Balance Ton Port. Une version locale de la « stratégie du choc »

Brétignolles-sur-Mer. En plein confinement, les autorités font évacuer et incendier (!) la ZAD de la Dune

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

ZAD Brétignolles-sur-Mer – 8 avril 2020 © Photo : DR

C’est ce qu’on appelle un serpent de mer. Le genre de projets qui ne voient jamais le jour, mais qui refont surface tous les quatre matins. Le port de plaisance de Brétignolles-sur-Mer est de ceux-là. Il est avant tout le projet d’un homme, Christophe Chabot, le maire, self-made man à la réussite insolente, PDG des vérandas Akena qui rêve de laisser une trace dans l’histoire.

Sa pyramide du Louvre à lui, un port de plaisance sur les rives de la commune dont il prend les rênes en 2001. Deux années plus tard, les premières esquisses de ce projet à plusieurs millions d’euros sont lancées. Ce dernier doit soulager les ports voisins des Sables-d’Olonne et de Saint-Gilles-Croix-de-Vie, mais aussi redonner du lustre à ce bout de littoral vendéen populaire, majoritairement fréquenté par des familles populaires. Bien loin de l’image d’Épinal d’une station balnéaire pour gens riches, chaussures bateau aux pieds et petits pulls en V négligemment noués autour d’un cou hâlé.

Depuis 17 ans, le serpent de mer empoisonne la vie de toute une commune, au nom d’une plaisance où les bateaux ne sortent à l’eau à peine quinze jours par an. Après des années rocambolesques, les premiers coups de pelleteuse sont finalement donnés dans la dune le 23 septembre 2019. En toute illégalité puisqu’une pelletée de recours, déposés par les opposants auprès du tribunal administratif de Nantes, n’ont pas encore tous été examinés par la justice. L’entorse de trop, croyait-on encore à l’époque, qui donne un retentissement national à cette histoire locale quand, le 6 octobre suivant, ils sont plus de 2 500 à se réunir sur la plage pour dire « non au port » et son monde.

Ainsi naissait la ZAD de la Dune. Un dimanche funeste pour le PDG-maire qui, depuis, a mis toute son énergie pour la « dégager » de sa commune. L’histoire notera que cela a bien eu lieu, en plein état d’urgence sanitaire. Alors même que 66 millions de Français sont confinés à résidence depuis le 17 mars 2020, Christophe Chabot profite d’une opération de gendarmerie pour lancer un appel à « nettoyer le site ». C’était le 8 avril dernier.

C’est cette histoire et, plus largement celle de cette « stratégie du choc » version locale, que voici, une petite plongée dans la « méthode Chabot » :

2003. Élu il y a tout juste deux ans, le self-made man vendéen drague la commune de Brétignolles-sur-Mer, et ses résidents secondaires, avec son projet de port de plaisance.

Vue d’artiste du futur port de plaisance de Brétignolles-sur-Mer (communauté de communes du Pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie)

2006. Le dossier est à peine déposé que ce projet de 500 à 700 emplacements pour bateaux, d’un coût de 15 millions d’euros, se fracasse sur le danger de faire disparaître les plages du Sud et des Dunes. Le drapeau des autorités est rouge. En retour, le maire promet la création de deux récifs artificiels positionnés en mer, censés protéger les bassins portuaires des assauts de l’océan.

2008. Christophe Chabot marche sur l’eau. Avec cette idée d’un port en pleine terre, il ambitionne les 1 000 emplacements. Seigneur en son pays, le PDG des vérandas Akena profite du salon nautique de Paris pour faire monter Jean-Louis Borloo dans sa barque. S’assurant, à peu de frais, un beau coup de com’ estampillé « projet soutenu par le ministère de l’Écologie ».

