Lire délivre

Les bouquins de LÀ-BAS

La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

Vos avis et conseils sont bienvenus !

La sélection

Histoire

  • Ivry banlieue rouge

    Emmanuel Bellanger (Creaphiseditions, 2017)

    Ce livre de photos et de textes est une aventure collective. On le comprend devant l’exhaustivité iconographique et l’énorme travail d’enquête qui constituent ce livre dense de 552 pages. Il raconte l’histoire d’une ville de la banlieue parisienne qui fut capitale du communisme français au XXe siècle. Il raconte aussi, au-delà de ce cas particulier, les transformations industrielles, politiques et sociales qui touchent tous les territoires.
  • Révolutions

    Michael Löwy (Hazan, 2002)

    De ces photographies se dégagent un parfum d’autrefois et une énergie féroce. On est happé par ces tirages en noir et blanc qui saisissent des scènes de rues, de barricades, de défilés, de guerres et d’enterrements. Cet ouvrage rassemble, pour la première fois, une abondante documentation photographique sur les mouvements révolutionnaires : la Commune, les révolution russe, hongroise, allemande, mexicaine, chinoise, espagnole. Il s’arrête en 1967, quand se termine celle de Cuba. L’histoire n’est pas finie. On espère la suite car ces images font apparaitre ces moments historiques, non pas comme une abstraction racontée par les historiens, mais par l’engagement d’hommes et de femmes à l’histoire personnelle pétrie par les luttes, le sang et l’espoir.

Beaux livres

  • Photographie, arme de classe. Photographie sociale et documentaire en France, 1928-1936

    Damarice Amao, Florian Ebner et Christian Joschke (Textuel - Centre Pompidou, 2018)

    Que s’est il passé dans l’entre-deux-guerres en France, précisément entre 1928 et 1936 ? Quelles représentations avons-nous des travailleurs, des paysans, des luttes, de la police, des femmes, des loisirs, des enfants, des clochards, des mobilisations, des députés, de la montée du fascisme, du pacifisme, de la révolution sociale, des colonies… Damarice Amao, Florian Ebner et Christian Joschke ont constitué un recueil de la photographie sociale et documentaire en France, de ces huit années. Mêlant textes et images en sépia ou en noir et blanc prises par de jeunes photographes qui deviendront célèbres (Henri Cartier-Bresson, Gisèle Freund, Willy Ronis, Eli Lotar, par exemple), ils montrent comment à travers des nouvelles pratiques photographiques… Lire la suite
  • La banlieue en couleur

    Robert Doisneau (La découverte, 2017)

    En 1984, la Datar (Délégation interministérielle à l’aménagement du territoire) commande à douze photographes - ils deviendront vingt-huit devant l’ampleur du projet - de « représenter le paysage français des années 1980 ». Cette mission devenue légendaire sélectionnera 2000 images parmi 200 000 prises de vue réalisées tout au long de milliers de kilomètres parcourus à travers la France. Raymond Depardon et Josef Koudelka sont parmi ces photographes. Pour l’occasion, Robert Doisneau revient sur son territoire d’élection, la banlieue qu’il avait longuement photographiée. Regarder ces clichés rassemblés dans ce livre, provoque un double trouble. L’un parce qu’ils témoignent de l’incroyable importance des changements urbains. L’autre parce que ses sont ses premières photos en couleur.
  • L’Humanité, figures du peuple. Une plongée dans les archives photographiques du journal

    Danielle Tartakowsky (Flammarion, 2017)

    Feuilleter ce bel ouvrage qui met en lumière les photos rarement montrées du quotidien, c’est se faire emporter par une vague de souvenirs (même si on ne les a pas vécus), de combats (même si on vous les a racontés), de poings levés, de grèves, de mobilisations (même si à cette époque vous n’étiez pas nés). Le temps semble suspendu. La puissance des images en noir et banc explose. Cette plongée dans les archives, rythmée par les évènements marquants du XXe, est une traversée du siècle commencée en 1904. Livre de photos, mais aussi livre d’histoire.
  • Edward S. Curtis

    Edward S. Curtis (Photo Poche, 1997)

    Une passion indienne dévora pendant trente ans le photographe Edward S.Curtis. Vers 1900, il entreprit de photographier les indiens d’Amérique du Nord, du moins ceux qui correspondaient à l’idée qu’il s’en faisait. Donc pas d’indiens s’intégrant aux mœurs occidentales, oubliant leurs coutumes, portant cravate ou salopette, conduisant une auto. Trente ans plus tard, 300 000 clichés et vingt volumes témoignent de cette entreprise gigantesque et acharnée. Cette œuvre chimérique au sens où Curtis a toujours essayé de rendre aux Indiens l’authenticité qu’ils étaient en train de perdre - au risque d’ailleurs de de construire des décors et des tuniques, n’en est pas moins somptueuse. La sélection d’images qu’offre cette édition en témoigne.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Une sélection :

« L’inceste, le dire et l’entendre » de Andréa Rawlins, sera diffusé le 26 septembre (Fance 3). Parmi les témoignages, celui de Corinne Masiero. Corinne Masiero et les Vaginites en concert pour Là-bas ! Accès libreVoir

Le

« L’inceste, le dire et l’entendre », le film d’Andrea Rawlins sera diffusé le 26 septembre à 23:10 sur FR3. Parmi les témoignages, celui de Corinne Masiero. Voilà un bon prétexte pour (re)voir la vidéo du concert de CORINNE MASIERO et LES VAGINITES du 28 mars pour la chaude (!) soirée de LÀ-BAS à la Flèche d’or.

Un album en images de la montée au mur des Fédérés Depuis 150 ans, comment a-t-on commémoré la Commune ? Accès libreVoir

Le

Chaque année, au temps des cerises, nous célébrons la Commune de Paris. Chaque époque a sa manière de commémorer : 1936, 1945, 1971, 2021… Des images qui en disent plus sur le présent que sur la Commune elle-même ! Des trotskystes aux libertaires, du communiste Maurice Thorez au socialiste Pierre Mauroy, des survivants des camps nazis aux francs-maçons, de l’Union des femmes françaises à Force ouvrière, voici quelques images au fil du temps pour dire : la Commune n’est pas morte !

Leon Redbone est mort « à 127 ans » Ne parlez pas de moi quand je serai parti Accès libreVoir

Le

Leon Redbone a poussé l’élégance jusqu’à permettre au journaliste du service « nécrologie » de profiter de son week-end. « Please don’t talk about me when I’m gone », avait-il chanté. Crooner anachronique, dandy énigmatique, un look à la Zappa et la moustache de Groucho (qui lui-même affirmait avoir emprunté sa moustache à sa femme de chambre). Impeccable prince sans rire, vendredi, Leon Redbone a fait cet élégant petit salut de la main en effleurant le bord de son panama. Le dernier. N’en parlons plus, donc. Mais écoutons. Leon laisse un merveilleux chef-d’œuvre de musique populaire, originale, belle et drôle. Qui peut résister à son Diddy Wa Diddie, son Shine on harvest moon ou son Champagne Charlie ? Chapeau !