Populisme : le grand ressentiment

Brexit, Trump ou les visages du populisme. Eric Fassin s’empare du sujet pour se demander si un populisme, non pas de droite, mais de gauche est possible pour combattre le néolibéralisme ? Et d’en donner aussitôt la réponse : il n’est pas de bon populisme pour la gauche qui doit se reconstruire, combattre politiquement la xénophobie, le racisme et l’islamophobie. Et s’adresser au « parti des abstentionnistes », ceux dont le dégoût de la dérive néolibérale de plus en plus autoritaire ne fait pas succomber pour autant à la tentation fascisante. Pour le sociologue, seule une réponse de gauche peut mobiliser cette colère pour éviter la grande vague de ressentiment qui menace de nous engloutir.

Éric Fassin, Populisme : le grand ressentiment, Textuel, Paris, 2017.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Une sélection :

Vaccins : contre les brevets, pour un « pôle public du médicament » Désarmer les labos AbonnésÉcouter

Le

Pénurie de masques, pénurie de gel hydroalcoolique, pénurie de tests, et (enfin ?) pénurie de vaccins ! La pandémie a montré de manière spectaculaire ce qu’on savait déjà depuis quelque temps : une partie de la planète – y compris la France – n’a pas accès en quantité suffisante aux remèdes existants (vaccins ou médicaments) dont sa population aurait besoin.