2009 à 2012. Oui, mais voilà. Alors que, non loin de là, la tempête Xynthia a fait 29 morts, les préfets de la Vendée se succèdent et s’opposent tous au projet. L’avis de gros temps arrive par les voix de l’Autorité environnementale et du préfet de région, qui pointent des insuffisances qui « laissent présager, si le projet était autorisé, l’apparition de problèmes de fonctionnement de l’infrastructure (insécurité de navigation, surcoût d’entretien du chenal, déséquilibre financier de l’opération…) [1] ». Échaudé, Chabot retire son projet initial avant d’en soumettre un autre en commission.

2012. Le PDG-maire gratifie de « pieds nickelés  » les membres de ladite commission d’enquête publique qu’il a pourtant appelée de ses vœux [2]. Leur principale réserve touche à la non-maîtrise du foncier. Le matelot Chabot lance un SOS au groupe Rousseau Sipo-Philam. L’ami promoteur rachète la ferme de la Normandelière, terrain indispensable au projet. Le ciel se dégage et, quelques jours plus tard, c’est la commune qui rachète la ferme à l’entrepreneur.

Après Borloo, de Rugy à la rescousse du moussaillon Chabot

2012 à 2014. « Vous savez, la définition des pieds nickelés, c’est une bande de petits voleurs qui sont tellement maladroits qu’ils n’arrivent jamais à dépouiller les gens de ce qu’ils veulent dépouiller », déclare sur TV Vendée Christophe Chabot, en parlant des commissaires enquêteurs. « Je trouve que ça correspond bien [3] ». Le préfet de l’époque et l’association La Vigie trouvent que ça correspond bien aussi à Christophe Chabot, et portent plainte contre lui. Dans son rendu, le tribunal administratif de Nantes juge illégale la délibération du conseil municipal autorisant l’achat de la ferme de la Normandelière pour 1,8 million d’euros, alors même que le domaine public maritime l’estime à 996 000 euros.

2015. Dans ce grand Monopoly qu’est la vie en bord de mer, la ferme et ses terres restent toujours propriétés de la commune, le juge judiciaire – saisi il y a seize ans par le tribunal administratif – n’ayant jamais poursuivi l’affaire. Pour bétonner une bonne fois son affaire, le maire transfère la maîtrise d’ouvrage à l’échelle communautaire, embarquant ainsi avec lui les quatorze communes voisines à la sienne. Après tout, Christophe Chabot est également président du Pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie…

Pas encore connu comme étant ce fin gourmet amateur de homards et de grands crus français, François de Rugy claque la porte d’Europe Écologie-Les Verts pour fonder le Parti écologiste. Il veut prendre l’air. Direction Brétignolles-sur-Mer où le moussaillon des pontons en profite pour lui glisser deux mots de son projet. Banco, de Rugy tope et, enivré par les embruns vendéens, rugit contre les opposants et « le dogmatisme des écologistes » [4] ».

2016. Pas vraiment connus pour leur « dogmatisme », les jurés du « concours national des ports de plaisance exemplaires » en profitent pour retoquer le projet du Vendéen.

2017. L’élu-entrepreneur tente un coup de poker. Il maintient son territoire sous le régime du règlement national d’urbanisme, lui évitant ainsi de mettre en place le plan local d’urbanisme, outil pourtant indispensable à l’intégration du projet de port sur les terres de Brétignolles-sur-Mer. Un nouveau tour de passe-passe administratif qui lui permet d’obtenir l’ouverture d’une nouvelle enquête publique.

2018. Parmi les 6 000 dépositions recueillies dans le cadre de l’enquête publique, une retient particulièrement l’attention. Comme Là-bas si j’y suis a pu le constater, la déposition n°4 567 relève du soutien du commandant de paquebot au capitaine de pédalo. Elle émane d’Hervé Gastinel, président du directoire du groupe Bénéteau, géant mondial vendéen de l’industrie de la plaisance de luxe. Et, alors que l’avis de l’Autorité environnementale reste inchangé, les nouveaux commissaires enquêteurs changent de cap en donnant un avis favorable au projet.

