Marcel TRILLAT, journaliste, 1940-2020. Hommage à un frère.

Marcel Trillat a replié son chiffon rouge

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Jamais il ne l’a caché dans sa poche. Ses origines sans doute, une famille de paysans dans le Vercors, terre de résistance. Résistance, c’est le mot qui résume sa vie, les 80 années de sa vie de journaliste consacrée aux luttes sociales, aux précaires, aux oubliés, aux prolos à travers ses reportages et ses documentaires dont il venait parler à Là-bas. Engagé, généreux, précis, mais vivant aussi. Le contraire d’un révolutionnaire de papier. « Après ça, on va casser la croûte », disait Marcel en arrivant. On avait beau casser la croûte longuement, on n’arrivait pas au bout de ses récits de reportage, de galères, de ruses, de rigolades, de colères, d’émotions et de bagarres avec le pouvoir, avec tous les pouvoirs.

En 1965, il intègre l’équipe de « Cinq colonnes à la une », le grand magazine de l’ORTF. Un hasard incroyable. L’équipe de l’émission était venue faire un reportage dans la ferme familiale, c’est là qu’il fait connaissance avec Pierre Desgraupes, l’un des patrons du magazine. Il passe le voir à Paris et il est engagé comme stagiaire. Il a 25 ans, et beaucoup plus de convictions que de compétences. Les convictions, c’est le parti communiste, les compétences suivront. Il restera fidèle au parti même lorsqu’il l’aura quitté. De même qu’il restera fidèle au service public. Il faisait le rapprochement.

À la fin de son parcours, il a raconté comment ça se passait à l’intérieur du parti, les grands aveuglements et les belles espérances. Il a aussi raconté comment ça se passait à l’intérieur de l’ORTF, la grande voix de la France et les belles dissidences [1]. Oui, des dissidences, malgré le contrôle et la censure du pouvoir gaulliste qui n’osait pas supprimer « Cinq colonnes » à cause de la popularité de l’émission. Mais il y avait des limites. Exemple en 1967, son reportage sur le 1er Mai à Saint-Nazaire réalisé avec Hubert Knapp. Au bout de deux mois de grève, les 3 200 dockers des chantiers de l’Atlantique ont emporté la victoire. Muguet, casquettes, accordéon. Un chef d’œuvre de 24 minutes qui sera interdit par la direction et le gouvernement. Il montre qu’ un an avant Mai 68, la France bouillonnait déja. Après Mai 68, fini Cinq colonnes à la une, les journalistes contestataires sont massivement licenciés et bien sûr, Marcel est dans la charrette.

Lorraine Cœur d’Acier

Un autre épisode à la mémoire de Marcel

En 1979, la destruction de la sidérurgie en Lorraine entraîne une immense catastrophe sociale. En soutien à la lutte à Longwy, la CGT installe une radio pirate, Lorraine Cœur d’Acier. Afin d’éviter l’amateurisme des bénévoles, il est fait appel à deux journalistes professionnels, Jacques Dupont et Marcel Trillat, qui vont réussir à encadrer cette radio tout en laissant la parole aux protagonistes de la lutte tout comme aux habitants. Des débats, des témoignages, des récits, la radio est un succès mais qui ne plaît pas à l’encadrement cégétiste. Jacques Dupont et Marcel Trillat se font virer au cours de l’été 1980. La CGT reprend les choses en main, mais sans succès, l’aventure s’achève en 1981. Trop tard, l’émission devient une légende. Essais, reportages, films, pièces de théâtre, depuis quarante ans, l’aventure de cette radio passionne toujours.

Voici deux émissions de Là-bas :

[RADIO] Un morceau de chiffon rouge (1/2) [4 septembre 2012]
[RADIO] Un morceau de chiffon rouge (2/2) [5 septembre 2012]

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Avec le sociologue François Héran qui publie « Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression » (La découverte) Les islamo-gauchistes mangeront-ils nos enfants ? Rencontre avec François Héran (1/2) AbonnésVoir

Le

Suite à l’assassinat de Samuel Paty en octobre 2020, le sociologue et démographe François Héran professeur au Collège de France a adressé une [Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression-C’est la base du livre qu’il publie à la Découverte. >https://www.editionsladecouverte.fr/lettre_aux_professeurs_sur_la_liberte_d_expression-9782348069277] (La Découverte, 2021).Alors que les caricatures qui désacralisent le religieux sont devenues sacrées, il rappelle que la liberté d’expression peut inclure des formes choquantes ou inutilement blessantes et que les caricaturistes a ce sujet, ne sont pas d’accord entre eux sur les limites de leur travail. Il évoque trois dessinateurs de Charlie Hebdo : Charb, Cabu et Pétillon. Dans un débat miné, où le courage de la nuance est plus que rare, ses explications sont essentielles.

Entretien avec le sociologue François Héran (2/2), qui publie « Avec l’immigration. Mesurer, débattre, agir » (La Découverte) Migrants, cadavres en morceaux… AbonnésVoir

Le

Choquant, provoquant, mais réel. Depuis des années, les habitants de Zarzis, sur la côte tunisienne, recueillent comme ils peuvent les corps des migrants noyés en Méditerranée. 20 000 morts depuis 2014. Une forte augmentation suite au Covid. À Zarzis, il faut déjà agrandir le cimetière des 600 tombes de ces soldats inconnus de la guerre économique.

Rencontre avec Caroline Fiat, députée La France Insoumise de Meurthe-et-Moselle. Caroline Fiat : une aide-soignante à l’Assemblée AbonnésVoir

Le

Conviction et sincérité. Voilà ce que les personnages politiques imitent plus ou moins bien. Plus ou moins camelots, plus ou moins malins. Rien de tout ça avec Caroline Fiat. Suffit de la voir à l’Assemblée, quand elle prend la parole, c’est sans les gants. Elle est la première aide-soignante élue députée. Devant la nouvelle vague de la pandémie, elle a décidé de reprendre le boulot au CHU de Nancy tout en assurant son travail de députée. C’est là que nous sommes venus la voir. Mais attention, pas question de faire la vedette...

CHAQUE SAMEDI, LES SEXPLORATEURS (9) | Podcast et belles images Moi j’aime l’amour qui fait mal Accès libreÉcouter

Le

« Fais-moi mal, Johnny, Johnny, Johnny, moi j’aime l’amour qui fait boum ! » Bien sûr, la chanson de Boris Vian était parodique, mais la géniale interprétation de la splendide Magali Noël disait tout autre chose. Sortie en 1956, la chanson fut bien sûr interdite sur la radio nationale, ce qui contribua à son succès. Les infaillibles censeurs avaient immédiatement mesuré la retentissante subversion de cette balade sur la mince frontière entre la douleur et le plaisir. De nos jours, soixante ans plus tard, la ménagère se fait livrer cravache, paire de menottes et plug anal par Amazon. La perversion n’est plus ce qu’elle était, mais le mystère reste entier. Qui aime bien châtie bien. Nos deux « sexploratrices », Anne et Élisa, sont allées voir de plus près.