Comment se taire sur les commentaires ?

Succès de « Mélancolie ouvrière » : Mordillat critique les critiques !

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Mélancolie ouvrière, tourné en mars 2017, a été diffusé sur ARTE à 20h55 le 24 août 2018. Grand succès d’audience : d’après ARTE, près 1 200 000 spectateurs. Jean-Pierre Guérin (le producteur) et moi n’avons jamais douté du succès et ça fait plaisir de voir que nous avions raison !

Je veux cependant revenir sur la réception de Mélancolie dans les médias ; surtout la presse papier. Cette réception est frustrante dans la mesure où le sujet apparent (Lucie Baud) efface le cinéma. Les commentaires – y compris les commentaires laudateurs – ne font que reprendre les données historiques sur le personnage. C’est-à-dire qu’ils paraphrasent le dossier de presse ou citent les propos de Michelle Perrot, ceux de Virginie Ledoyen ou les miens sur Lucie Baud, sa vie, son action. Ce qui, pour une part, est légitime.

En revanche, on ne peut que regretter de ne pas lire un mot sur l’interprétation, la lumière, les costumes, le montage du film. Et plus étonnant encore, rien sur sa construction, sur le récit mené, les chants traités à part égale des dialogues. Pour les commentateurs, le cinéma n’existe pas. Il est douloureusement amusant qu’aucun d’entre eux n’ait, par exemple, remarqué les deux hommages explicites à Casque d’Or, de Jacques Becker (l’arrivée des barques à la guinguette, la façon de danser de François Cluzet).

Une fois de plus, la tyrannie du sujet impose sa loi.

La question est : est-ce parce que c’est un film produit par et pour la télévision ? Que le « téléfilm » est réputé sans art ? Mais, à ce compte, que dire de La Prise de pouvoir par Louis XIV, de Rossellini, produit par et pour la télévision ? Téléfilm disqualifié d’office à cause de son financement ou film considérable malgré sa production télévisuelle ? Le vecteur de diffusion serait-il en soi un critère d’appréciation des œuvres ? Cette abdication manifeste de tout sens critique – dont témoigne la réception de Mélancolie – est ravageuse dans la mesure où elle propage l’idée qu’il y aurait un genre noble, « le cinéma », et un genre vulgaire, « la télévision ». Pour moi – fidèle en cela à Rossellini qui refusait ce distinguo –, au cinéma comme à la télévision, il n’y a que les œuvres qui comptent, seules elles qui doivent être prises en considération ; quels que soient leurs moyens de production.

(photo : Aurélien Faidy)

Dans Mélancolie, Virginie Ledoyen fait une prestation exceptionnelle de profondeur, de délicatesse et d’émotion ; du grand art. Elle est Lucie Baud comme Sally Field fut Norma Rae et remporta un Oscar ! Virginie Ledoyen monte patiemment les marches qui font de Lucie (femme révoltée par la condition qui lui est faite) une syndicaliste qui mènera le combat pour l’abaissement du temps de travail, la garantie des salaires pour les travailleuses françaises comme immigrées, contre le harcèlement sexuel des chefs et des petits chefs, sacrifiant ses intérêts, sa famille, sa vie. Son interprétation de Lucie Baud est entièrement empreinte de dignité et d’élégance sans qu’il soit nécessaire de le souligner. Lucie Baud lutte contre tous ceux qui – quelle que soit leur place dans la société – veulent asservir les femmes. Sa rencontre avec Auda (Philippe Torreton), militant anarcho-syndicaliste, bouleversera sa vie et enflammera le jeu de l’actrice. Philippe Torreton fait corps avec Auda. Il offre au rôle sa révolte, son humanité, ses secrets aussi. L’évocation de Melancholia, de Victor Hugo, par Philippe Torreton est tout simplement un grand moment de cinéma.

(photo : Aurélien Faidy)

Je pourrais continuer sur l’incroyable interprétation de Jean-Damien Barbin, osant tout, en curé sergent recruteur pour le patronat du textile, celle glaçante de Marc Barbé en patron droit dans ses bottes et celle de Jacques Pater, chef du personnel aux ordres, tout en morgue, cauteleux, patelin, cynique… sans parler de toutes les actrices non-professionnelles qui sont la chair même de Mélancolie.