2019. Le 16 juillet, François de Rugy démissionne du ministère de la Transition écologique et solidaire. Le lendemain, le préfet de la Vendée délivre une déclaration d’utilité publique, autorisant la création d’un bassin portuaire de 900 anneaux. Cette déclaration autorise notamment de creuser un chenal d’enrochement de 500 mètres de long sur 60 mètres de large, ce qui aurait pour effet d’éventrer la dune et de couper la plage en deux.

Les recours en justice déposés n’ayant pas tous été examinés, le projet doit normalement en rester à l’état de projet. C’en est trop pour le matelot Chabot qui passe outre le droit français, le 23 septembre, en lançant ses bulldozers à l’assaut de la dune et de sa végétation.

Devant ce nouveau – mais pas dernier – déni de droit, les opposants doublent le combat judiciaire d’une bataille de l’opinion. Le dimanche 6 octobre, 2 500 personnes investissent la plage de la Normandelière. Toujours beau joueur, Christophe Chabot fait abattre tous les arbres du parking de la plage et prend un arrêté d’interdiction de stationner. En réponse, le soir même, la ZAD de la Dune s’installe sur un terrain privé voisin.

Le capitaine de pédalo a le moral dans les chaussettes. À peine quelques jours qu’ils sont là et les zadistes enracinent leur lutte et engrangent les soutiens. Chaque jour, des citoyens leur livrent paniers de nourriture et palettes pour consolider leurs cabanes. Le 12 octobre, près de 2 000 curieux assistent aux portes ouvertes de la ZAD de la Dune. Une semaine plus tard, ils sont encore près de 1 500 à manifester leur opposition au port, dans les rues de La Roche-sur-Yon. À Brétignolles, les bulldozers sont au point mort.

2020. Après trois mandats, le magnat des vérandas laisse le soin à son adjoint aux sports et aux associations de maintenir le cap pour les six prochaines années. Lui a décidé de rétrograder à la 5e place de la liste « Réussir Brétignolles ». On le dit fatigué, obnubilé par la ZAD et son évacuation. Lors d’une réunion publique, Frédéric Fouquet, son dauphin, décrit des zadistes qui « n’en ont rien à foutre de ce projet. Leur seule motivation, c’est d’être hébergés gratos, nourris gratos et de défendre leur idéal politique qui, en gros, est le rejet de la totalité de la société française dont ils profitent par ailleurs puisqu’ils sont tous enregistrés au niveau de la CAF [5] ». Les partisans applaudissent à tout rompre et demandent : « quand est-ce qu’on va l’évacuer, cette zone à détruire ? » Élu avec 60,4 % des suffrages, mais pas encore désigné maire du fait de la suspension des municipales, Fouquet promet « que tout ce qui peut être fait pour que cette ZAD dégage est fait. Dans la salle, je suis sûr que je peux identifier une cinquantaine de personnes qui m’ont tous dit, individuellement : “Quand tu veux qu’on y aille, on y va.” Si ça bouge avec l’État, on sera là pour bosser avec et si ça ne bouge pas, c’est nous qu’allons le faire, voilà. »

Voilà. Le 8 avril au matin, un couple d’automobilistes, qui emprunte la « route des chicanes », est pris à partie par des zadistes qui l’accusent d’avoir écraser un de leur chiots. La situation s’envenime durement. Une vaste opération d’interpellation est menée sur instruction de la procureure des Sables-d’Olonne. Le matin, puis l’après-midi, un hélicoptère et des drones survolent la ZAD de la Dune pendant qu’une cinquantaine de gendarmes mènent l’opération, au sol. L’occasion est trop belle.

