c’est celui, fondateur, de la Sécurité sociale : ce pot commun est abondé par les travailleurs et les patrons grâce à une partie de la richesse créée, c’est donc à eux de le gérer et de décider comment on utilise l’argent. Pas à l’État. C’est ce qu’on appelle le paritarisme.

Et c’est bien ce principe, le paritarisme, qui embête Emmanuel Macron, qui aimerait se débarrasser du contrôle des syndicats pour pouvoir faire ce qu’il veut avec le pactole – 35 milliards d’euros – de l’assurance chômage. À savoir : indemniser moins, moins longtemps, et contrôler plus ces chômeurs qui n’attendent qu’une chose, « bénéficier des allocations chômage pour partir deux ans en vacances [1]. »

Mais pour reprendre la main, l’État a besoin d’un prétexte : l’échec des négociations paritaires. Pour être bien certain de les envoyer dans le mur, Emmanuel Macron s’est doté d’un nouvel outil : la loi Avenir professionnel, votée en septembre 2018, a donné au gouvernement le pouvoir de définir en amont les objectifs de la négociation. Une « lettre de cadrage » : parlez entre vous, mais à la fin, ça doit être comme ça ! Dès lors, il ne reste qu’à fixer des objectifs inaccessibles aux parties, en l’occurrence 4 milliards d’économies, pour s’assurer que les négociations échouent, et obtenir ce prétexte que l’on cherche pour contourner les syndicats. C’est précisément ce qui vient de se passer.

Une belle mise en scène, relayée avec entrain, destinée à cacher l’objectif réel du gouvernement : détricoter un à un les principes fondateurs de la Sécurité sociale. Macron avait déjà rogné le mode de financement autonome de la Sécu (en remplaçant les cotisations salariales par un impôt, Là-bas si j’y suis en parlait en octobre dernier), aujourd’hui, il s’attaque à la gestion de la Sécu par les salariés – l’autre « verrou » qui empêche les néolibéraux de bazarder notre système social comme ils l’entendent.

Et Macron de signer son forfait avec une nouvelle petite phrase moqueuse : « Chaque jour, dans le pays, on dit : "corps intermédiaires ! Démocratie territoriale ! Démocratie sociale ! Laissez-nous faire !" Et quand on donne la main, on dit : "Mon bon Monsieur, c’est dur… reprenez-la [2]. »

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

TEXTES À L’APPUI. Noam CHOMSKY et Jacques BOUVERESSE. Dialogue au Collège de France avec Daniel MERMET NOAM CHOMSKY, dialogue avec Jacques BOUVERESSE Accès libreLire

Le

Le 31 mai 2010, à l’occasion du colloque « Rationalité, vérité et démocratie : Bertrand Russell, George Orwell, Noam Chomsky » organisé par Jacques Bouveresse au Collège de France, Daniel Mermet s’entretenait avec Jacques Bouveresse et Noam Chomsky sur le thème « Science et Politique ».

En voici la transcription.

Palestine, une douleur fantôme. Reportage Daniel Mermet, Giv Anquetil, 1998 La Nakba, une tache en forme de clé Accès libreÉcouter

Le

Champagne et bain de sang. Les amateurs de contraste sont servis. Tous les écrans du monde sont divisés en deux parties égales. Moitié fête à Jérusalem, moitié massacre à Gaza. Voilà qui satisfait la neutralité médiatique. Deux camps opposés, face à face, deux camps de force égale. Comme si l’une des premières puissances militaires mondiales alliée au pays le plus puissant au monde était sur le même plan qu’un peuple à l’agonie, écrasé, épuisé par des années de blocus, qui résiste avec des lance-pierres, des pneus enflammés, des cerfs-volants, des tenailles pour couper les barbelés et quelques cocktails Molotov contre une armée, des blindés, des drones, des technologies de pointe et des centaines de tireurs d’élite.

Un entretien de Jonathan Duong avec Akram Belkaïd, du Monde diplomatique La jeunesse palestinienne réinvente la lutte Accès libreÉcouter

Le

Depuis la décision unilatérale de Donald J. Trump de reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël, le gouvernement ultra-droitier de Benyamin Netanyahou se sent pousser des ailes : un nouveau programme de colonies en Cisjordanie a été approuvée en janvier dernier, de quoi susciter la colère des Palestiniens, déjà ravivée en décembre 2017 par l’annonce du président des États-Unis de transférer l’ambassade des États-Unis de Tel Aviv à Jérusalem.

Vaccins : contre les brevets, pour un « pôle public du médicament » Désarmer les labos AbonnésÉcouter

Le

Pénurie de masques, pénurie de gel hydroalcoolique, pénurie de tests, et (enfin ?) pénurie de vaccins ! La pandémie a montré de manière spectaculaire ce qu’on savait déjà depuis quelque temps : une partie de la planète – y compris la France – n’a pas accès en quantité suffisante aux remèdes existants (vaccins ou médicaments) dont sa population aurait besoin.