Élections départementales

Y’a tellement personne ! Abonnés

Le , par L’équipe de Là-bas

GRANDE SOIREE ELECTORALE

Le bruit a couru ces dernières semaines : le FN va triompher dans l’Aisne. C’est où l’Aisne ? Les grands voyageurs qui sont allés dans l’Aisne racontent des champs de betteraves, des villages sans personne, des bouts d’usine en friche, c’est la France des inaperçus, la France qu’on voit en train.
Et c’est là que le FN va gagner ? Pourquoi ? François, un AMG, vit depuis longtemps à PINON dans l’Aisne. Il va nous faire rencontrer quelques habitants du coin, ses voisins.

Un reportage d’Anaëlle Verzaux.

Y’a tellement personne ! (extrait)

Les différentes séquences de l’émission

Partie 1ère : La France s’en va en friche, et les Français s’en fichent

Dans l’Aisne, le Front National est arrivé en tête dans 16 cantons sur 21, au premier tour des élections départementales. Le Conseil général de l’Aisne est encore à majorité socialiste, présidé par Yves Daudigny, également sénateur. À Pinon c’est 40,74% des voix qu’a obtenu le Front National au premier tour. Cette petite ville de 1 800 habitants a longtemps vécu de la métallurgie de l’aluminium, avec plus de mille ouvriers répartis dans deux usines. Mais l’une des deux a fermé en 2014, laissant sur le carreau les derniers salariés, l’autre s’apprête à mettre la clef sous la porte.


Partie 2 : Françoise et Bernard, 50 ans de mariage

Bernard travaillait l’aluminum à l’usine. Françoise, elle, a été employée à la cantine du collège d’à côté, avant de s’occuper de leurs quatre enfants. Il touche maintenant une retraite de 1 400 €, elle perçoit seulement 690 €, à laquelle s’ajoutent les 800 € de l’allocation aux adultes handicapés. Heureusement la maison est à eux, achetée en 1971, six ans après leur mariage, à l’époque où ils étaient encore nombreux à vivre de la métallurgie. L’année dernière, l’un de leurs deux fils a été licencié suite à la fermeture de l’usine Hydro Aluminium.

En 2014, les salariés d’Hydro Aluminium manifestaient contre la fermeture de leur usine (photo : Stéphanie Polonio Aubry)

Partie 3 : Henriette, crevée à en avoir travaillé

Henriette ne croit plus en la gauche, ni en la droite. Elle ne vote plus. Pas pour le Front National non plus. De toute façon elle ne peut plus aller voter, elle ne peut plus marcher, à 86 ans. Son premier mari est mort à 29 ans, emporté par la tuberculose. Le second, un travailleur, elle l’a trouvé à l’usine. C’était un Marocain. « Il vaut bien un Français ! », elle leur disait aux gens qui appelait ses enfants les "bougnoules".


Partie 4 : l’UMP a disparu de la circulation

À Pinon c’est l’heure de recoller les affiches sur les panneaux électoraux, pour rappeler aux électeurs qu’il y a un second tour pour les élections. On peut même se permettre de coller des affiches sur celles de l’UMP, éliminé au premier tour. Seules restent les affiches des candidats FN et PS. Sur les 21 cantons du département, 16 ont placé en tête des candidats FN. Le PS a obtenu le plus grand nombre de voix dans deux cantons seulement. Alors ça vaut bien le coup de recoller quelques affiches, au cas où ça rappellerait à certains qu’ils peuvent aller voter.

Merci à François Muller, Nina, Henriette, Françoise et Bernard.


Programmation musicale :
- Le cimetière de campagne, par Reynaldo Hahn
- Rien ne change, par Psykick Lyrikah

Et n’oubliez pas que le répondeur attend toujours vos messages au 01 85 08 37 37.

Reportage : Anaëlle VERZAUX
Présentation : Daniel MERMET
Montage : Grégory SALOMONOVITCH
Réalisation : JC
Préparation : Jonathan DUONG

(vous pouvez podcaster cette émission en vous rendant dans la rubrique "Mon compte", en haut à droite de cette page)

Déjà abonné ? Identifiez-vous.

Pour accéder à tous nos contenus, vous devez être abonné…

Abonnez-vous !

ABONNEZ-VOUS MAINTENANT, c’est très simple !
SOUTENEZ LA-BAS pour seulement 5 euros par mois

Depuis 1989 à la radio, LA-BAS SI J’Y SUIS se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante.