À 17h, le PDG-encore maire lance un appel aux troupes. 70 « bénévoles » arrivent en fin d’après-midi pour jouer de la pioche et du briquet. En plein confinement, sous un régime d’état d’urgence sanitaire, l’élu de la République profite de la disposition du 25 mars 2020 prise par Christophe Castaner pour « nettoyer le site ». Le ministre de l’Intérieur a fait ajouter sur les nouvelles attestations de sortie dérogatoires la case : « participation à des missions d’intérêt général sur demande de l’autorité administrative ». Case que les 70 « bénévoles » de l’édile n’ont pas manqué de cocher sous l’œil passif des forces de l’ordre et « la compréhension complice de la préfecture de la Vendée », s’étrangle-t-on chez les opposants et au-delà.

Les suites de l’affaire

Dépôt de plainte contre X. Voilà comment la ZAD de la Dune a été incendiée, alors même que les zadistes affirment, par la voix de leur avocat David Potier, « n’avoir jamais eu de copie d’ordonnance d’expulsion ». Contre ce « coup de force », certains envisagent de déposer plainte contre X pour dégradation vraisemblablement en bande organisée, vol et mise en danger de la vie d’autrui.

Prison ferme pour deux des zadistes. Dans le cadre de l’altercation autour de la mort du chiot, les deux zadistes interpellés sont passés en comparution immédiate devant le tribunal des Sables-d’Olonne, le 10 avril. Ils ont été reconnus coupables de « dégradations de véhicules en réunion » ainsi que de « violences ayant entraîné un choc émotif, outrages à des dépositaires de l’autorité publique ». Ils ont respectivement été condamnés à 8 et 10 mois de prison ferme, avec mandat de dépôt. Les deux zadistes ont immédiatement été incarcérés.

Solidarité de Brétignollais. Choqués et ulcérés par l’expédition punitive qui a eu lieu, mercredi dernier, bon nombre d’habitants de Brétignolles et de militants ont remué leurs réseaux pour venir en aide à la vingtaine de zadistes laissés sur le carreau, depuis près d’une semaine. À l’heure où nous écrivons ces lignes, ils ont tous pu être provisoirement relogés.

Pierre-Yves Bulteau

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

  • Les illustres illustrateurs. OH, LIEBE ! Un texte de Daniel Mermet Connaissez-vous les érotiques de Mihály von Zichy ? Abonnés

    -

    Lire

    Une pipe, un coup par devant, un coup par derrière, et hop l’éjaculation. Ne dites pas que je vous choque, on compte au moins cent millions de vues par jour rien que pour le site Pornhub. Quel remède contre cette banalisation et cette indigence ? L’art érotique est le plus ancien et le plus universel pour célébrer à la fois le trouble, la puissance et l’énigme du désir. Connaissez-vous « OH LIEBE », une série de dessins restée longtemps secrète du génial MIHÁLY von ZICHY ?

    En 2019 dans le monde, les sites pornos ont reçu 42 milliards de visites, 220 000 vidéos pornos sont vues chaque minute sur cette planète et c’est gratuit de sept à cent sept ans. Que se passerait-il dans la tête de madame Yvonne de Gaulle l’épouse du Général si elle revenait sur cette terre, elle qui dans les années soixante, interdisait l’accès de l’Elysée aux personnes divorcées ou coupables d’adultère ? Comment lui expliquer qu’elle peut commander son plug anal sur le net en toute discrétion ? De nos jours l’industrie pornographique réalise un chiffre d’affaire de huit milliards d’euros par an. Jamais dans l’histoire humaine, le sexe humain n’a rapporté autant, jamais l’égout séminal n’a été aussi rentable ni aussi aseptisé, ni aussi impéccablement contrôlé.

    « Nos désirs font désordre » braillait le jeunesse soixante huitarde. Plus de désordre aujourd’hui, plus de désir de désordre, les milliardaires de la pornosphère vous expliqueront que c’est là un grand progrès par rapport aux névroses du puritanisme de jadis.