Parler des actrices et des acteurs, c’est parler du cinéma ; mais les commentateurs n’aiment pas les acteurs, ni les actrices. Ils ont des stéréotypes qu’ils servent de manière pavlovienne : il y a les « grands » acteurs qui sont grands et bons en toute circonstance et les « grandes » actrices dont le nom seul suffit à qualifier la prestation. Les autres n’existent pas. Ces commentateurs sont bien incapables de juger de la finesse d’une interprétation, de son audace, de sa profondeur car, pour cela, il faudrait voir quelque chose sur l’écran (le grand comme le petit) et non pas se contenter de répéter les lieux communs sur la grandeur supposée de telle ou tel, voire reprendre les âneries satisfaites du premier ou de la première qui publie son commentaire (celle de Télérama par exemple).

Si j’ai une conviction chevillée au corps, c’est bien celle-là : quelle que soit la virtuosité à l’image, pas de film sans les acteurs ! Pardon d’enfoncer cette porte ouverte, mais mon admiration et mon amour pour eux sont sans bornes. Il n’y a ni « grands » ni « petits » chez les acteurs (pas plus qu’il n’y a de « petites gens » et de « grands » capitaine d’industrie), il y a la rencontre à l’écran d’un homme ou d’une femme avec un rôle et son art à s’en emparer. De ce point de vue, Mélancolie est un festin : les actrices et les acteurs dévorent l’histoire !

(photo : Aurélien Faidy)

Parler du cinéma, c’est aussi comprendre les choix et les enjeux esthétiques d’un film, fût-il produit par la télévision. Dans le numéro d’août du Monde diplomatique, Annie Le Brun analyse le lien entre laideur, prédation et servitude, citant William Morris : « la laideur n’est pas neutre ; elle agit sur l’homme et détériore sa sensibilité, au point qu’il ne ressent même pas la dégradation, ce qui le prépare à descendre d’un cran [1]. »

Or, dans les commentaires sur Mélancolie, on ne trouve rien sur les choix artistiques, sur la beauté des visages et des corps, sur l’harmonie des couleurs des costumes de Cyril Fontaine, la lumière de François Catonné, les décors d’Henri Labbé, le maquillage, la coiffure ; rien non plus sur la musique de Jean-Claude Petit ni sur la conception générale du son pensé comme une seule et unique partition intégrant paroles, bruits d’usine, chants, silence des campagnes, etc. Tout cela a un sens. Un sens artistique bien sûr, mais aussi un sens politique à partir du moment où il s’agit de mettre en scène le monde du travail. À travers ses combats, d’en montrer la beauté contre l’idée qu’il ne serait voué qu’à la laideur et à la veulerie. Quand Auda dit à Lucie : « vous êtes belle Lucie Baud », le mot vaut pour elle (oui, une ouvrière peut être belle comme l’est Virginie Ledoyen !) et par extension pour toutes les femmes de Mélancolie ouvrière (qui ne sont ni obèses ni moustachues comme le voudrait le point de vue bourgeois). Elles ne sont pas belles comme on prétend « belles »les mannequins des magazines de mode ; elles sont belles par la lutte qu’elles mènent, par leur courage, leur abnégation. Mais elles ont aussi de belles femmes, des ouvrières élégantes et coquettes comme on peut les voir sur les photos des grévistes de l’époque.

Au fond, tout est dit dans un slogan de 68, « la beauté est dans la rue », et elle est dans tous les plans de Mélancolie ouvrière, à l’image comme au son. Je sais que pour la majeure partie des responsables des chaînes de télévision (et donc pour les commentateurs qui sont leurs perroquets), ces éléments sont considérés comme négligeables. Pourquoi faire beau quand il suffit de faire clair (sur TF1, les scènes de nuit sont éclairées comme en plein jour ! Ailleurs, on remonte sans vergogne les lumières) et fort (le son doit être au niveau de celui des annonces publicitaires), quant à l’interprétation, peu importe sa qualité réelle, l’enjeu se réduit à obtenir une place conséquente (de grandes photos) dans les magazines de télévision…

Tout cela n’a bien sûr qu’une importance relative.

Le film est là et bien là et, pour faire la nique aux commentateurs, Mélancolie ouvrière continuera longtemps à rencontrer des spectateurs à travers les projections en province, à Paris, à l’étranger et l’édition d’un magnifique coffret DVD par les Mutins de Pangée. Cependant, cette absence de sens critique (au sens kantien, « déterminer la chose réelle »), ce panurgisme des commentaires témoignent d’un affaiblissement considérable de la pensée qui, transposé sur le plan politique, explique – au moins partiellement –l’acceptation du capitalisme comme stade ultime de l’évolution humaine et du néo-fascisme comme horizon d’un monde où l’on ne veut voir qu’une seule tête, celle d’un chef – un « grand politique » comme un « grand » acteur – que les commentateurs acclament d’une voix unanime pour encourager le public à les imiter, sans discuter.

