Bernard Friot présente la Sécurité Sociale de l’alimentation

Vaches à hublot : sortir de la folie, c’est possible !

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Alors que le monde entier s’indigne des images affreuses de « vaches à hublot » révélées par l’association L214, nous nous sommes dit qu’il ne fallait pas s’en tenir à ce constat terrible. C’est vrai, ces images ont un pouvoir paralysant, on est comme ahuri par une telle folie. Pourtant, des solutions existent pour sortir de la logique de l’agro-business. Parmi ces pistes, l’une d’elles nous intéresse particulièrement : la sécurité sociale de l’alimentation. La force de cette idée, c’est de s’appuyer sur quelque chose qui existe déjà, la sécurité sociale, et de s’inspirer de son modèle pour sortir l’agriculture et la distribution des logiques de marché, à l’instar de l’éducation, de la santé ou des retraites.

Car s’il y a bien un domaine où l’on constate que le marché, laissé à lui-même, fait n’importe quoi, c’est bien la production alimentaire : il tue les paysans et les agriculteurs, massacre les sols, creuse des trous dans les vaches pour y mettre des hublots, et en plus, il y a encore des gens qui crèvent de faim, tandis que l’on détruit un tiers de la production excédentaire. Une folie qui ne peut décemment plus continuer longtemps.

Profitons donc de cette émotion suscitée par les images de L214 pour explorer cette piste de la Sécurité Sociale de l’alimentation avec le penseur du « salaire à vie », Bernard Friot.

Bernard Friot : « Pour une Sécurité Sociale de l’alimentation ! »
par Là-bas si j'y suis
La sécu de l’alimentation, comment ça marcherait ?

L’idée est la suivante : il s’agirait de créer une « cotisation alimentaire » dont le budget serait géré par les travailleurs et qui permettrait de créditer à chacun 100 euros de nourriture par mois sur la Carte Vitale. 100 euros à dépenser auprès de professionnels conventionnés, exactement comme pour les pharmacies ou les médecins libéraux. Une cotisation de 8% de la valeur ajoutée qui serait payée par les entreprises : un total de 120 milliards d’euros par an. En échange de quoi, on annule 8% de la dette privée des entreprises. Opération blanche. Une façon de solvabiliser la production de nourriture saine, car évidemment, on ne "conventionnerait" que des professionnels qui produisent selon des critères écologiques. Une façon aussi d’assurer un réel salaire aux paysans et agriculteurs.

Un entretien de Jérémie Younes.

Écouter l'émission version radio

Bernard Friot : « Pour une Sécurité Sociale de l’alimentation ! »

journaliste : Jérémie Younes
réalisation : Jonathan Duong
montage : Cécile Frey
son : Sylvain Richard

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Voir aussi

Pour une sécurité sociale alimentaire :
Pour lire le projet détaillé du groupe « Agriculture et Souveraineté alimentaire » d’Ingénieurs Sans Frontières, rendez-vous ici.

Bernard Friot, Le tavail, enjeu des retraites, La Dispute, nouvelle édition du 7 mars 2019

Bernard Friot, Vaincre Macron, La Dispute, 5 octobre 2017

Sur notre site

À écouter

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

« Il n’y a pas de grand remplacement » : un entretien avec Hervé Le Bras, démographe et historien Serons-nous encore français dans trente ans ? AbonnésVoir

Le

L’extrême droite d’aujourd’hui n’a rien inventé. Exploiter la peur de l’invasion est une vieille ficelle racoleuse qui fait vendre et qui fait du buzz mais aussi une ficelle qui a servi à pendre des « fruits étranges », ces « strange fruits » que chantaient Billie Holiday. Comment un tel fantasme qui ne repose sur aucune donnée statistique ou historique peut faire les choux-gras des candidats de droite et d’extrême droite, soutenus par au moins un tiers des électeurs selon des sondages ?

Trois réacs à la FIAC Accès libreÉcouter

Le , par L’équipe de Là-bas

Un vrai succès ! 40ème Foire Internationale d’Art Contemporain, 75 000 entrées en 5 jours, 15 000 V.I.P., 35 euros l’entrée. C’est formidable, ils sont ravis, ils sont contents, voilà un domaine qui ignore crise et récession.
Un reportage de Giv Anquetil et Daniel Mermet.
Avec Franck Lepage.

L’HUMA SI J’Y SUIS 2016 Jacques PRÉVERT : « Étranges étrangers », chanté par André MINVIELLE AbonnésÉcouter

Le

« Étranges étrangers ». En 1946, Jacques Prévert écrit ce texte qui sera publié en 1951, hommage fraternel aux exilés, colonisés, apatrides, résistants, expatriés, déportés pour « avoir défendu en souvenir de la vôtre, la liberté des autres ». Aujourd’hui, à l’heure où les portes se ferment André Minvielle reprend A cappella. Et le silence se fait.