  • Là-bas fête ses trente ans. Une nouvelle série de Rencontres de Sophie en huit podcasts AVEC LAQUELLE, SUR L’ÎLE DÉSERTE ? (03/08) Abonnés

    -

    Écouter

    Quelle émission vous emporteriez parmi celles qui vous ont surpris, enchantés, choqués, bouleversés ou ravi vos oreilles depuis trente ans ? On a reçu un tas de superbes réponses, merci à vous chères et chers AMG, on s’y attendait mais pas à ce point-là. Dans tout ça, Sophie a choisi huit messages, suivis de huit rencontres à savourer en huit podcasts. Huit fois la preuve que c’est vous les meilleurs…

  • Hommage à Gisèle Halimi Gisèle, une belle vie Accès libre

    -

    Lire

    Sans jamais lâcher la main de la fillette qu’elle fut, Gisèle Halimi s’est mêlée de tout ce dont une femme ne devait pas se mêler. Lutte contre le machisme, l’obscurantisme religieux, le colonialisme, le capitalisme entre autres. On trouve normal et banal aujourd’hui que les femmes soient mêlées à toutes ces causes. C’est pourtant le résultat d’une longue révolution dont Gisèle Halimi avec son inlassable colère restera une superbe héroïne.

  • « L’employé de la semaine » de Là-bas si j’y suis Mais pourquoi y a-t-il autant de reportages sur la Légion étrangère à la télé ? Abonnés

    -

    Voir

    Dernier numéro avant la pause estivale tant attendue par notre « employé de la semaine » du mois de l’année, Jonathan Duong ! Jonathan s’est posé une question qui a déjà traversé la tête de tout le monde sans que personne n’ose la formuler aussi clairement : mais pourquoi y a-t-il autant de reportages sur la Légion étrangère à la télé ? Pas plus tard que lundi dernier, Jonathan a regardé sur TMC – et en entier ! – un reportage en immersion avec des légionnaires qui s’entraînent. La réponse à sa question est peut-être que l’exaltation de l’effort et de l’abnégation jusqu’à l’extrême que véhicule ce genre de reportages ne doit sans doute pas déroger à l’idée qu’un Macron peut se faire du don de soi et du management moderne. Regardez plutôt.

  • Retour au Blanc-Mesnil. Reportage vidéo et podcast Dans le 93, on n’a pas l’argent mais on a les gens (suite) Accès libre

    -

    Voir

    « SOLIDARITÉ EN BANDE ORGANISÉE », c’était la une de Match. Ça les a révoltés, les gens du 93. Pour les médias, les « quartiers », c’est d’abord ça, des bandes organisées, même quand la solidarité s’organise entre les habitants. Ce racisme social dure depuis longtemps, c’est un racisme qui tue. Avec une surmortalité de 118 %, le 93 a été le département d’Île-de-France le plus touché par la pandémie. Ailleurs, on accumule le fric, ici on accumule les risques : économiques, sanitaires, sociaux.

  • Pour une recherche publique, libre et désintéressée. Reportage vidéo et podcast (30:12) VACCIN, RECHERCHE : LES GROS ENFUMAGES DE MONSIEUR MACRON Abonnés

    -

    Voir

    En mars, Macron promet 5 milliards pour la recherche scientifique. Enfumage ! Au total, aujourd’hui, c’est à peine 104 millions qui sont budgetés, alors que l’Allemagne a alloué 60 milliards d’ici 2023 pour la recherche, l’enseignement supérieur et l’innovation. Thérapie, vaccin, « la crise du COVID-19 nous rappelle le caractère vital de la recherche scientifique », déclarait Macron. Comment peut-on accepter cet énorme mensonge ? Les chercheurs sont en lutte. Nous devons soutenir une recherche publique libre et désintéressée. Une enquête de Maja NESKOVIC et Aurélie MARTIN [VIDÉO : 30’12].

