Un reportage de Dillah Teibi et Daniel Mermet, avec Emmanuel Pierrat

Zoophilie, trente millions d’amis ?

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Vous voulez pimenter vos soirées érotiques ? Sur Internet, des réseaux de « call-dogs » vous proposent lévriers, bergers allemands, malinois et autres labradors. Pathologie répugnante ou simple préférence sexuelle ? La loi française est plutôt floue. Nous avons mené l’enquête. Accrochez-vous, voici tout ce que vous n’avez jamais voulu savoir sur la zoophilie.

Écouter l'émission

  • 01. « Éprenez-vous d’un(e) enfant »

    - MP3 - 11.8 Mo

  • 02. L’avantage avec le chien, c’est que son sexe reste longtemps à l’intérieur : « ça verrouille »

    - MP3 - 5.4 Mo

  • 03. Dans la chambre de Tania, deux bites en concurrence : « celle de mon mec et celle du chien »

    - MP3 - 18.3 Mo

  • 04. Me Emmanuel Pierrat : le « crime de bestialité »

    - MP3 - 19.9 Mo

  • 05. Au tribunal : comment évaluer la souffrance du cochon ?

    - MP3 - 17.3 Mo

Zoophilie, trente millions d’amis ? [INTÉGRALE]

Sculpture figurant à l’extérieur d’un temple hindou

Zoophilie : « une pratique sexuelle entre un être humain et un animal », d’après Le Petit Robert . Et vous que dites-vous ? Horreur, cinglé, malade ! Ou alors vous dites… « Zoophi-quoi ? Ah mais je ne connais pas ce mot-là ! » Oui souvent, on préfère ne pas voir et ne pas savoir. Zoophilie tabou, zoophilie dégoût.

Le Rêve de la femme du pêcheur (1814), estampe de Hokusai

La zoophilie est une perversion, une maladie mentale ou une simple préférence sexuelle ? Il y a débat. Attention, il faut être prudent avec les pratiques sexuelles. Des comportements autrefois condamnés sont acceptés aujourd’hui. La masturbation vous rendait immanquablement sourd et les baisers sur la bouche faisaient pousser les bébés. Hier encore, l’homosexualité était une maladie, un délit, un crime contre nature. Aujourd’hui par contre, la pédophilie est le plus odieux des crimes. Ça n’a pas toujours été le cas. Sans remonter à la Grèce antique, on peut retourner aux années 1970. Sous la plume du grand philosophe Alain Finkielkraut, aujourd’hui académicien, on pouvait lire ceci :

« Regrettez-vous ces temps barbares et lointains où la foi faisait violence à l’amour ? Désirez-vous connaître l’intensité des passions impossibles ? Une seule solution : éprenez-vous d’un(e) enfant. » [1]

L’amour à plusieurs animaux (Inde)

La zoophilie n’échappe pas à cette règle, c’est-à-dire l’absence totale de règles. La zoophilie est interdite et réprimée dans certains pays et autorisée dans d’autres. Ainsi, en Allemagne, il y a encore peu de temps, il existait un zoo érotique où vous pouviez choisir de la chèvre au lama ce qui vous convenait. Aujourd’hui, depuis 2012, Allemagne, Suède, Norvège, ont décidé de prohiber les relations entre humains et animaux. Le Danemark, qui était le refuge des zoophiles, a changé complètement son fusil d’épaule et aujourd’hui, la zoophilie y est interdite.

En France, c’est assez vague. Les « sévices graves, ou de nature sexuelle » envers les animaux sont punis. Sur ce point, vous entendrez les explications d’Emmanuel Pierrat, à la fois avocat et sexplorateur aguerri.

Chèvre sodomisée par un berger grec, lithographie de Paul Avril

La question est d’abord celle de la souffrance de l’animal. Y a-t-il maltraitance ? Question embarrassante dans un monde où l’animal est un cobaye, un gibier et une matière première industrielle.

La zoophilie nous répugne alors que sur Internet, n’importe quel enfant peut, en un seul clic, voir des sites pornographiques avec scènes de viol, femmes battues et torturées sans que quiconque ne s’en offusque, sinon vous passez pour un père la pudeur, pour un puritain, suprême ringardise !

La planète Mars sera bientôt notre banlieue et la Lune une destination vacances, mais jamais nous n’aurons fini d’explorer ce qu’André Breton appelait « cet infracassable noyau de nuit ».

Oui, nous sommes d’étranges animaux.

Alors, sans limites, sans bornes ? Bonjour, Georges !

Un reportage de Dillah Teibi et Daniel Mermet, avec Me Emmanuel Pierrat.