Semaine sanglante (extrait de Mélancolie ouvrière)
par lesmutins.org

Gérard Mordillat

L'équipe de Là-bas attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Notes

[1William Morris, L’Âge de l’ersatz et autres textes contre la civilisation moderne, Éditions de l’Encyclopédie des nuisances, Paris, 1996.

Voir aussi

Gérard Mordillat, Mélancolie ouvrière, d’après le livre de Michelle Perrot, JPG Films/Arte, France, 2018, 1h30

Sur notre site

À voir

  • Vendredi 24 août à 20h55 sur ARTE, « Mélancolie ouvrière » de Gérard Mordillat

    Lucie Baud, pionnière du syndicalisme Abonnés

    Voir
    Vous connaissez l’histoire de Lucie Baud ? Non ? Nous non plus à Là-bas si j’y suis, avant d’avoir vu le film de Mordillat, Mélancolie ouvrière. Au début du XXème siècle, Lucie Baud était ouvrière du textile dans le Dauphiné. Fondatrice du (...)

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

  • Une nouvelle série de reportages en 18 épisodes À qui voulez-vous casser la gueule ? [NOUVEAUX ÉPISODES] Abonnés

    -

    Écouter

    Bien sûr, on est contre la violence, bien sûr, la violence, c’est pas bien. Pourtant, les « gilets jaunes » ont montré qu’en politique, il ne restait guère que la violence pour se faire entendre et malgré ça, les Français continuent de les soutenir. Et vous, à qui voudriez-vous casser la gueule ? Macron, bien sûr ! Mais sinon ? Votre chef, votre mari, votre prof ou qui encore ?

  • Corinne Morel Darleux : « plutôt couler en beauté que flotter sans grâce » Abonnés

    -

    Voir

    Bernard Moitessier, vous connaissez ? En 1968, ce navigateur était sur le point de gagner le premier tour du monde en solitaire, sans escale et sans assistance. Contre toute attente, alors qu’il est donné gagnant, Moitessier renonce à franchir la ligne d’arrivée, fait demi-tour et met le cap sur la Polynésie : « je continue sans escale vers les îles du Pacifique parce que je suis heureux en mer, et peut-être aussi pour sauver mon âme », c’est le message qu’il envoie avec un lance-pierre sur un autre bateau avant de s’en aller. Ce « refus de parvenir », Corinne Morel Darleux en fait le point de départ de son livre, Plutôt couler en beauté que flotter sans grâce. Réflexions sur l’effondrement, qu’elle publie aux éditions Libertalia.

  • Didier PORTE ne comprend rien à l’amour, mais cette belle histoire peut lui ouvrir le coeur. Et vous ? L’AMOUR FOU S’EN FOUT ! Accès libre

    -

    Écouter

    L’âge ? La distance ? L’argent ? La beauté ? Les diplômes ? La couleur de peau ?L’amour fou s’en fout. Même si vous ne parlez pas la même langue, il s’en moque. On parle de l’amour, le vrai, le grand, pas l’ordinaire tout plat, tout mou. La preuve ? L’ histoire des AMANTS DE BELFORT, Jeannette et Philippe, qui se retrouvent 48 ans après la guerre. Oui, ça ressemble à ces retrouvailles qui viennent de faire pleurer la terre entière (à part Didier Porte qui a un cœur de pierre). Sauf que nous, c’était en 1994, il y a 25 ans (!) qu’ANNE RIOU les a rencontrés sur le quai de la gare de Belfort.

  • Didier Porte Hebdo : chaque vendredi, la revue de presse indispensable ! Didier Porte n’a pas de cœur Abonnés

    -

    Voir

    Ami abonné, tu ne peux pas être passé à côté du merveilleux reportage (?) du 20h (!) de France 2 (?!) mettant en scène les retrouvailles amoureuses d’un vétéran américain du débarquement et d’une petite Française qui a attendu qu’il débarque une seconde fois pendant 75 ans. Par sécurité, voici quand même une séance de rattrapage, légèrement remaniée à ma sauce. Il faut dire qu’en voyant ce sujet larmoyant, je n’ai pas pu m’empêcher de penser à « Perdu de vue », cette calamiteuse émission de téléréalité diffusée par TF1 dans les années 1990 (qui coûta sa carrière à Jacques Pradel), et ça m’a un peu gâché la fête…

  • Reportage à Alfortville Quand La Poste exploite des travailleurs sans papiers Abonnés

    -

    Écouter

    Au lendemain de l’arrestation de notre journaliste Taha Bouhafs, nous sommes retournés devant l’agence Chronopost d’Alfortville, dans le Val-de-Marne, pour vous faire entendre le reportage qu’il était en train de faire quand il a été placé en garde à vue. Une trentaine de sans-papiers occupent toujours l’agence. Ils sont employés par des sous-traitants de Chronopost dans des conditions particulièrement difficiles, que permet un système malsain de sous-traitance en cascade.

