Vote par adhésion ou vote par défaut ? Seulement 16% ont voté pour son programme

Vive le président Macron ! Vive la Révolution !

Le

Cet article vous est offert, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis ne vit que grâce à vos abonnements. Sans vous, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Tout comme Fidel CASTRO et ses guerilleros, Emmanuel MACRON vient de montrer qu’il n’est pas nécessaire d’avoir une majorité pour prendre le pouvoir. En effet, au moins 75% des électeurs inscrits ne voulaient pas de lui ! Il suffit de voir les résultats officiels.

Le jour de l’élection, le 07 mai, nous vous disions que 81% des inscrits ne voulaient pas de Monsieur MACRON [1]. Aujourd’hui, avec les chiffres officiels du ministère de l’Intérieur et avec des informations plus complètes, il se confirme clairement qu’entre 75% et 82,5% des Français inscrits sur les listes électorales ne voulaient tout simplement pas de ce président.

Second tour de l’élection présidentielle, 07 mai 2017 (chiffres du ministère de l’Intérieur)
Population française 66 990 826
Inscrits sur les listes électorales 47 568 588
Abstentions 12 101 416 Soit 25,44% des inscrits
(record depuis le 2d tour Alain POHER -
Georges POMPIDOU en 1969)
Votants 35 467 172 Soit 74,56% des inscrits
Blancs 3 019 724*

*record sans précédent
Soit 6,35% des inscrits
Soit 8,51% des votants
Nuls 1 049 532 Soit 2,21% des inscrits
Soit 2,96% des votants
Total blancs et nuls 4 069 256 Soit 8,55% des inscrits
Soit 11,47% des votants
Total abstentions,
blancs et nuls
16 170 672 Soit 33,99% des inscrits
Plus d’un tiers des Français a choisi de ne pas choisir
Suffrages exprimés 31 397 916 Soit 66,01% des inscrits
M. Emmanuel
MACRON
20 753 798 Soit 43,63% des inscrits
Soit 66,10% des suffrages exprimés
Mme Marine LE PEN 10 644 118*

*en réalité,
Madame LE PEN
est en troisième
position.
Avec 10,6 millions de
voix, elle arrive
derrière les abstentions
(12,1 millions)
Soit 22,38% des inscrits
Soit 33,90% des suffrages exprimés
Vote d’adhésion ou vote par défaut ? Combien de voix POUR Monsieur MACRON ?

Selon une étude d’Ispos/ Sopra Steria publiée le 07 mai, « la volonté de faire barrage au FN a été la principale motivation de voter pour Emmanuel MACRON : 43% de ceux qui ont glissé son bulletin dans l’urne ont d’abord voulu marquer « leur opposition à Marine LE PEN ». »

Ce qui revient à dire que 8 924 133 personnes ont voté pour Emmanuel MACRON par défaut. En prenant en compte ces votants par défaut, les votes blancs, nuls, les abstentionnistes et les électeurs de Marine LE PEN, on arrive à un total de 35 738 923 de personnes qui ne veulent pas d’Emmanuel MACRON. On peut donc conclure selon cette étude que 75% des inscrits ne veulent pas de ce président.

On trouve aussi dans cette étude l’élément « qui a le plus compté dans votre choix de voter pour Emmanuel MACRON » :

Le renouvellement politique qu’il représente 33%
Son programme 16%
Sa personnalité 8%

Il n’y aurait donc que 16% de ses électeurs qui soutiennent son programme ?

Plusieurs autres études vont dans le même sens :

▶ selon une étude de l’institut Viavoice pour le journal Libération du 26 avril 2017, ce sont 41% des électeurs de Macron qui ont voté pour lui par défaut dès le premier tour (et 58% par conviction)

selon un sondage OpinionWay réalisé le jour du second tour, 49% des électeurs d’Emmanuel MACRON ont voté pour lui « pour que l’autre candidate soit battue ».

un sondage Harris Interactive pour M6 réalisé le 07 mai 2017 indique que 59% des électeurs d’Emmanuel MACRON ont voté pour lui avant tout parce qu’ils ne souhaitent pas « que Marine LE PEN devienne Présidente de la République ».

selon un sondage Ifop/Fiducial réalisé en ligne le 07 mai 2017 pour Paris Match, C News et Sud Radio, ce sont 57% des électeurs d’Emmanuel MACRON qui ont choisi ce bulletin avant tout pour « que son adversaire ne soit pas élue présidente de la République. »

une autre étude Ipsos/Sopra Steria pour le Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF) publié le 03 mai 2017 indique que 60% des électeurs ayant l’intention de voter pour Emmanuel MACRON le feraient « par défaut », contre « 40% par adhésion ».