La jeune femme et le cygne

Écoutez le reportage par chapitres :


01. « Éprenez-vous d’un(e) enfant »
02. L’avantage avec le chien, c’est que son sexe reste longtemps à l’intérieur : « ça verrouille »
03. Dans la chambre de Tania, deux bites en concurrence : « celle de mon mec et celle du chien »

04. Me Emmanuel Pierrat : le « crime de bestialité »
05. Au tribunal : comment évaluer la souffrance du cochon ?

Nos amis Grolandais se sont aussi penchés sur cette question délicate :

Programmation musicale :
- Joey Starr : Gare au jaguarr
- Les Quitriche  : Zoophilie
- Line Renaud : Le chien dans la vitrine
- Les VRP : Ma vache a grossi
- Sophie Forte : Achète-moi un chien
- Claude Aastier : La chanson du zoophile

reporter : Dillah Teibi
journaliste : Daniel Mermet
réalisation : Sylvain Richard et Alexandre Lambert

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Notes

[1Pascal Bruckner et Alain Finkielkraut, Au coin de la rue, l’aventure, Seuil, 1979, page 91

Voir aussi

-  Le sexe et la loi, un livre d’Emmanuel Pierrat (Éditions La Musardine, 1996)

Sur notre site

À écouter

  • Plan cul, plan cœur Accès libre

    Écouter
    On ne pense qu’à ça, nous l’oublions trop souvent. On veut changer le monde, on veut le comprendre, on parle résistance, on parle révolution, mais le cul dans tout ça ? Et le cœur ? Un reportage d’Anaëlle (...)
  • Le proctologue (rediffusion) Accès libre

    Écouter
    "Dans le bas du frigo, la carotte se conserve huit jours au moins. Dans le bas du rectum, vingt-quatre heures, c’est le maximum..." Monsieur le Proctologue "X" jette la lumière sur un point obscur, parce que souvent caché, de notre (...)

Dans les livres

  • Manuel secret des confesseurs

    Ce manuel est un des plus célèbres du genre, le plus complet et le plus édifiant. Sous la plume de l’évêque du Mans, au milieu du XIXe siècle, « tout ce que les prêtres ne peuvent ignorer, sans danger » a été recensé avec force, détails et précisions anatomiques. L’église ne badine par avec le cul. Nous si. Alors, regardez par la serrure et découvrez ce qui se passe derrière la porte du confessionnal. Ce ne sont qu’aveux de fornication et de luxure, listes de pêchés toujours plus longue - pollution, sodomie, bestialité, adultère, stupre, inceste, sacrilège, prostitution -. Pour s’en guérir, deux solutions, pratiquer la prière ou céder à la tentation. Oups, pardon, cette option n’est pas recommandée par le… Lire la suite

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

JAZZ ET TÊTE DE VEAU, une belle fête pour l’AN 01 de LÀ-BAS ! Accès libreÉcouter

Le , par L’équipe de Là-bas

Nous étions plus de 200 au Lieu-Dit, jeudi pour le premier anniversaire de LA-BAS. Merci à toutes et tous pour le soutien, pour l’amitié, pour la fête, pour le jazz et pour la tête de veau. Merci à l’équipe du Lieu-dit ! Merci au Golden Jack Quintet, et Helmie Bellini et son Kongo Square. Dès vendredi matin (!), Jérôme Chelius vous a mis deux extraits de cette soirée pour régaler vos oreilles. Que du bon ! VIVA !

L’an 01 de Là-bas
[TEXTES À L’APPUI] Entretien avec Cornelius Castoriadis (novembre 1996) LE TRIOMPHE DE L’INSIGNIFIANCE Accès libreLire

Le

Il y aura vingt ans cette année, nous avons diffusé cet entretien avec Cornelius CASTORIADIS, quelques mois avant sa mort, un entretien fondamental et lumineux, qui est devenu une référence et une source d’inspiration pour beaucoup d’auditeurs de LÀ-BAS.

En voici la transcription dans la collection des TEXTES À L’APPUI que nous vous proposons désormais.

À l’occasion de la sortie du film « La Sociale », retour sur l’histoire de la Sécu Ambroise Croizat, vive la Sécu !! Accès libreÉcouter

Le

En février 2011, notre reportage sur AMBROISE CROIZAT fut une redécouverte, et pour beaucoup une découverte, du père de la Sécurité Sociale. Chacun connaît une rue qui porte ce nom, un collège, une bibliothèque, mais qui était Ambroise CROIZAT ? C’est à lui, ministre communiste à la Libération, que l’on doit la Sécurité Sociale et les retraites.

Une superbe conquête inlassablement combattue par les partisans de la loi du profit. Reportage, février 2011 : François RUFFIN, avec Michel ÉTIÉVENT, auteur du livre Ambroise Croizat ou l’invention sociale (éditions GAP, 1999).