Tous les mois, Là-bas vous offre un film (ou deux, ou trois !) : classiques, pépites, curiosités

Là-bas ciné | Comme chaque mois, des belles toiles gratos pour nos abonnés adorés : « The Lobster » et deux court-métrages Abonnés

1

Le

Ce film était disponible pour les abonnés jusqu'au 4 mars 2023. Retrouvez un nouveau film chaque 1er samedi du mois avec votre abonnement à Là-bas si j'y suis. Voir le film du mois.

L’Amour, aaaah l’Amour ! C’est le thème des trois films que nous vous proposons ce mois-ci. L’amour, vraiment ? Ou bien plutôt une certaine dénonciation de l’injonction au bonheur, et surtout au bonheur d’être heureux à deux, comme dans une belle pub pour une bagnole familiale ? L’Amour sera-t-il un jour encadré par la loi ? Est-ce qu’on a le droit d’y croire encore ? Rend-il « vraiment » aveugle ? Ah, être libre, jouir sans entrave, c’est bien beau, mais pas sans consentement

Yórgos Lánthimos, The Lobster, 2015

Dans un futur proche, toute personne célibataire est obligatoirement internée à l’Hôtel et a 45 jours pour y trouver l’âme sœur. Passé ce délai, elle est transformée en l’animal de son choix. Pour échapper à ce destin, un homme s’enfuit et rejoint dans les bois un groupe de résistants : les Solitaires.

Prix du jury au festival de Cannes en 2015

Yórgos Lánthimos, The Lobster
Fiction l Grèce, Royaume-Uni, Pays-Bas, Irlande, France l 2015 l 1h58
Avec : Colin Farrell, Rachel Weisz


Mathieu Zeitindjoglou, Parlez-nous de l’amour, 2001

À l’examen oral de l’École des Sciences Politiques de Paris, un candidat a dix minutes pour disserter sur l’Amour.

Mathieu Zeitindjoglou, Parlez-nous de l’amour
Fiction l France l 2001 l 6’
Avec : Christophe Wintrich, Denise Aron-Schröpfer, Vernon Dobtcheff, Georges Benoit


Philippe Orreindy, J’attendrai le suivant...., 2003

Fort d’une statistique qui affirme que 5 millions de femmes sont seules, Antoine, célibataire, s’engouffre dans une rame du métro de Lyon et interpelle les voyageurs.

Philippe Orreindy, J’attendrai le suivant....
Fiction l France l 2003 l 4’
Avec : Thomas Gaudin, Pascal Casanova, Sophie Forte


Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Une sélection :

Hommage à François Hadji-Lazaro qui a dévissé son billard en 2023 Quand Hadji-Lazaro « détextait » Topor AbonnésÉcouter

Le

Le garçon boucher de la rue des Martyrs nous a fait faux bond, mais on l’a retrouvé en train de chanter Roland Topor. Voilà de quoi remonter la pente jusqu’à plus soif, suffit de remettre au début quand c’est la fin. Un bon voyage et un grand merci François Hadji-Lazaro, tu peux nous croire, on t’oubliera pas de sitôt.

Toute l’équipe de Là-bas

Ni Poutine, ni OTAN : pourquoi la gauche est inaudible sur la guerre en Ukraine AbonnésÉcouter

Le

Peut-on mettre en question l’engagement de la France contre la Russie sans être accusé de faire « le jeu de Poutine » ? Il semblerait que ce soit compliqué tant, depuis neuf mois, tout ce qui ne consiste pas à condamner Poutine ou la Russie semble suspect. Par exemple, pour le chroniqueur d’Europe 1 Philippe Val, ce sont les grèves des salariés français pour l’amélioration de leur pouvoir d’achat, soutenus par la CGT, qui font « le jeu de Poutine » : « si la situation de la France est la conséquence des sanctions et des rudes sacrifices que nous consentons pour défendre la liberté en Europe, choisir ce moment pour paralyser l’économie du pays en appelant à la grève générale, n’est-ce pas se déclarer allié objectif de Poutine ? Le combat syndical ne doit-il pas s’arrêter où commence l’intelligence avec l’ennemi ? »