  • LA RÉPRESSION CONTRE LES JOURNALISTES CONTINUE TAHA, NOTRE JOURNALISTE, BRUTALISÉ ET ARRÊTÉ LORS D’UN REPORTAGE Accès libre

    -

    Voir

    Alors qu’il couvrait une manifestation de sans-papiers, notre journaliste TAHA BOUHAFS a été arrêté et placé en garde à vue au commissariat d’Alfortville (94). Dans une video tournée lors de son arrestation, TAHA se plaint : « ils m’ont déboîté l’épaule ». Bien que LÀ-BAS, site de presse en ligne, soit l’employeur de TAHA, salarié en qualité de journaliste, le commissariat d’Alfortville a refusé de nous donner la moindre information. Les députés Éric COQUEREL (La France insoumise) et Mathilde PANOT (La France insoumise) se sont mis en contact avec la préfecture.

  • Didier Porte Hebdo : chaque vendredi, la revue de presse indispensable ! Didier Porte jalouse Jadot Abonnés

    -

    Voir

    Ami abonné, si tu crois à la fable selon laquelle la journaliste d’investigation Isabelle Saporta a démissionné de RTL par amour pour son grand tout vert Yannick Jadot, grand vainqueur des européennes, c’est que tu es victime d’une coupable naïveté, doublée d’une indécrottable candeur. En réalité, ayant pressenti son potentiel de présidentiable, la belle Isabelle a infiltré le chef de file des Verts dans la perspective de 2022.

  • Jordan Bardella voit des Polonais et des Roumains partout Abonnés

    -

    Voir

    Tête de liste du Rassemblement national aux européennes, Jordan Bardella a affirmé récemment qu’il y avait « 516 000, aujourd’hui, travailleurs détachés en France (…), essentiellement venus d’Europe de l’Est » – ce qui est faux et illustre une nouvelle fois la propension de l’extrême droite à stigmatiser les étrangers. Rien ne sert en effet d’agiter une invasion de Polonais ou de Roumains pour critiquer une disposition européenne qui crée réellement, elle, une course aux bas salaires.

  • LE GRAND MANIPULATEUR. Comment Macron a trompé son monde. Un entretien avec Marc ENDEWELD. Les réseaux secrets d’Emmanuel Macron Abonnés

    -

    Voir

    Pour Macron, le pouvoir est au bout des réseaux. Non pas au bout des débats, au bout des programmes, au bout des promesses, non, le pouvoir est au bout des magouilles, des entourloupes et des coups de poker menteur, au bout des mensonges les plus énormes et du cynisme le plus froid. C’est ce que Marc ENDEWELD décortique soigneusement dans son livre. Oui, pour le premier de cordée, tout passe par les réseaux plus ou moins avouables de la République : lobbies divers et variés, agents d’influences, communicants rois, intermédiaires de tout poil, barbouzes, barons locaux et loges franc-maçonnes. Aujourd’hui, la baudruche se dégonfle, les rats préparent leurs bouées pour quitter le navire, mais le grand manipulateur est prêt a tout pour imposer sa vieille politique néolibérale qui prend l’eau de toute part. Mais qui et quoi pour s’y opposer ?

  • Leon Redbone est mort « à 127 ans » Ne parlez pas de moi quand je serai parti Accès libre

    -

    Voir

    Leon Redbone a poussé l’élégance jusqu’à permettre au journaliste du service « nécrologie » de profiter de son week-end. « Please don’t talk about me when I’m gone », avait-il chanté. Crooner anachronique, dandy énigmatique, un look à la Zappa et la moustache de Groucho (qui lui-même affirmait avoir emprunté sa moustache à sa femme de chambre). Impeccable prince sans rire, vendredi, Leon Redbone a fait cet élégant petit salut de la main en effleurant le bord de son panama. Le dernier. N’en parlons plus, donc. Mais écoutons. Leon laisse un merveilleux chef-d’œuvre de musique populaire, originale, belle et drôle. Qui peut résister à son Diddy Wa Diddie, son Shine on harvest moon ou son Champagne Charlie ? Chapeau !

  • Et si on mettait des visages sur le système ? LE PDG NE TOUCHE QUE 220 FOIS LE SALAIRE D’UNE FEMME DE CHAMBRE ! Abonnés

    -

    Lire

    À force de montrer des femmes précaires en grève, on finit par se faire une fausse image de l’honorable entreprise Elior Group. Rassurez-vous, tout le monde n’y est pas sous-traité ! Surtout pas le directeur général, Philippe Guillemot.

