Lire délivre

Les bouquins de LÀ-BAS

La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

Vos avis et conseils sont bienvenus !

La sélection

Histoire

  • Ivry banlieue rouge

    Emmanuel Bellanger (Creaphiseditions, 2017)

    Ce livre de photos et de textes est une aventure collective. On le comprend devant l’exhaustivité iconographique et l’énorme travail d’enquête qui constituent ce livre dense de 552 pages. Il raconte l’histoire d’une ville de la banlieue parisienne qui fut capitale du communisme français au XXe siècle. Il raconte aussi, au-delà de ce cas particulier, les transformations industrielles, politiques et sociales qui touchent tous les territoires.
  • Révolutions

    Michael Löwy (Hazan, 2002)

    De ces photographies se dégagent un parfum d’autrefois et une énergie féroce. On est happé par ces tirages en noir et blanc qui saisissent des scènes de rues, de barricades, de défilés, de guerres et d’enterrements. Cet ouvrage rassemble, pour la première fois, une abondante documentation photographique sur les mouvements révolutionnaires : la Commune, les révolution russe, hongroise, allemande, mexicaine, chinoise, espagnole. Il s’arrête en 1967, quand se termine celle de Cuba. L’histoire n’est pas finie. On espère la suite car ces images font apparaitre ces moments historiques, non pas comme une abstraction racontée par les historiens, mais par l’engagement d’hommes et de femmes à l’histoire personnelle pétrie par les luttes, le sang et… Lire la suite

Politique

  • L’illusion nationale

    Valérie Igounet, Vincent Jarousseau (Les Arènes, 2017)

    Pendant deux ans, Valérie Igounet et Vincent Jarousseau se sont rendus dans trois villes dirigées par le FN : Hayange, Beaucaire et Hénin-Beaumont. Ils ont pris des notes et des images, ils ont rencontré et photographié les habitants, ces personnes que la présidente d’extrême-droite nomme les « invisibles ». Ils les montrent et leur donne la parole. Tout ce que vous allez lire et voir dans ce livre est vrai. Rien n’a été inventé. Sauf la forme de cet ouvrage. Mi-texte, mi-photo. Un roman-photo, en fait, comme support à un documentaire historique. C’est aussi réussi qu’efficace.

Beaux livres

  • Photographie, arme de classe. Photographie sociale et documentaire en France, 1928-1936

    Damarice Amao, Florian Ebner et Christian Joschke (Textuel - Centre Pompidou, 2018)

    Que s’est il passé dans l’entre-deux-guerres en France, précisément entre 1928 et 1936 ? Quelles représentations avons-nous des travailleurs, des paysans, des luttes, de la police, des femmes, des loisirs, des enfants, des clochards, des mobilisations, des députés, de la montée du fascisme, du pacifisme, de la révolution sociale, des colonies… Damarice Amao, Florian Ebner et Christian Joschke ont constitué un recueil de la photographie sociale et documentaire en France, de ces huit années. Mêlant textes et images en sépia ou en noir et blanc prises par de jeunes photographes qui deviendront célèbres (Henri Cartier-Bresson, Gisèle Freund, Willy Ronis, Eli Lotar, par exemple), ils montrent comment à travers des nouvelles pratiques photographiques est née une grammaire visuelle et graphique portée par un foisonnement de magazines, brochures, tracts et affiches. Grâce à près de cent œuvres, certaines… Lire la suite
  • La banlieue en couleur

    Robert Doisneau (La découverte, 2017)

    En 1984, la Datar (Délégation interministérielle à l’aménagement du territoire) commande à douze photographes - ils deviendront vingt-huit devant l’ampleur du projet - de « représenter le paysage français des années 1980 ». Cette mission devenue légendaire sélectionnera 2000 images parmi 200 000 prises de vue réalisées tout au long de milliers de kilomètres parcourus à travers la France. Raymond Depardon et Josef Koudelka sont parmi ces photographes. Pour l’occasion, Robert Doisneau revient sur son territoire d’élection, la banlieue qu’il avait longuement photographiée. Regarder ces clichés rassemblés dans ce livre, provoque un double trouble. L’un parce qu’ils témoignent de l’incroyable importance des changements urbains. L’autre parce que ses sont ses premières photos en… Lire la suite
  • L’Humanité, figures du peuple. Une plongée dans les archives photographiques du journal

    Danielle Tartakowsky (Flammarion, 2017)

    Feuilleter ce bel ouvrage qui met en lumière les photos rarement montrées du quotidien, c’est se faire emporter par une vague de souvenirs (même si on ne les a pas vécus), de combats (même si on vous les a racontés), de poings levés, de grèves, de mobilisations (même si à cette époque vous n’étiez pas nés). Le temps semble suspendu. La puissance des images en noir et banc explose. Cette plongée dans les archives, rythmée par les évènements marquants du XXe, est une traversée du siècle commencée en 1904. Livre de photos, mais aussi livre d’histoire.
  • La pensée dure du grand timonier mou

