TOUT UN ÉTÉ LÀ-BAS

Ouvre-moi en deux avec ton grand couteau de velours

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement
Il est temps de prendre le temps. Tout l’été, retrouvez le meilleur de Là-bas, une sélection de ce que vous avez (peut-être) raté cette année. Même en vacances, les AMG [1] sont vraiment des privilégiés ! En février, Là-bas rendait hommage à l’écrivain Jean-Claude Carrière.

Attribué à François Boucher, Léda et le Cygne, vers 1740

Peut-on dire que la mort de quelqu’un nous fait du bien ?

Non, bien sûr.
Mais.
Mais Jean-Claude Carrière.
Mort dans son sommeil à 89 ans, ce mardi huit février 2021.
Aussitôt, de partout, voilà des voix, voilà ses films, ses scénarios, ses bouquins, ses chansons, ses dessins, et toutes ces choses « pas essentielles », comme on dit ces temps-ci.
Surtout des histoires.
Jean-Claude Carrière, c’était surtout des histoires sur tout.

Et voilà les voix de ses amis, et voilà sa voix à lui :
« Il faut savoir joindre l’agréable à l’agréable, et se contenter de beaucoup. »
Quelqu’un qui vous laisse ce petit mot sur la table avant de refermer la porte du jardin,
ça fait du bien, beaucoup de bien, par ces temps qui ne courent plus.

Et c’est là qu’on s’envoie un verre derrière la cravate de notaire.
Quoi ? Cravate de notaire ? Qu’est-ce que vous entendez par là ?
Pas grand-chose .
Et ça le préoccupait beaucoup.
Jean-Claude Carrière en avait fait un livre : les « petits mots inconvenants ».
Il était venu nous en parler dans une émission, que nous n’avons pas retrouvée.
Je me souviens d’un grand moment de jubilation.
L’argument du livre est simple : ces « petits mots inconvenants », un vieil érudit les fait découvrir à une jeune femme qui doit traduire des histoires pornographiques, et qui cherche à connaître les mots pour dire la chose.

On ne se méfie jamais assez des puritains toujours prêts à reprendre du poil de la bête pour en faire des brosses à reluire le vieil ordre moral, aussi voilà quelques pages à savourer en guise d’hommage, histoire de vous donner envie d’emmener Popol au cirque.

D.M.

FAITES DÉFILER LE LIVRE CI-DESSOUS :

Vous n’avez pas de plugin PDF mais vous pouvez télécharger le fichier.

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Notes

[1AMG : Abonnés Modestes et Géniaux

Voir aussi

- MERCI AUX ÉDITIONS PLON QUI NOUS ONT PERMIS DE PARTAGER CES PAGES  :

Jean-Claude Carrière, Les mots et la choses. Le grand livre des petits mots inconvenants, première édition en 1983, Balland, nouvelle édition en 2007, Plon, Paris

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

« Il n’y a pas de grand remplacement » : un entretien avec Hervé Le Bras, démographe et historien Serons-nous encore français dans trente ans ? AbonnésVoir

Le

L’extrême droite d’aujourd’hui n’a rien inventé. Exploiter la peur de l’invasion est une vieille ficelle racoleuse qui fait vendre et qui fait du buzz mais aussi une ficelle qui a servi à pendre des « fruits étranges », ces « strange fruits » que chantaient Billie Holiday. Comment un tel fantasme qui ne repose sur aucune donnée statistique ou historique peut faire les choux-gras des candidats de droite et d’extrême droite, soutenus par au moins un tiers des électeurs selon des sondages ?

Trois réacs à la FIAC Accès libreÉcouter

Le , par L’équipe de Là-bas

Un vrai succès ! 40ème Foire Internationale d’Art Contemporain, 75 000 entrées en 5 jours, 15 000 V.I.P., 35 euros l’entrée. C’est formidable, ils sont ravis, ils sont contents, voilà un domaine qui ignore crise et récession.
Un reportage de Giv Anquetil et Daniel Mermet.
Avec Franck Lepage.

L’HUMA SI J’Y SUIS 2016 Jacques PRÉVERT : « Étranges étrangers », chanté par André MINVIELLE AbonnésÉcouter

Le

« Étranges étrangers ». En 1946, Jacques Prévert écrit ce texte qui sera publié en 1951, hommage fraternel aux exilés, colonisés, apatrides, résistants, expatriés, déportés pour « avoir défendu en souvenir de la vôtre, la liberté des autres ». Aujourd’hui, à l’heure où les portes se ferment André Minvielle reprend A cappella. Et le silence se fait.