Cinq ans dans le métro

Après quelques années passées à Berlin, Fred Alpi revient à Paris en 1989. Il trouve un boulot dans une agence de communication, quelques mois plus tard il démissionne. Pour payer son loyer, il chante dans le métro parisien. Ces cinq années sous terre sont racontées avec humour. Mille anecdotes qui reflètent le monde comme il va (ou pas), sexisme, racisme, rire, solidarité, tristesse. Attention, précise l’auteur : tout ce qui est décrit n’est pas forcément totalement vrai, mais pas totalement faux. Qu’importe. La vérité sillonne dans les couloirs et s’arrête entre les stations. Il ne reste qu’à l’accompagner un instant dans ce voyage drôle et musical.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Une sélection :

Chacun a en soi un bourgeois qui sommeille François Bégaudeau : « Je rêverais qu’une assemblée populaire administre France Inter » AbonnésVoir

Le

Je suis un bourgeois et j’en suis fier. Personne ne dit une chose pareille. Le bourgeois, c’est l’autre, le bobo, le faux-cul, le gras du bide. Et encore, ça se dit plus, bourgeois, c’est désuet. Depuis longtemps, le bourgeois a appris à se déguiser. Une casquette de pêcheur, une veste de paysan, un blue jean comme les ouvriers. Il a entonné des discours indignés et révoltés contre le mal, contre le fascisme et contre les cons. C’est un libertaire, le bourgeois. Contre l’impôt, contre le voile, contre les flux migratoires incontrôlés. Il proclame la révolution. C’est le titre du livre d’Emmanuel Macron, RÉVOLUTION. Il est progressiste aussi. Le mouvement qui soutient Macron se proclame « progressiste ».