    Collectif Invisible Line Piaille Haut (Librairie Tropiques, 2016)

    Des affiches de films, des timbres, des réclames, des tableaux, des unes, des jaquettes de livres, calendriers tous détournées, réinventés sur le mode du petit livre rouge de Mao. Le Collectif Invisible et la Fédération Française des Concours de Circonstances, avec le soutien de la Libraire Tropiques, se sont lancés dans un grand détournement où les visages, les titres et les légendes de l’époque ont été remplacés et détournés. On n’y voit pas le grand timonier chinois, mais François Mollande et toute la clique des hommes et femmes politiques d’aujourd’hui. Un travail de titan que ce livre, aussi pertinent qu’hilarant.
  • Edward S. Curtis

    Edward S. Curtis (Photo Poche, 1997)

    Une passion indienne dévora pendant trente ans le photographe Edward S.Curtis. Vers 1900, il entreprit de photographier les indiens d’Amérique du Nord, du moins ceux qui correspondaient à l’idée qu’il s’en faisait. Donc pas d’indiens s’intégrant aux mœurs occidentales, oubliant leurs coutumes, portant cravate ou salopette, conduisant une auto. Trente ans plus tard, 300 000 clichés et vingt volumes témoignent de cette entreprise gigantesque et acharnée. Cette œuvre chimérique au sens où Curtis a toujours essayé de rendre aux Indiens l’authenticité qu’ils étaient en train de perdre - au risque d’ailleurs de de construire des décors et des tuniques, n’en est pas moins somptueuse. La sélection d’images qu’offre cette édition en… Lire la suite

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Une sélection :

Frédéric LORDON publie« Figures du communisme » aux éditions La Fabrique. Un entretien en deux parties Frédéric Lordon, le capitalisme nous détruit, détruisons le capitalisme (1/2) AbonnésVoir

Le

Il est remonté Lordon, et son bouquin vous remonte, un vrai coup de printemps dans cette odeur de renfermé et de renoncement flageolant. Angoisse, précarité, inégalités, réchauffement, asphyxie et maintenant pandémie. Ça fait beaucoup et c’est clair, le capitalisme détruit nos vies. On peut essayer de lui limer les griffes, lui mettre du caoutchouc sur les crocs, lui apprendre à manger de la salade, lui faire des petits bisous, il s’en fout. On en voit à gauche tout penauds, qui négocient comme au temps de l’esclavage on aurait négocié la longueur de la chaîne et le poids des boulets. Il faut choisir : ou bien on dit « un autre capitalisme est possible » et on le réforme et on le corrige et on lui trouve des chouettes idées et on le renforce. Ou bien on comprend qu’il nous mène au désastre général et qu’il faut tout changer. Tout en profitant de la période qui finit, celle du développement matériel, à nous d’inventer enfin l’histoire du développement humain. Voilà qui vous remet de l’air dans les bronches !

« On lâche rien », c’est eux qui chantent ça, les larbins du capitalisme, tous en chœur dans leurs Covid parties, on lâche rien sauf les chiens, sauf les chars. Les chars, oui. Lordon rappelle 1973 à Santiago du Chili, quand un vrai socialisme était là pour de vrai. On peut rappeler la Semaine sanglante, on peut rappeler ceux qui ont préféré Hitler au Front populaire, on peut évoquer les véhicules blindés qui furent envoyés par Macron contre les « gilets jaunes », et aujourd’hui la spéculation sur les vaccins qui va laisser pourrir des milliers d’êtres dans le monde. Et bien sûr, un capitalisme propre sur lui, bien déguisé en démocratie comme le loup qui se déguise en gentille grand-mère. Des élections, ah oui, très bien, à condition que les blancs bonnets remplacent les bonnets blancs, et le contraire aussi dans un affrontement passionnant. Mais pas davantage. Sinon revoyez les aventures de la Grèce en 2015. Tout le bouquin de Lordon peut se résumer à la phrase de Bertolt Brecht : « le fascisme n’est pas le contraire de la démocratie, il est son évolution par temps de crise ».

Émission spéciale « Doléances et Résistances » en public HAYANGE, CEUX QUI FONT FACE AU FRONT [INTÉGRALE RADIO] AbonnésÉcouter

Le

C’est curieux, le maire d’Hayange n’a pas aimé notre affiche, il l’a fait arracher et même il l’a fait repeindre en bleu ! Lui qui aime tant le cochon, lui qui fait la Fête du cochon. Hayange est l’une des onze nouvelles villes conquise par le Front National lors des municipales de 2014. Ancien militant de Lutte Ouvrière et de la CGT,le jeune maire d’Hayange est devenu célèbre en se convertissant subitement à l’extrême-droite. Il est aussi très malin pour lancer des petites ou des grosses provocations qui font le beurre et le bonheur des médias qui viennent du monde entier dans cette ville de Moselle frappée par les politiques néo-libérales.