Le Collège de France de Là-bas si j’y suis

Alain Supiot : réfléchir à l’après-capitalisme Abonnés

1

Le

Les idées peuvent-elles changer le monde ? Pour les matérialistes, les déterministes, les réalistes, le moteur de l’histoire c’est la lutte des classes, pas les idées. Et pourtant : il y a bien des idées qui changent le monde. Prenez celle qui domine (et saccage) la planète actuellement : le néolibéralisme, et sa charpente idéologique, la croyance religieuse dans l’ordre spontané du marché. Au départ, ce n’était qu’une idée, marginale, farfelue, effondrée dans les années 30, et réhabilitée au cours des années 70 dans des cénacles obscures par des juristes et des économistes qui n’avaient alors aucune audience. Et puis cette idée a gagné, elle s’est imposée, et a imposé le marché total, partout.

Avant cette victoire idéologique du néolibéralisme, une autre idée-force était à l’oeuvre sur la planète. Une autre idée qui continue de travailler souterrainement depuis le 19e siècle : l’idée de justice sociale. Une idée vieille comme le monde, mais qui dans son actualisation moderne s’est traduite très concrètement à la sortie des grands massacres du 20e siècle par la création, un peu partout dans le monde, de l’état social et de ses trois piliers : le code du travail, la sécurité sociale, et le service public.

L’idée de justice sociale est-elle morte et enterrée par les néolibéraux ? C’est tout le contraire, selon Alain Supiot, éminent juriste et professeur au collège de France, qui nous a fait le plaisir de venir donner un cour au micro de Là-bas : l’aspiration à une société plus juste est en train de revenir au galop, inexorablement, tel « le phénix qui renaît de ses cendres. » C’est pourquoi il est urgent, aujourd’hui plus que jamais, « de réfléchir à l’après-capitalisme. » Et Alain Supiot nous y aide, en prenant à rebrousse-poil certaines de nos habitudes de pensée.

Un entretien de Jérémie Younes avec Alain Supiot, juriste et philosophe du droit, professeur au Collège de France (chaire "État social et mondialisation : analyse juridique des solidarités"), et auteur de « La Force d’une idée » (Les liens qui libèrent, 2019).

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

journaliste : Jérémie Younes
montage : Cécile Frey
images : Kévin Accart
son : Sylvain Richard

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Voir aussi

À LIRE :


- Alain Supiot, « La force d’une idée », Les Liens qui Libèrent, 2019.

- Alain Supiot, « La gouvernance par les nombres », Fayard, 2015.

- Alain Supiot, « Grandeur et misère de l’État social. Leçon inaugurale au Collège de France », Fayard, 2013. (version électronique : http://books.openedition.org/cdf/2249)

- Alain Supiot, « L’esprit de Philadelphie : La justice sociale face au marché total », Éditions du Seuil, 2010.

- Les cours d’Alain Supiot au Collège de France.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

DÉSENTUBAGE. Un démontage d’une émission de Tébéo-TébéSud Heureusement que tous les journalistes ne font pas comme Inès Léraud ! AbonnésVoir

Le

Depuis des années, Inès Léraud enquête sur les horreurs de l’agroalimentaire en Bretagne. Pas facile. Ce beau monde est très malin pour s’entourer de silences et de connivences. Il faut de l’entêtement et du temps. Pour être têtue, elle est têtue, Inès. On la connaît, c’est une ancienne modeste et géniale de Là-bas. Et pour avoir le temps, elle s’est installée pendant quatre ans dans un village au cœur de la Bretagne.

Rencontre avec l’archéologue britannique David Wengrow, qui publie une « nouvelle histoire de l’humanité » avec David Graeber Et si l’histoire de l’humanité n’était pas celle que vous croyiez ? AbonnésÉcouter

Le

Et si l’histoire de l’humanité n’était pas celle que vous croyiez ? C’est la promesse ambitieuse du dernier livre de David Graeber, Au commencement était… Une nouvelle histoire de l’humanité. Anthropologue et anarchiste britannique, David Graeber est connu aux États-Unis pour son engagement dans le mouvement Occupy Wall Street. En France, on se souvient de lui pour ses travaux sur l’histoire de la dette (Dette : 5 000 ans d’histoire), sur la bureaucratie (Bureaucratie, l’utopie des règles) et sur les boulots à la con (« bullshits jobs »). Avant de mourir d’une maladie en 2020, David Graeber avait eu le temps de terminer cette nouvelle histoire de l’humanité avec l’archéologue David Wengrow.

Première guerre mondiale : la mémoire des auditeurs de Là-bas. Un reportage de Thierry Scharf (2002) Les lettres de Craonne Accès libreÉcouter

Le

En novembre 1998, Là-bas si j’y suis avait proposé aux auditeurs une série d’émissions pour commémorer la 1ère Guerre mondiale et les centaines de milliers de sacrifiés de cette Grande boucherie. Quatre émissions qui ont beaucoup marqué les auditeurs, à la suite desquelles nous avions reçu des dizaines de témoignages, de lettres manuscrites, de messages sur le répondeur. Une avalanche de souvenirs que (...)