Second tour : 81% des inscrits ne veulent pas de Macron

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Macron est élu, mais selon les tout derniers sondages, à peine 18% des inscrits veulent de lui comme président de la République.

L’équipe de Là-bas a fait quelques calculs très simples :
Population française 67 millions de Français
Électeurs potentiels 53,4 millions de Français
Inscrits (88,6%) 47 millions de Français
Non inscrits (11,4%) 6,4 millions de Français

(dessin : Colloghan)

Selon la dernière estimation d’Ipsos/Sopra Steria à 17h ce dimanche 07 mai, l’abstention au second tour serait de 26% des inscrits, soit 12,2 millions de Français.

Le nombre de suffrages exprimés s’élèverait donc à 34,8 millions.

Si on se fie aux dernières estimations de l’ultime enquête d’Ipsos/Sopra Steria du vendredi 05 mai, les intentions de vote pour Emmanuel Macron seraient de 63%, soit 21,9 millions de voix.

Mais sur l’ensemble des votants pour Emmanuel Macron, certains le font sans adhérer à son projet, « pour faire barrage au Front National ». Selon un sondage réalisé jeudi 04 mai et publié par Ipsos Sopra-Steria, « les électeurs qui votent pour Emmanuel Macron le font à 40 % par adhésion et à 60 % par défaut. »

DONC, sur les possibles 21,9 millions de voix pour le candidat de En Marche ! :
- 13,1 millions de personnes voteraient Macron par défaut,
- et 8,7 millions des votants adhèreraient au candidat Macron, soit seulement 18,6% des inscrits ! 

On peut donc penser que plus de 81% des inscrits sur les listes électorales n’ont pas envie du futur président !

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Dossier : Qui est VRAIMENT Emmanuel MACRON ?

Il est à la fois jeune et dynamique, mais en même temps il est dynamique et jeune à la fois. Pur produit 100% fabriqué par le PPA (Parti de la Presse et de l’Argent), afin que tout change pour que rien ne change, Emmanuel MACRON s’apprête à prendre le volant pour foncer dans le mur. Mais on ne pourra pas dire que LÀ-BAS n’aura pas klaxonné…

Voir le dossier

Spécial infogrèveEnvoyez vos infos à infogreve@la-bas.org

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

À La Courneuve, les « gilets rouges » de la CGT réinventent un service public au service du public AbonnésÉcouter

Le

« L’électricité, c’est la vie, et nous, on est des "gilets rouges" ! » La formule est de Nicolas Noguès, un militant CGT. Avec des collègues syndicalistes, il occupe une ancienne boutique EDF à la Courneuve, en Seine-Saint-Denis. Leur opération a débuté le 14 novembre 2018, soit trois jours avant le premier acte des « gilets jaunes ». Alors c’est vrai, c’est moins spectaculaire. Et du coup, il y a moins de journalistes pour couvrir l’événement. Pourtant, là aussi, dans ce coin du 93, il est question de proximité et d’accès aux services publics pour des usagers sacrifiés sur l’autel de la dématérialisation.

La bataille des retraites est lancée. Un entretien de Jérémie Younes avec Christophe Ramaux Comment Macron va baisser nos retraites AbonnésVoir

Le

Après la casse du code du travail et de la SNCF, la suppression des cotisations salariales et de l’impôt de solidarité sur la fortune, la prochaine grande régression sociale que nous propose Emmanuel Macron consiste à « réformer », une nouvelle fois, notre système de retraites. Ou plutôt, à l’affaiblir, afin de préparer l’entrée des compagnies d’assurance privées.

Une grande enquête de Dillah Teibi et Kévin Accart ADP : LA GRANDE ARNAQUE Accès libreVoir

Le

Pourquoi privatiser les aéroports de Paris ? Pourquoi offrir une telle machine à cash aux actionnaires ? Pourquoi vendre un « bijou de famille » construit avec les impôts des Français ? Les enquêtes d’opinion indiquent que 2/3 des Français sont opposés à cette privatisation. Ils n’ont pas oublié l’énorme arnaque de la privatisation des autoroutes et ils savent bien dans leur vie, autour d’eux, les dégâts entrainés par les privatisations depuis des années.