La parole contraire

Accusé puis condamné pour incitation au sabotage de la ligne TGV Lyon-Turin, l’écrivain italien Erri De Luca a rendu public les arguments de sa défense, avant d’être jugé. Denses, claires, ses phrases cognent avec l’efficacité d’un homme libre et qui fait face. « J’ai exprimé mon opinion et on veut me condamner pour ça. Je suis et resterai, même en cas de condamnation, témoin de sabotage, c’est à dire d’entrave, d’obstacle, d’empêchement de la liberté de parole contraire ».
Le deuxième texte qui constitue ce livre est une conversation entre José Bové et Erri de Luca, intitulée « Du sentiment de justice et du devoir de désobéir ». « J’accepte volontiers une condamnation pénale, mais pas une réduction de vocabulaire » affirme le romancier et poète qui sera relaxé. Lisez ce petit livre, il est simple et bien serré. Il réveille les endormis ou les découragés. Il est bon comme un Ristretto.

Erri De Luca, La parole contraire, Gallimard, Paris, 2017.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Une sélection :

Un entretien avec FRANÇOIS CUSSET, historien des idées, VIDÉO et PODCAST WOKE, c’est quoi ? Un fantasme des réactionnaires en quête d’ennemi… AbonnésVoir

Le

WOKE ? C’est quoi donc ? Bien peu le savent. Selon une enquête IFOP de février 2021, 14 % en ont « entendu parler » et à peine 6 % en connaissent le sens. Pourtant, toute la droite réactionnaire s’époumone contre ce fléau qui détruit notre grande civilisation. Oui, nous sommes en guerre et vous ne le savez même pas.

Guadeloupe, la violence vient de loin. Reportages sur les massacres de mai 1967 à Pointe-à-Pitre. 2 PODCASTS à écouter. Guadeloupe : quand les nègres auront faim ils reprendront le travail ! AbonnésÉcouter

Le

C’est la phrase qui a déclenché les émeutes en Guadeloupe. Les grévistes demandaient une augmentation de 2,5%. Le pouvoir a fait tirer dans le tas. Bilan : au moins 80 morts. Christiane Taubira a parlé de 100 morts.
C’était en mai 1967 à Pointe-à-Pitre. Un massacre passé sous silence en métropole, mais en Guadeloupe on s’en souvient. On se souvient de cette violence-là et des autres, la colère d’aujourd’hui vient de loin.