Les Repaires

Les Repaires n’ont rien lâché, bravo !

Certains les disaient morts, enterrés et déjà récupérés, mais les vrais Repaires de Là-bas si j’y suis n’ont pas lâché la rampe. À Bordeaux, Limoges, Paris ou Lille ces jours derniers, les soirées débats avec Daniel Mermet ont été de beaux succès, chaleureux et stimulants pour tous. Du coup beaucoup de Repaires souhaitent vite organiser une soirée de débat avec Daniel autour du projet en cours mais pour courir aux quatre coins de l’hexagone, il faut un minimum de logistique. Voici donc où nous contacter : contact@la-bas.org

Grâce à vous tous, nous dépassons les 18 000 abonnés. C’est un très bon résultat, nous pouvons déjà faire pas mal de choses et le chantier avance, mais nous devons encore réunir toutes nos forces pour décoller et nous maintenir en vol. Nous savons que nous pouvons compter sur les fidèles AMG, d’abord pour cette campagne d’abonnement, mais aussi pour les remarques, pour les infos, pour l’engagement dans la construction d’un nouveau média qui va continuer et développer les bagarres de Là-bas.

Pour annoncer vos prochains Repaires, débattre, donner des infos locales, écrivez à repaires@la-bas.org

LES REPAIRES DE LÀ-BAS, RÉSISTER À LA RÉSIGNATION

C’est en septembre 2005 que l’idée des Cafés Repaires a été lancée par Daniel Mermet, sur France Inter, dans son émission "Là-bas si j’y suis".

Dans votre village, dans votre quartier, il y a sans doute d’autres auditeurs, alors pourquoi ne pas se retrouver autour d’un verre pour refaire le monde ?

Il suffit de trouver un bistrot accueillant. Ensuite, prendre contact avec l’équipe de Là-bas pour nous communiquer vos coordonnées (repaires@la-bas.org). Ainsi, vous devenez le « correspondant – animateur » du repaire et vous figurez sur la liste officielle des repaires. Pour donner rendez-vous, parler de l’actualité de votre repaire et de votre région, c’est la même adresse (repaires@la-bas.org). N’hésitez pas à laisser aussi un message sur le nouveau répondeur de Là-bas au 01 85 08 37 37.

Et voilà, vous vous retrouvez au Café de la place ou au Bar des Sports. À vous d’animer les rencontres, d’organiser les débats, le temps de paroles, les sujets, les invités…

Mais attention, du routier au rentier, il faut que chacun puisse pousser la porte du Café Repaire de Là-bas si j’y suis. Le Repaire n’est pas un club où viennent se convaincre les convaincus ni la chapelle où l’éternel militant vient évangéliser ses congénères.

Avec plus de cent cinquante Repaires en France, mais aussi à Montréal, Barcelone, Londres ou Budapest, c’est chaque mois des milliers d’Auditeurs Modestes et Géniaux (AMG) qui participent, s’expriment, confrontent des idées, fomentent de grands complots, chantent et dansent et paient leur tournée. On se retrouve à 5 ou à 100, peu importe, la quantité ne fait pas la qualité. 

Voilà ce que dit Aurélie du Repaire de Marseille : « C’est une auto éducation en prise avec l’expérience de chacun, loin de la culture de distinction et de consommation, loin de la culture qui tombe du ciel et des personnages hors du commun, pour moi c’est le lieu d’une résistance à la soumission et à la résignation. »

Et surtout, les Repaires, c’est bien plus fort que tous les réseaux sociaux du monde, puisqu’on peut se voir en vrai.

Mais cette réussite attire aussi des convoitises. Ainsi des Repaires ont été contactés pour la vente de produits divers ou pour des mobilisations se réclamant de Là-bas si j’y suis (LBSJS) sans nous avoir consultés auparavant. En cas de doute n’hésitez pas à nous contacter.

Le répondeur : + 33 (0)1 85 08 37 37

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Les Rendez-vous des Repaires

  • Pour ce rendez-vous au Café Repaire de Nice, nous passerons en revue le crédit d’impôt et l’emploi : crédit d’impôts recherche, zones franches, exonérations de taxe... Bref, les facilités comptables et niches en tous genre. Les gouvernements successifs depuis les années 80 ont taillé un environnement (...)

    Nice
    6 avenue Félix Faure

  • Rendez-vous vendredi 23 Février au café repaire de Neuvy, pour une discussion autour de la question : "les animaux ont-ils des droits ?". Entrée libre et gratuite à partir de 18h30 au restaurant Le Gout des autres !

    Neuvy
    24, rue Saint-Vincent

Une sélection :

Humanité et fermeté sont les deux mamelles de la France AbonnésVoir

Le

« C’est un projet de loi totalement équilibré. » Voilà comment le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb défend son projet de loi « Asile et immigration ». Pourtant, une trentaine d’associations ont déjà dénoncé une circulaire que le ministre de l’Intérieur souhaite maintenir : ce texte, signé par les ministres Gérard Collomb et Jacques Mézard, demande aux fonctionnaires de l’Office français de l’immigration et de l’intégration de vérifier la situation administrative des immigrés dans les centres d’hébergement d’urgence.

Gardarèm lo Larzac ! Un reportage de Daniel Mermet (1995) ZAD ET LARZAC, MÊME COMBAT ? Écouter

Le

Un symbole phallique ? Une marque ésotérique ? Un signe cabalistique ? Non, un entonnoir. Sur l’une des pierres de la Blaquière, cette fameuse bergerie construite par des centaines de défenseurs du Larzac dans les années 1970, on peut voir ce signe en forme d’entonnoir. Pourquoi ? Et quel rapport avec la ZAD ? LARZAC et ZAD, même combat ? Pour comprendre le débat, d’abord un retour sur le Larzac en 1995 avec les héros modestes de cette lutte, dont un certain José Bové, encore inconnu du grand public à cette époque…

Mort de Charles Jenkins. Reportage de Daniel Mermet et Giv Anquetil au Japon (2010) Histoire incroyable du déserteur américain qui a survécu 40 ans en Corée du Nord Écouter

Le

Une nuit de l’hiver 1965, le sergent Jenkins boit une dizaine de bières et passe en Corée du Nord. Il préfère déserter plutôt que d’aller se faire tuer au Viêt Nam. Il va être retenu une quarantaine d’années dans ce petit paradis communiste, prof d’anglais, espion, acteur dans les films de propagande avant d’être libéré et de finir comme une attraction touristique dans une petite île japonaise. C’est là qu’il nous raconte son incroyable histoire en mai 2010.