    En grève depuis le 11 avril, les femmes de chambre de l’hôtel de luxe NH Collection à Marseille occupent l’entrée de l’hôtel pour protester contre leurs conditions de travail. Malgré les pressions musclées de la police et de la direction, elles tiennent depuis bientôt huit semaines. Leur employeur, sous-traitant de cet hôtel de luxe, est le groupe ELIOR, un puissant groupe français de restauration, 132 000 « collaborateurs et collaboratrices » dans le monde, presque 7 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2018 et adepte du « développement durable » et autres « principes d’éthique ».

    Treizième mois, paiement des heures supplémentaires, augmentation le dimanche, conditions de travail, reconnaissance de leur qualification : les revendications des femmes de chambre sont claires et légitimes.

    Pourtant, le 24 mai, la direction d’ELIOR a saisi le Tribunal de grande instance de Marseille pour exiger l’arrêt de la grève et une condamnation de 500 euros par gréviste. La police a relevé l’identité des femmes présentes sur le piquet avec une brutalité devenue courante.

  • Didier Porte Hebdo : chaque vendredi, la revue de presse indispensable ! Didier Porte a le secret pour réussir une soirée électorale Abonnés

    -

    Voir

    Sois franc, ami abonné, conviens qu’à toi non plus il ne déplaît pas de voir et surtout d’entendre Gilbert Collard et Daniel Cohn-Bendit s’attribuer des noms de volatiles, tous plus infamants les uns que les autres, pendant une soirée électorale où tout le monde s’emmerde copieusement. À TF1 aussi, ils adorent ça, mais ils n’ont pas le droit de le dire. À Quotidien, ils ont le droit de tout dire, mais ils évitent néanmoins de pointer trop explicitement l’hypocrisie de leur chaine mère (TF1 donc) qui invite sur un même plateau deux multirécidivistes de l’esclandre et simule l’indignation horrifiée (Gilles Bouleau fait ça très bien) quand l’inévitable baston verbale se déclenche. Tout ça n’est ni très nouveau, ni très original, mais toujours amusant à voir à l’œuvre.

Une sélection :

Avec Gérard Filoche Et maintenant, l’assurance chômage ! AbonnésVoir

Le

Mercredi 20 février, les négociations sur l’assurance chômage ont été rompues, sans que les représentants de salariés et de patrons ne trouvent d’accord, ouvrant la voie à la reprise en main par l’État. C’est le genre d’infos qu’on voit passer rapidement, dont on entend vaguement parler à la radio, mais qu’on laisse filer, comme ça, sans y attacher plus d’importance, tant la question est vidée de son contenu politique par certains journalistes. Et pourtant : qui gère les 35 milliards d’euros de l’assurance chômage ? Qui décide de la façon dont sont indemnisés les chômeurs ? Pourquoi les négociations ont échoué, et qui y avait intérêt ? Voilà quelques questions simples que les médias dominants oublient de poser ! Heureusement, Gérard Filoche est là pour y répondre.

Émission spéciale de Gaylord Van Wymeersch avec l’historienne MAUD CHIRIO BRÉSIL : PERSONNE NE POURRA DIRE QU’IL NE SAVAIT PAS AbonnésVoir

Le

« PERSONNE NE POURRA DIRE CETTE FOIS QU’IL NE SAVAIT PAS. » La voix du film de Chris Marker sur le Brésil, en 1969, en pleine dictature militaire, résonne terriblement aujourd’hui. Alors qu’Emmanuel Macron approuve au Venezuela un coup d’État militairement soutenu par son ami Donald J. Trump, il salue au Brésil l’arrivée au pouvoir d’une extrême droite qui reprend et restaure la dictature que dénonçait Chris Marker. Autoritaire, sexiste, homophobe, niant le réchauffement climatique, et surtout et avant tout « ultra-libéral », JAIR BOLSONARO a été élu le 28 octobre dernier à 55,13 %.

Troisième et dernier épisode : réquisitions et jugement ! GRAND PROCÈS DE MACRON : LE VERDICT ! AbonnésVoir

Le

Et voici les vidéos tant attendues du grand procès public d’Emmanuel Macron. Avec le procureur Frédéric Lordon, le juge Daniel Mermet, les avocats de la défense Christophe Clerc et Jean-Marc Daniel et des témoins prestigieux, comme François Ruffin, Juan Branco, Mathilde Larrère, Didier Porte, Aurélie Trouvé, Marion Esnault, Arié Alimi, Taha Bouhafs… Macron sera-i-il condamné ?