Séance spéciale : « USA, si loin, si proche » Abonnés

1

Le

Ce film était disponible pour les abonnés jusqu'au 6 mars 2021. Retrouvez un nouveau film chaque 1er samedi du mois avec votre abonnement à Là-bas si j'y suis. Voir le film du mois.

À l’approche de l’élection présidentielle étasuniennes de novembre, un retour dans la filmographie de deux cinéastes, Luc Moullet et Jean-Gabriel Périot, deux générations qui, en quatre courts métrages, questionnent une Amérique influente mais toujours divisée, prise dans ses traumatismes et ses paradoxes.

« L’Amérique est encore loin... »

Alors que 200 000 fantômes, magnifique montage d’images d’archives de Jean-Gabriel Périot prend pour axe de réflexion le « A-Bomb Dome », seul bâtiment resté debout après l’explosion à Hiroshima, le point de vue documenté, lucide et drôle de Luc Moullet s’intéresse dans Toujours plus aux dégâts du consumérisme en France avec la prolifération des hyper-marchés à l’américaine. The devil et Le ventre de l’Amérique vont à la rencontre des américains. À travers l’histoire du mouvement des Black Panthers, pour l’un ; des habitants d’une ville emblématique de l’Amérique profonde, pour l’autre. Il s’agit de Des Moines dans l’Iowa, thermomètre pré-électoral des présidentielles.


TOUJOURS PLUS

Dans les années 90, dans certaines villes, les supermarchés ont remplacé des cinémas ou des églises. Le consumérisme devient « la religion du XXe siècle ».

Luc Moullet, France, 1994, 24 minutes

LE VENTRE DE L’AMÉRIQUE

John Wayne et Jean Seberg sont tous deux natifs de Des Moines (Iowa), ville emblématique de l’Amérique profonde. Mais la ville à une mémoire sélective. « Ventre est le mot clé dans cette capitale de l’obésité ».

Luc Moullet, France, 1996, 25 minutes

200 000 FANTÔMES

Un montage d’images d’archives en forme de méditation autour du A-Bomb Dome, symbole de la destruction d’Hiroshima par la bombe atomique en 1945.

Jean-Gabriel Périot, France, 2007, 10 minutes

THE DEVIL

Qui étaient les Black Panthers et pour quelles causes se sont-ils battus ? Un montage d’images d’archives des années 1960 évoquent leur lutte contre le racisme, pour la justice et l’égalité des droits…

Jean-Gabriel Périot, France, 2012, 7 minutes

« Là-bas si j’suis » partenaire de longue date des Mutins de Pangée (Chomsky & Cie ; une histoire populaire américaine) soutient « Cinémutins », première plateforme audiovisuelle entièrement dédiée au cinéma indépendant et politique. Une indispensable alternative aux mastodontes de la VOD (Netflix, Amazon Prime…) dont la ligne éditoriale ne vise que le profit. Au contraire, « Cinémutins » poursuit son travail coopératif pour affirmer un point de vue engagé.

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Une sélection :

« L’inceste, le dire et l’entendre » de Andréa Rawlins, sera diffusé le 26 septembre (Fance 3). Parmi les témoignages, celui de Corinne Masiero. Corinne Masiero et les Vaginites en concert pour Là-bas ! Accès libreVoir

Le

« L’inceste, le dire et l’entendre », le film d’Andrea Rawlins sera diffusé le 26 septembre à 23:10 sur FR3. Parmi les témoignages, celui de Corinne Masiero. Voilà un bon prétexte pour (re)voir la vidéo du concert de CORINNE MASIERO et LES VAGINITES du 28 mars pour la chaude (!) soirée de LÀ-BAS à la Flèche d’or.

Un album en images de la montée au mur des Fédérés Depuis 150 ans, comment a-t-on commémoré la Commune ? Accès libreVoir

Le

Chaque année, au temps des cerises, nous célébrons la Commune de Paris. Chaque époque a sa manière de commémorer : 1936, 1945, 1971, 2021… Des images qui en disent plus sur le présent que sur la Commune elle-même ! Des trotskystes aux libertaires, du communiste Maurice Thorez au socialiste Pierre Mauroy, des survivants des camps nazis aux francs-maçons, de l’Union des femmes françaises à Force ouvrière, voici quelques images au fil du temps pour dire : la Commune n’est pas morte !

Leon Redbone est mort « à 127 ans » Ne parlez pas de moi quand je serai parti Accès libreVoir

Le

Leon Redbone a poussé l’élégance jusqu’à permettre au journaliste du service « nécrologie » de profiter de son week-end. « Please don’t talk about me when I’m gone », avait-il chanté. Crooner anachronique, dandy énigmatique, un look à la Zappa et la moustache de Groucho (qui lui-même affirmait avoir emprunté sa moustache à sa femme de chambre). Impeccable prince sans rire, vendredi, Leon Redbone a fait cet élégant petit salut de la main en effleurant le bord de son panama. Le dernier. N’en parlons plus, donc. Mais écoutons. Leon laisse un merveilleux chef-d’œuvre de musique populaire, originale, belle et drôle. Qui peut résister à son Diddy Wa Diddie, son Shine on harvest moon ou son Champagne Charlie ? Chapeau !