  • C’est l’été ! L’occasion de redécouvrir cette série de podcasts de Sophie Simonot Qu’est-ce qui a provoqué vos premiers désirs amoureux ? [INTÉGRALE] Abonnés

    -

    Écouter

    Nos visages ne sont que des masques et notre apparence est un déguisement. La vérité, c’est les idées que nous avons derrière la tête mais nous les ignorons. Et pas seulement derrière la tête. Voilà ce qui intéresse Sophie, vous faire mettre des mots sur votre essentiel avec des questions faussement simples et vous étonner vous-mêmes. Et étonner chacun. Exemple : tout le monde se souvient de sa première fois. Mais avant la première fois, qu’est-ce qu’il y avait ?

  • « L’employé de la semaine » de Là-bas Michelle Obama, papesse du développement personnel Abonnés

    -

    Voir

    Didier Porte profite de ses vacances bien méritées, mais notre employé de la semaine, lui, ne s’arrête jamais ! Même si Jonathan Duong ne s’est pas foulé cette semaine. Il s’est vautré dans son canapé pour regarder le documentaire que Netflix consacre à Michelle Obama. Avec plus de dix millions d’exemplaires vendus dans vingt-quatre langues différentes, l’autobiographie de l’ancienne first lady est un succès commercial. De quoi donner envie à l’épouse de Barack Obama de capitaliser sur son histoire — sa story ! —, celle d’une descendante d’esclaves élevée dans une famille modeste du sud de Chicago devenue la femme la plus admirée du pays. Une histoire à succès (une success story !) extrêmement rentable pour le couple Obama.

  • Dominique Vidal Le CRIF panique et menace Accès libre

    -

    Lire

    L’arrêt de la Cour européenne des droits de l’homme légalisant le boycott comme un droit citoyen radicalise les dirigeants sionistes.

    Si l’avocat Marc Bensimhon appelle l’État français à faire un recours, le président du CRIF Midi-Pyrénées incite, lui, ses troupes à la violence contre les militants de la campagne BDS. Le nouveau ministre de l’Intérieur sévira-t-il ?

  • Souveraineté ou fonds de pension ? Nos vies ou leurs profits ? LUXFER, UNE LUTTE EMBLÉMATIQUE Abonnés

    -

    Voir

    Relocaliser, nationaliser, retrouver notre souveraineté. La crise sanitaire a mis à nu notre vulnérabilité. Le constat a été brutal et unanime. S’il y a bien un monde d’après, c’est celui là : « rebâtir » une souveraineté stratégique, nous disait Monsieur Macron, « réduire notre dépendance » à l’extérieur, « produire plus sur le sol national ». Voilà la bifurcation que souhaite une majorité du pays, voilà ce que souhaitent les 136 salariés licenciés de Luxfer, qui fabriquaient les bouteilles métalliques nécessaires aux pompiers et aux hôpitaux. Mais toujours un peu tête en l’air, Monsieur Macron semble avoir déjà oublié ses beaux discours. Pour lui rappeler, les LUXFER ont réuni du monde le 25 juin avec Philippe Martinez (CGT), Jean-Luc Mélenchon (La France insoumise), Raphaël Glucksmann (Place publique) et Éva Sas (Europe Écologie-Les Verts). Et LÀ-BAS qui était là.

  • EHPAD : les personnels ne veulent pas être les oubliés de la crise. (PODCAST 30:25) NOS HÉROS LES PLUS MAL PAYÉS Abonnés

    -

    Écouter

    Manque de masques, manque d’équipement, manque d’effectifs, elles étaient en première ligne, seules avec la mort à bras-le-corps. Aujourd’hui, deux d’entre elles risquent des sanctions pour avoir alerté sur les conditions catastrophiques de travail dans leur EHPAD. Personnel, élus et familles de résidents sont venus manifester pour les soutenir. Une vaillante manif à Livry-Gargan dans le 93. Mais où sont ceux qui applaudissaient nos héros, et les bobos du show-biz tout émus qui s’étalaient sur les réseaux, où sont-ils donc ? Et les promesses de Macron ? Y a-t-il beaucoup de pouvoirs qui ont autant menti et trompé aussi vite en profitant du désarroi général ?

