CAFÉ-REPAIRE SPÉCIAL KOBANÊ

Le , par Jonathan Duong

Café-repaire spécial Kobanê
Mardi 18 novembre à 19h30 au bar le Challenge
Avec la participation d’Aurélien Roulland,
chroniqueur au Webzine Kedistan kedistan.fr

Kobanê, derrière la ville assiégée, un nouveau Chiapas ?

De par le monde comme en témoigne la journée mondiale de solidarité à Kobanê du premier novembre, une solidarité tente de trouver sa voix parmi le concert de « coalitions internationales » des petites ententes contre-nature entre « amis » ( gouvernement turc/-DAECH, Etats-Unis/Emirats… )

On voit de partout des mouvements de solidarité spontanés et chaque attaque sur Kobanê fait frémir des milliers de personnes. Sur le terrain, bien loin du confort des fauteuils ministériels, ils se battent, seuls, au nom de la “liberté”. Leurs ennemis ont souvent été armés par les mêmes qui se prétendent aujourd’hui coalition contre eux.

Protection d’intérêts économiques et géostratégiques sont la règle dans la région, depuis plusieurs décennies : pillage libre des ressources, mais liberté d’opinion et liberté des peuples, sûrement pas !

La voix de Rojava* est la seule à entendre dans la région. Si Kobanê tombe, elle s’éteindra…
Kobanê ne doit pas tomber !
Berxwedan Jîyane !

(*) à Rojava, les Kurdes de Syrie mènent de front une révolution démocratique et une guerre contre le terrorisme. L’autonomie démocratique a été décrétée officiellement le 21 janvier 2014. Elle repose sur les principes de la démocratie participative et se substitue à l’ancien régime de Bachar El Assad partout où les Kurdes contrôlent leur territoire, c’est-à-dire la plus grande partie de Rojava (Kurdistan Occidental)
Pour plus d’infos : Oui, le peuple peut changer les choses (l’expérience du Rojava)

Les visages épuisés, sérieux, de ceux qui montent la garde depuis des semaines à la frontière en restant exposés aux nuisances du feu et du gaz lacrymogène : « Nous avons enterré tant de morts. » La phrase que la mère d’un guérilléro, me tenant la main à l’extrémité de la chaîne pour la paix, m’a apprise syllabe après syllabe en essayant de ne pas rire de ma prononciation : « Bijî Berxwedana Kobanê ! »

Extrait de la chronique d’Asli Erdogan, sur Kobanê

InfobrèvesEnvoyez vos infos à infobreves@la-bas.org

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Le répondeur de Là-bas

c'est vivant, c'est parlant, c'est gratuit…

Enregistrez votre message au 01 85 08 37 37
  • Au bistro du répondeur, une nouvelle tournée !

    Le

    Vos témoignages, vos idées, vos renseignements généreux, vos rigolades, dites le sur le répondeur 01 85 08 37 37.

    [RÉPONDEUR] Vos messages du 6 décembre 2018

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Une sélection :

Comment ils nous ont volé le football Accès libreÉcouter

Le , par L’équipe de Là-bas

Corruption, dopage, chauvinisme, machisme, outil des dictateurs, diversion, achat de joueurs, achat de votes, matchs truqués : qui s’intéresse au football ne peut ignorer ces dérives récurrentes. Ce sport reste pourtant l’un des plus populaires au monde, rassemblant dans plus de 17 000 clubs en France deux millions de licenciés et 200 000 bénévoles.
Entretien : Daniel Mermet

Aude Lancelin reçoit Arthur Messaud, de la Quadrature du Net Google et Facebook contre la démocratie AbonnésVoir

Le

Difficile de mobiliser les citoyens sur la question de la protection des données personnelles, ou des dangers que font courir aux libertés publiques des géants du web comme Google ou Facebook. C’est ce que tente de faire La Quadrature du Net, association de défense des droits et libertés des citoyens sur Internet, qui intervient depuis 2008 dans les débats concernant la liberté d’expression, le droit d’auteur, ou encore de la régulation des télécoms.

« Les idées qui traînent dans l’air » Naomi Klein : le coronavirus du capitalisme Accès libreVoir

Le

La crise est-elle une opportunité pour le capitalisme ? Va-t-il appliquer sa stratégie du choc pour nous faire avaler des choses qui nous semblaient impossibles il y a un mois ? Tout dépend des idées qui traînent dans le fond de l’air et de celles qui s’imposeront. Et justement, il y a, dans l’air, des idées qui pourraient nous être favorables.