Second tour : 81% des inscrits ne veulent pas de Macron

Le

Cet article vous est offert, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis ne vit que grâce à vos abonnements. Sans vous, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Macron est élu, mais selon les tout derniers sondages, à peine 18% des inscrits veulent de lui comme président de la République.

L’équipe de Là-bas a fait quelques calculs très simples :
Population française 67 millions de Français
Électeurs potentiels 53,4 millions de Français
Inscrits (88,6%) 47 millions de Français
Non inscrits (11,4%) 6,4 millions de Français
(dessin : Colloghan)

Selon la dernière estimation d’Ipsos/Sopra Steria à 17h ce dimanche 07 mai, l’abstention au second tour serait de 26% des inscrits, soit 12,2 millions de Français.

Le nombre de suffrages exprimés s’élèverait donc à 34,8 millions.

Si on se fie aux dernières estimations de l’ultime enquête d’Ipsos/Sopra Steria du vendredi 05 mai, les intentions de vote pour Emmanuel Macron seraient de 63%, soit 21,9 millions de voix.

Mais sur l’ensemble des votants pour Emmanuel Macron, certains le font sans adhérer à son projet, « pour faire barrage au Front National ». Selon un sondage réalisé jeudi 04 mai et publié par Ipsos Sopra-Steria, « les électeurs qui votent pour Emmanuel Macron le font à 40 % par adhésion et à 60 % par défaut. »

DONC, sur les possibles 21,9 millions de voix pour le candidat de En Marche ! :
- 13,1 millions de personnes voteraient Macron par défaut,
- et 8,7 millions des votants adhèreraient au candidat Macron, soit seulement 18,6% des inscrits ! 

On peut donc penser que plus de 81% des inscrits sur les listes électorales n’ont pas envie du futur président !

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Dernières publis

Une sélection :

Le rentier a tué le routier. Un grand reportage radio de Sophie Simonot Le blues du routier (1/2) AbonnésÉcouter

Le

Qu’est-ce que tu veux faire quand tu seras grand, toi ? Routier, on disait. Routier c’était comme pompier, pilote de guerre, ou scaphandrier. Le routier c’était un héros, c’était la machine, c’était la route, c’était la nuit. Et aujourd’hui ? Le rentier a tué le routier. Sophie a fait la route avec Antoon et avec son blues beau comme un camion. Un grand reportage radio en deux étapes.

Les prisons sont pleines mais elles sont vides de sens. Un rapport sur l’horreur carcérale PRISON DE FRESNES, T’ES MOINS QU’UN RAT AbonnésVoir

Le

On marche dans la merde de rat dans la prison, il y en a partout, on est bouffé par les poux et les punaises de lits, la bouffe est pourrie, on est neuf par cellule, on se fait cogner par les surveillants.

Cette fois, c’est la prison de Fresnes qui fait l’objet d’un rapport explosif. Nous recevons Adeline Hazan, contrôleure générale des lieux de privation de liberté, et Yoan Karar, surveillant membre du Syndicat National Pénitentiaire FORCE OUVRIÈRE.

CONTRE L’ÉCOLOGIE DE MARCHÉ (RADIO 50’51) ANDRÉ GORZ, LEUR ÉCOLOGIE ET LA NÔTRE Écouter

Le

« Une politique écologiste est une politique nécessairement anticapitaliste » Dés le début des années 70, André GORZ, le père spirituel de l’écologie politique, dénonçait la récupération de l’écologie par la puissance capitaliste. La COP21 a montré la totale domination des grandes entreprises sur les États. On dit merci à EDF, Exxon, BNP-Paris Bas, Chevron et tout leurs amis qui ont financé la conférence. Grâce à vous désormais les tigres ne mangeront que de la salade verte. Pour ceux qui en douteraient, nous vous proposons cette heure avec André GORZ (...)

Entretien, Daniel Mermet avec Christophe Fourel. (Archives de l’émission « À voix nue » (France Culture, Marie-France Azar, 1991).

Libérez l’entrepreneur qui est en vous ! Un reportage de Sophie Simonot Plus de patron, plus de chômage, vous en rêvez ? Un stage pour devenir freelance AbonnésÉcouter

Le

Plus de patron, plus de chômage, vous en rêvez ? Et bien c’est simple, devenez freelance ! Suivez avec nous ce stage de quatre jours et vous allez devenir « le capitaine de vous-même » ! L’Académie du freelance vous attend. Emmanuel Macron le proclame : « la France est un pays d’entrepreneurs ». Toute enthousiasmée, Sophie Simonot a voulu rencontrer cette jeunesse pleine d’avenir. Miroir aux alouettes ?