L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

L’abonnement coûte 5€/mois (60€/an). Mais pour permettre à tous, du rentier au routier, d’avoir accès à notre travail modeste et génial, plusieurs tarifs d’abonnement existent :
- les plus fortunés peuvent souscrire un abonnement de solidarité (80 €, 100 € ou même plus...)
- ce qui permet aux plus modestes de s’abonner pour une somme plus accessible (24 € pour un an ou même moins...)

Je m'abonne

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Les Rendez-vous des Repaires

  • Comme le Repaire de Neuvy a lieu habituellement au "Goût des Autres", et comme ce restaurant-culturel délocalisera exceptionnellement au salon du bien-être, le prochain Repaire se tiendra donc au salon du bien-être au Parc Expo de Moulins sur l’espace restauration/bar du "Goût des Autres" vendredi (...)

    Neuvy
    24, rue Saint-Vincent

  • Centenaire de la Première Guerre mondiale oblige, nous allons parler des soldats fusillés pour l’exemple qui n’ont toujours pas été réhabilités. Pour décourager les actes de désobéissance des soldats qui se multipliaient, sur demande de l’État-major français, 639 soldats ont été fusillés entre 1914 et (...)

    Metz
    Avenue Robert Schuman

  • La venue du compteur Linky, en ce moment même, à Saint-Dié ne passe pas inaperçue. Elle est accompagnée par un collectif... Stop Linky 88. Qui sera l’invité de notre Repaire de novembre ! Venez débattre et vous informer autour des alternatives à l’installation de cet équipement prétendument (...)

    Saint-Dié-des-Vosges
    3 quai du Maréchal Leclerc

  • La question est posée à La Rochelle, à propos de la mise en place d’un nouveau PLUI (plan local d’urbanisme intercommunal) Dans quelles conditions ce PLUI a-t-il été établi ? Quelle a été la réelle participation des citoyens ? Un débat vous est proposé sur le sujet à partir de la présentation d’une (...)

Dernières publis

Une sélection :

La guerre des idées. Transcription de l’entretien d’Aude LANCELIN avec Juan BRANCO La violence que prépare Macron Lire

Le

" Il faut absolument se redonner les armes pour repenser ce qui nous a menés jusqu’ici " Vous avez été passionnés par l’entretien vidéo d’Aude LANCELIN avec Juan BRANCO, 28 ans, nouvelle figure de la gauche intello. L’été est propice pour ralentir et approfondir, voici la transcription de cet entretien particulièrement stimulant pour préparer une rentrée qui pourrait surprendre

"La guerre des idées" du 18 juillet 2017 « Macron ou la tentation autoritaire ». Un entretien d’Aude LANCELIN avec Juan BRANCO, l’avocat français du fondateur de Wikileaks, Julian Assange. A lire et à relire à tête reposée.

« Fainéants, cyniques, extrêmes » : Macron provoque à la castagne DIX PORTRAITS DE LA FRANCE QUI NE BAISSE PAS LES BRAS AbonnésÉcouter

Le

Macron, ils n’en veulent pas, ni Macron ni son monde, mais qui sont-ils, que veulent-ils ? Âge, sensibilité, parcours, ils sont différents mais ils seront tous dans les prochaines manifs, l’un « pour que ça pète », une autre « pour pas être seule à être contre ». Lucas, Marie, Lionel, Kamel… Attention écoutez-bien, toute ressemblance avec vous ne serait pas fortuite, avec vous ou avec quelqu’un près de vous dans la manif.

Un reportage de Dillah Teibi Charles Piaget : c’est possible ! AbonnésÉcouter

Le

Avant Macron et son monde, notre premier adversaire, c’est notre propre résignation. Un formidable appareil idéologique nous a persuadés que rien d’autre n’est possible et que nous n’y pouvons rien ou presque, tout juste nous en remettre à un homme qui va s’opposer en notre nom. Pourtant, notre histoire est pleine de luttes superbes, solidaires, ardentes, têtues et sans lesquelles l’avidité imbécile des patrons de Macron aurait fait de ce monde un petit tas de poussière. Il y a bientôt un demi-siècle, les murs disaient « l’imagination au pouvoir ». Une lutte formidable allait donner de la vie à ces mots. LIP.

Un reportage de Dillah Teibi Un petit patron contre la loi Travail AbonnésÉcouter

Le

En France, plus de trois millions de petits patrons. Beaucoup ne roulent pas sur l’or, bossent beaucoup et galèrent pas mal. Rien à voir avec les grands requins du CAC 40 et les dirigeants du Medef qui pourtant parlent en leur nom. Écoutez Jean-Marie VIEILLE, un patron à fond contre Macron. Est-ce que la gauche n’a pas des amis à se faire côté petits patrons ?