Mon ami Dahmer

Dans une petite ville de l’Ohio, non loin de Cleveland, deux ados entrent au collège, se lient d’amitié et termineront leur scolarité ensemble. L’un, Jeffrey Dahmer, deviendra un des plus grand sérial killer américain, surnommé le « cannibale de Milwaukee », le second devenu dessinateur racontera leur histoire dans un roman graphique stupéfiant.
Derf Backderf a mis vingt ans à publier ce récit qui raconte la descente aux enfers de Jeff, que l’auteur décrit comme « un gamin farfelu de 13 ans à l’ado luttant contre les pensées obscures qui le submergent jusqu’au moment fatidique », celui où il commet son premier meurtre. Il y en avouera dix-neuf, sera condamné à 957 ans de prison et sera assassiné dans sa cellule. C’est après sa mort que Derf Backderf se lancera dans cette aventure extraordinaire : raconter avec un dessin en noir et blanc, nous plongeant au fil des pages dans une atmosphère de plus en plus angoissante, l’enfance d’un assassin.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Une sélection :

Un entretien avec FRANÇOIS CUSSET, historien des idées, VIDÉO et PODCAST WOKE, c’est quoi ? Un fantasme des réactionnaires en quête d’ennemi… AbonnésVoir

Le

WOKE ? C’est quoi donc ? Bien peu le savent. Selon une enquête IFOP de février 2021, 14 % en ont « entendu parler » et à peine 6 % en connaissent le sens. Pourtant, toute la droite réactionnaire s’époumone contre ce fléau qui détruit notre grande civilisation. Oui, nous sommes en guerre et vous ne le savez même pas.

Guadeloupe, la violence vient de loin. Reportages sur les massacres de mai 1967 à Pointe-à-Pitre. 2 PODCASTS à écouter. Guadeloupe : quand les nègres auront faim ils reprendront le travail ! AbonnésÉcouter

Le

C’est la phrase qui a déclenché les émeutes en Guadeloupe. Les grévistes demandaient une augmentation de 2,5%. Le pouvoir a fait tirer dans le tas. Bilan : au moins 80 morts. Christiane Taubira a parlé de 100 morts.
C’était en mai 1967 à Pointe-à-Pitre. Un massacre passé sous silence en métropole, mais en Guadeloupe on s’en souvient. On se souvient de cette violence-là et des autres, la colère d’aujourd’hui vient de loin.