Un TEXTE À L’APPUI de Daniel MERMET

Au temps de l’esclavage, ils auraient négocié le poids des chaînes

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Louise Michel, Mandela, Che Guevara, mais où sont les révolutionnaires d’aujourd’hui ? On les a trouvés, ils sont à la une de Libération, ils sont quarante, quarante rebelles qui ont eu l’audace de lancer un appel aux patrons, « l’appel des 40 au CAC 40 ».

Ce qu’ils exigent ? Que les salaires des patrons n’excèdent pas 100 fois le SMIC ! Cent fois, c’est-à-dire 1 750 000 € annuels. Le montant du SMIC étant de 17 592 € bruts annuels (soit 1 144 € mensuels), alors que les patrons du CAC 40 sont en moyenne à 4,2 millions € bruts annuels, soit 238 fois le SMIC. Le réduire à pas plus de 100 fois, telle est l’exigence impérative de ces insurgés.

À première vue, on peut trouver que c’est déjà beaucoup. Mais on peut aussi se demander pourquoi se contenter de ce qui resterait tout de même une énorme inégalité. Qu’est-ce qui fait qu’un homme vaut cent fois plus qu’un autre ? Alors que, par exemple, la peu révolutionnaire CES (Confédération Européenne des Syndicats) propose un écart de 1 à 20.

L’éventail acceptable des revenus est une vieille histoire

L’économiste Jean Gadrey(1) rappelle qu’au 5ème siècle avant notre ère, Platon préconisait une échelle de 1 à 4. C’est ce que la majorité des Français estime acceptable toujours aujourd’hui. En 1998, une recherche de l’économiste Thomas Piketty montrait que l’écart acceptable entre un cadre supérieur et une caissière de supermarché était de 3,6 pour une majorité de Français. Même le grand banquier américain John P. Morgan (1837-1913) estimait qu’un PDG ne doit pas percevoir plus de 20 fois le revenu moyen de ses salariés. Même Henry Ford, capitaliste légendaire, considérait que l’écart acceptable ne pouvait dépasser 1 à 40. Mais pour les quarante indignés de Libération, cet écart peut aller de 1 à 100. Ce journal, qui rappelons-le est la propriété du milliardaire Patrick Drahi, sixième fortune française, avait mentionné l’Union syndicale Solidaire parmi les signataires de l’appel. C’était un abus que Solidaire a aussitôt dénoncé, ce syndicat en effet milite pour un écart de 1à 20 dans l’immédiat pour atteindre ensuite 1 à 10.

Parmi les signataires, des rebelles comme Dany Cohn-Bendit, Nicolas Hulot, Cécile Duflot ou Jean-Christophe Cambadélis passent pour de hardis justiciers mais ils ne font que renforcer les inégalités et les faire accepter par l’opinion. Au temps de l’esclavage, ils auraient négocié le poids des chaînes. Ils n’auraient pas osé s’attaquer au système esclavagiste dans la crainte des conséquences économiques, mais ils auraient lancé une courageuse pétition pour réduire le poids des chaînes et limiter le nombre de coups de fouet pour les esclaves indociles.

Jadis, l’ouvrier le moins révolutionnaire n’avait qu’une idée devant ces gros patrons, les pendre, et non pas militer pour les aider à gagner cent fois plus que lui.

Daniel MERMET

(1) Alternatives Economiques, novembre 2008

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Une pieuvre dans la baignoire ! Reportage de Sophie Simonot (février 1995). PODCAST Peur bleue ou mort de peur ? Et vous ? Accès libreÉcouter

Le

Le tonnerre dans la nuit, le trou d’air dans l’avion, la pieuvre dans la baignoire, C’est fou la peur, c’est flou. C’est parce que c’est flou que ça fait peur, c’est tapi, c’est caché en nous, c’est l’inhumain dans l’homme. Il y en a de belles des peurs...Aujourd’hui la peur, les jetons, les moules, la trouille, les avoir à zéro...

La pollution atmosphérique tue vingt fois plus que la Covid-19 1972 : DES VÉLOS, PAS D’AUTOS ! Accès libreVoir

Le

La Covid-19 nous a obligés à faire passer nos vies avant l’économie. Mais maintenant, retour à la normale. Avec la pollution atmosphérique qui tue vingt fois plus, l’économie passe avant nos vies. Voici un petit retour sur la première manif écolo en faveur du vélo, le 22 avril 1972, organisée par les Amis de la Terre et suivie par 25 000 doux dingues…

Pour un programme de PLANIFICATION ÉCOLOGIQUE. Avec le sociologue Razmig Keucheyan Monde d’après : mode d’emploi Accès libreÉcouter

Le

Demain, le paradis ? Ce n’est pas certain. Mais quel avenir avec ce choc énorme ? Il est urgent de faire front face à un pouvoir qui va revenir comme avant, mais en pire. Voici le projet de deux chercheurs, Razmig Keucheyan et Cédric Durand, une PLANIFICATION ÉCOLOGIQUE avec un programme en cinq points : un contrôle public de l’investissement, une garantie de l’emploi, la relocalisation de (...)

Comment en est-on arrivé là en si peu de temps ? Voilà la réponse dans une super BD ! LA GRIPPETTE DU PANGOLIN AbonnésLire

Le

C’est passé si vite… Une histoire de pandémie, de confinement et de résidence secondaire : voilà qu’un éternuement de pangolin en Chine fait trembler le monde entier. Enfin, presque le monde entier. Parce qu’en France, la clairvoyance présidentielle nous a évité de tomber dans la panique, puis de paniquer parce qu’il était temps. De ne pas porter de masques inutiles, puis de porter des masques indispensables. De confiner, de déconfiner. On passe son temps sur Internet à essayer de comprendre ce qui nous tombe sur la tête et on finit noyé sous le flot d’informations continues. Alors arrêtons-nous un instant. Prenez le temps – grâce à Mathieu Colloghan – de regarder ce qui s’est passé depuis le rhume du pangolin.