Élections départementales

Y’a tellement personne ! Abonnés

Le , par L’équipe de Là-bas

GRANDE SOIREE ELECTORALE

Le bruit a couru ces dernières semaines : le FN va triompher dans l’Aisne. C’est où l’Aisne ? Les grands voyageurs qui sont allés dans l’Aisne racontent des champs de betteraves, des villages sans personne, des bouts d’usine en friche, c’est la France des inaperçus, la France qu’on voit en train.
Et c’est là que le FN va gagner ? Pourquoi ? François, un AMG, vit depuis longtemps à PINON dans l’Aisne. Il va nous faire rencontrer quelques habitants du coin, ses voisins.
Un reportage d’Anaëlle Verzaux.

Y’a tellement personne ! (extrait)

Les différentes séquences de l’émission

Partie 1ère : La France s’en va en friche, et les Français s’en fichent

Dans l’Aisne, le Front National est arrivé en tête dans 16 cantons sur 21, au premier tour des élections départementales. Le Conseil général de l’Aisne est encore à majorité socialiste, présidé par Yves Daudigny, également sénateur. À Pinon c’est 40,74% des voix qu’a obtenu le Front National au premier tour. Cette petite ville de 1 800 habitants a longtemps vécu de la métallurgie de l’aluminium, avec plus de mille ouvriers répartis dans deux usines. Mais l’une des deux a fermé en 2014, laissant sur le carreau les derniers salariés, l’autre s’apprête à mettre la clef sous la porte.


Partie 2 : Françoise et Bernard, 50 ans de mariage

Bernard travaillait l’aluminum à l’usine. Françoise, elle, a été employée à la cantine du collège d’à côté, avant de s’occuper de leurs quatre enfants. Il touche maintenant une retraite de 1 400 €, elle perçoit seulement 690 €, à laquelle s’ajoutent les 800 € de l’allocation aux adultes handicapés. Heureusement la maison est à eux, achetée en 1971, six ans après leur mariage, à l’époque où ils étaient encore nombreux à vivre de la métallurgie. L’année dernière, l’un de leurs deux fils a été licencié suite à la fermeture de l’usine Hydro Aluminium.

En 2014, les salariés d’Hydro Aluminium manifestaient contre la fermeture de leur usine (photo : Stéphanie Polonio Aubry)


Partie 3 : Henriette, crevée à en avoir travaillé

Henriette ne croit plus en la gauche, ni en la droite. Elle ne vote plus. Pas pour le Front National non plus. De toute façon elle ne peut plus aller voter, elle ne peut plus marcher, à 86 ans. Son premier mari est mort à 29 ans, emporté par la tuberculose. Le second, un travailleur, elle l’a trouvé à l’usine. C’était un Marocain. « Il vaut bien un Français ! », elle leur disait aux gens qui appelait ses enfants les "bougnoules".


Partie 4 : l’UMP a disparu de la circulation

À Pinon c’est l’heure de recoller les affiches sur les panneaux électoraux, pour rappeler aux électeurs qu’il y a un second tour pour les élections. On peut même se permettre de coller des affiches sur celles de l’UMP, éliminé au premier tour. Seules restent les affiches des candidats FN et PS. Sur les 21 cantons du département, 16 ont placé en tête des candidats FN. Le PS a obtenu le plus grand nombre de voix dans deux cantons seulement. Alors ça vaut bien le coup de recoller quelques affiches, au cas où ça rappellerait à certains qu’ils peuvent aller voter.

Merci à François Muller, Nina, Henriette, Françoise et Bernard.


Programmation musicale :
- Le cimetière de campagne, par Reynaldo Hahn
- Rien ne change, par Psykick Lyrikah

Et n’oubliez pas que le répondeur attend toujours vos messages au 01 85 08 37 37.

Reportage : Anaëlle VERZAUX
Présentation : Daniel MERMET
Montage : Grégory SALOMONOVITCH
Réalisation : JC
Préparation : Jonathan DUONG

(vous pouvez podcaster cette émission en vous rendant dans la rubrique "Mon compte", en haut à droite de cette page)

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Mardi 4 décembre, notre prochain Café repaire vous invite à venir rencontrer le Collectif de Soutien aux Sans-Papiers ( CSSP 49 ). La soirée se déroulera au rythme des chansons humanistes de Renaud, interprétées par les voix partisanales du Cercle 49. Les fonds collectés aideront les demandeurs (...)

Dernières publis

Une sélection :

Monsieur Macron, prenez un quart d’heure pour recevoir Karima ! Un reportage de Gaylord Van Wymeersch Karima la Galère veut rencontrer Jupiter AbonnésÉcouter

Le

« Faire plus pour ceux qui ont moins. » C’est Macron qui a dit ça en présentant son « plan pauvreté ». Mais qui croit encore la com’ du président des riches, à part Karima ? Karima, c’est la galère, Karima, c’est la misère, mais son idée fixe, c’est de rencontrer Macron, rencontrer Jupiter. Depuis des années, elle lui écrit, elle téléphone à l’Élysée, c’est son combat. On la connait dans son quartier, on l’encourage. Nous aussi. C’est vrai, ça, Monsieur Macron, ça vous coûterait quoi de recevoir Karima ?

Psychiatrie. Reportage de Sophie Simonot au centre de jour Antonin Artaud de Reims Qui cache son fou, meurt sans voix AbonnésÉcouter

Le

La folie fait peur, la folie du fou, la folie de l’autre, mais aussi la folie du fou qu’on a en nous. En France, douze millions de personnes sont touchées chaque année par une maladie mentale. Un français sur cinq. Rien que la dépression affecte 2,5 millions d’entre nous. Or dans les hôpitaux, à Rouvray, à Amiens, comme ailleurs la machine gestionnaire a pris le pouvoir, la situation se dégrade autant pour les patients que pour les familles et les soignants. Jusqu’où ?

Un entretien de Daniel Mermet avec Claire Rodier et Catherine Wihtol de Wenden Claire Rodier : « La seule solution raisonnable, c’est l’ouverture des frontières » AbonnésLire

Le

Entre 2000 et 2016, les migrants ont dépensé 15 milliards d’euros pour passer. Dans le même temps, l’Europe a dépensé 13 milliards d’euros pour les empêcher de passer. Un gâchis énorme, des politiques absurdes qui profitent aux démagogues, des budgets et des énergies qui pourraient favoriser l’intégration au profit de tous. Prenez le temps de lire cet entretien de Daniel MERMET avec deux des meilleures spécialistes engagées depuis longtemps sur les politiques migratoires, Claire RODIER, cofondatrice du réseau Migreurop, juriste au Gisti (Groupe d’information et de soutien des immigrés), et Catherine WIHTOL de WENDEN, directrice de recherche au CNRS, spécialiste des migrations internationales.