Sur les 20 753 798 électeurs de MACRON, ce serait donc 12 452 279 personnes qui auraient voté « par défaut ». En ajoutant à ces électeurs « par défaut » les votes blancs, nuls, les abstentionnistes et les électeurs de Marine LE PEN, on peut donc conclure selon cette étude que 82,5% des inscrits ne veulent pas de ce président.

Conclusion : études et sondages indiquent un taux de vote par défaut de 43 à 60%, donc entre 75% et 82,5% des Français inscrits sur les listes électorales ne veulent pas de ce président.

Côté MACRON, on ne manque pas de rappeler que SARKOZY en 2007 ou HOLLANDE en 2012 furent eux aussi élu plus « par défaut » que « par adhésion ». Et c’est peut-être là qu’on trouve la raison du rejet de ces élus qui n’ont pas l’adhésion de la majorité et qui au contraire représentent les intérêts d’une minorité.

À noter, selon l’étude Viavoice publiée le 26 avril, après le premier tour, si les principaux candidats recueillaient de 78% à 84% de vote de conviction, Emmanuel MACRON, lui n’avait que 58% de vote de conviction.

Par ailleurs :
Un sondage « Questions de l’économie » réalisé par BVA-La Tribune du 03 au 04 mai 2017 indique que 70% des Français sont « opposés au recours aux ordonnances » pour la réforme du droit du Travail souhaitée par Emmanuel Macron

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DÉLIVRE...

Dernières publis

Une sélection :

Un cours d’Autodéfense intellectuelle pour l’été Apprenez la langue de l’adversaire avec Olivier BESANCENOT AbonnésVoir

Le

Ne dites pas « cotisations sociales », dites « charges sociales », ne dites pas « vagues de licenciement », dites « plan de sauvegarde de l’emploi », ne dites pas « guichetier », dites « chargé de clientèle ». On connaît quelques-unes de ces entourloupes langagières, mais on ne mesure pas assez comment cette perversion du langage contamine les esprits et nous fait avaler l’idéologie dominante à notre insu. Contre cette violence verbale, Olivier Besancenot publie un Petit dictionnaire de la fausse monnaie politique.

[Extrait VIDÉO 08’58 + entretien RADIO 59’30]

Humanité et fermeté sont les deux mamelles de la France AbonnésVoir

Le

« C’est un projet de loi totalement équilibré. » Voilà comment le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb défend son projet de loi « Asile et immigration ». Pourtant, une trentaine d’associations ont déjà dénoncé une circulaire que le ministre de l’Intérieur souhaite maintenir : ce texte, signé par les ministres Gérard Collomb et Jacques Mézard, demande aux fonctionnaires de l’Office français de l’immigration et de l’intégration de vérifier la situation administrative des immigrés dans les centres d’hébergement d’urgence.

Aude Lancelin reçoit Arthur Messaud, de la Quadrature du Net Google et Facebook contre la démocratie AbonnésVoir

Le

Difficile de mobiliser les citoyens sur la question de la protection des données personnelles, ou des dangers que font courir aux libertés publiques des géants du web comme Google ou Facebook. C’est ce que tente de faire La Quadrature du Net, association de défense des droits et libertés des citoyens sur Internet, qui intervient depuis 2008 dans les débats concernant la liberté d’expression, le droit d’auteur, ou encore de la régulation des télécoms.

Travailler beaucoup moins, beaucoup mieux. SANS EMPLOI (Raphaël Liogier) Revenu universel ? Le POUR AbonnésÉcouter

Le

Vous hésitez entre Macron le révolutionnaire et Valls le révolté ? Voici un peu d’air frais pour vous sortir de ce captivant dilemme, un air de retour du droit à la paresse. Car, oui, nous en faisons de plus en plus en en faisant de moins en moins. C’est une constante dans l’histoire, de l’invention de la roue jusqu’à la révolution numérique, nous avons cherché à nous libérer de la torture du travail.

Aujourd’hui, pour la première fois dans l’histoire, nous produisons suffisamment de richesses pour satisfaire tous les besoins humains. Une excellente nouvelle, non ?