Une sélection :

La pollution atmosphérique tue vingt fois plus que la Covid-19 1972 : DES VÉLOS, PAS D’AUTOS ! Accès libreVoir

Le

La Covid-19 nous a obligés à faire passer nos vies avant l’économie. Mais maintenant, retour à la normale. Avec la pollution atmosphérique qui tue vingt fois plus, l’économie passe avant nos vies. Voici un petit retour sur la première manif écolo en faveur du vélo, le 22 avril 1972, organisée par les Amis de la Terre et suivie par 25 000 doux dingues…

Pour un programme de PLANIFICATION ÉCOLOGIQUE. Avec le sociologue Razmig Keucheyan Monde d’après : mode d’emploi Accès libreÉcouter

Le

Demain, le paradis ? Ce n’est pas certain. Mais quel avenir avec ce choc énorme ? Il est urgent de faire front face à un pouvoir qui va revenir comme avant, mais en pire. Voici le projet de deux chercheurs, Razmig Keucheyan et Cédric Durand, une PLANIFICATION ÉCOLOGIQUE avec un programme en cinq points : un contrôle public de l’investissement, une garantie de l’emploi, la relocalisation de (...)

Comment en est-on arrivé là en si peu de temps ? Voilà la réponse dans une super BD ! LA GRIPPETTE DU PANGOLIN AbonnésLire

Le

C’est passé si vite… Une histoire de pandémie, de confinement et de résidence secondaire : voilà qu’un éternuement de pangolin en Chine fait trembler le monde entier. Enfin, presque le monde entier. Parce qu’en France, la clairvoyance présidentielle nous a évité de tomber dans la panique, puis de paniquer parce qu’il était temps. De ne pas porter de masques inutiles, puis de porter des masques indispensables. De confiner, de déconfiner. On passe son temps sur Internet à essayer de comprendre ce qui nous tombe sur la tête et on finit noyé sous le flot d’informations continues. Alors arrêtons-nous un instant. Prenez le temps – grâce à Mathieu Colloghan – de regarder ce qui s’est passé depuis le rhume du pangolin.

SANTÉ PUBLIQUE. DÉCONFINEMENT. OÙ EN SONT LES PROMESSES DE MONSIEUR MACRON ? SOIGNANTS : APRÈS LES BRAVOS, LE MÉPRIS AbonnésVoir

Le

Bravo nos héros, show-biz et trémolos, merci, merci, bravo, bravo. Et après ? Et maintenant ? Où en sont les promesses de Monsieur Macron ? Le grand plan d’investissement massif ? Les soignants se sont dépassés, beaucoup ont payé de leur santé et même de leur vie. Pendant des semaines et avec succès, ils ont réussi à faire passer la santé avant l’intendance. Oui, bravo. Mais aujourd’hui ? Pas de réponse. Pourtant, Monsieur Macron avait promis ?

« Mépris et trahison ». Voila ce que balance le collectif Inter-hôpitaux à l’heure du déconfinement. Voilà des mois que ces soignants sont à fond dans une lutte qui dure depuis des années pour sauver l’hôpital public des griffes de la logique marchande. Nous les avons rencontrés à l’heure du déconfinement.

Profitant de l’émotion générale pour amadouer un pays qui le rejette, Macron et ses communicants ont poussé encore un peu plus loin le bouchon du cynisme. Avant d’évoquer « les jours heureux », ce destructeur obstiné du modèle social français s’est transformé en brave militant d’Attac pour faire l’éloge de l’État-providence : « ce que révèle d’ores et déjà cette pandémie, c’est que la santé gratuite sans condition de revenu, de parcours ou de profession, notre État-providence ne sont pas des coûts ou des charges mais des biens précieux, des atouts indispensables quand le destin frappe. »