Trimards, « Pègre » et mauvais garçons de Mai 68

Une autre histoire est toujours possible. S’il fallait un livre pour illustrer cette maxime, celui de Claire Auzias est de ceux-là. Grâce à une abondante documentation faite d’archives et de témoignages, cette historienne, elle-même libertaire assumée, présente les « Trimards » à Lyon, les Loulous à Grenoble, les Zonards à Nantes, les Katangais à Paris, ceux du Mouvement révolutionnaire octobre à Bordeaux. Qui sont-ils ces « mauvais garçons » issus du Lumpenprolétariat, se revendiquant de l’anarchie, de l’extrême-gauche ? Qu’ont-ils fait exactement, eux qui ont défrayé la chronique, que les étudiants ont chassés, que la police a arrêtés ? « Ils présentent une autre face, moins abstraite et moins théorique, de ce que fut Mai 68 en France » assure Claire Auzias qui dresse le portrait de ces ex-mercenaires, chômeurs ou déclassés qui avaient leur drapeau, leurs pratiques, loin de la bureaucratie des organisations politiques traditionnelles. Une autre face de mai 68, moins simpliste, moins bourgeoise.

Claire Auzias, Trimards, « Pègre » et mauvais garçons de Mai 68, Atelier Création Libertaire, 2017, Atelier Création Libertaire, Paris, 2017.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Une sélection :

« Les idées qui traînent dans l’air » Naomi Klein : le coronavirus du capitalisme Accès libreVoir

Le

La crise est-elle une opportunité pour le capitalisme ? Va-t-il appliquer sa stratégie du choc pour nous faire avaler des choses qui nous semblaient impossibles il y a un mois ? Tout dépend des idées qui traînent dans le fond de l’air et de celles qui s’imposeront. Et justement, il y a, dans l’air, des idées qui pourraient nous être favorables.

Avec Martine Bulard du Monde diplomatique Retraites : pourquoi la bataille n’est pas finie AbonnésÉcouter

Le

« Nous avons obtenu le retrait de l’âge pivot, une victoire pour la CFDT ! » Voilà comment Laurent Berger, le patron de la CFDT, a salué la prétendue suspension de « l’âge pivot ». Une entourloupe du premier ministre pour gagner du temps et convaincre la CFDT de cesser le mouvement. Deux autres syndicats, l’UNSA et la CFTC, ont également salué les déclarations d’Édouard Philippe. Et cette semaine, le trafic reprend progressivement à la RATP et à la SNCF. Alors finie, cette grève ? Entérinée, cette réforme ? Pas tout à fait, après un mois et demi de grève, d’autres journées de mobilisation et de grève sont annoncées par les syndicats toujours opposés à la réforme. Et surtout, système à points, « âge d’équilibre » : les principales raisons de la colère des Français sont toujours là, dans le projet de loi du gouvernement.