LÀ-BAS Hebdo n°44 dans les Nuits Debout

UNE SURPRISE DE CONSCIENCE Abonnés

1

Le

Place de la République, à Paris (photo : Jeanne LORRAIN)

C’est le retour du possible ? On ne sait pas encore quoi ni comment. On fait des débats, on fait des AG. On s’organise. On constate qu’il y a du monde mais que « tout le monde n’est pas là ». Les ouvriers, les jeunes des quartiers, les paysans, les immigrés ne sont pas sur le selfie. Les luttes ne convergent pas encore. Et quel sens donner à cette effervescence ? