État d’urgence et business de la sécurité

« La police est l’institution qui utilise la violence et la coercition pour maintenir l’ordre social, économique et politique. Pour maintenir la domination de race et de genre » assure Mathieu Rigouste. D’emblée de jeu, le sociologue qui se définit comme quelqu’un qui « prend part aux luttes populaires contre les systèmes de domination et d’oppression » donne le ton de cet entretien dans lequel il analyse l’état d’urgence décrété après les attentats de janvier et novembre 2015, les enjeux politiques sécuritaires déjà à l’œuvre depuis de nombreuses années en France : origines coloniales de cette juridiction d’exception, gestion policière des quartiers populaires, expansion du capitalisme de la sécurité et du business des marchands d’armes. Ce petit livre illustré par Gwen Tomahawk, donne des armes pour penser notre présent et résister au rapport de domination. À savoir « l’entraide et le partage pour organiser l’autodéfense et l’autonomisation collective ».

Livre recommandé par notre AMG, Corinne Najim.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Une sélection :

« Les idées qui traînent dans l’air » Naomi Klein : le coronavirus du capitalisme Accès libreVoir

Le

La crise est-elle une opportunité pour le capitalisme ? Va-t-il appliquer sa stratégie du choc pour nous faire avaler des choses qui nous semblaient impossibles il y a un mois ? Tout dépend des idées qui traînent dans le fond de l’air et de celles qui s’imposeront. Et justement, il y a, dans l’air, des idées qui pourraient nous être favorables.

Avec Martine Bulard du Monde diplomatique Retraites : pourquoi la bataille n’est pas finie AbonnésÉcouter

Le

« Nous avons obtenu le retrait de l’âge pivot, une victoire pour la CFDT ! » Voilà comment Laurent Berger, le patron de la CFDT, a salué la prétendue suspension de « l’âge pivot ». Une entourloupe du premier ministre pour gagner du temps et convaincre la CFDT de cesser le mouvement. Deux autres syndicats, l’UNSA et la CFTC, ont également salué les déclarations d’Édouard Philippe. Et cette semaine, le trafic reprend progressivement à la RATP et à la SNCF. Alors finie, cette grève ? Entérinée, cette réforme ? Pas tout à fait, après un mois et demi de grève, d’autres journées de mobilisation et de grève sont annoncées par les syndicats toujours opposés à la réforme. Et surtout, système à points, « âge d’équilibre » : les principales raisons de la colère des Français sont toujours là, dans le projet de loi du gouvernement.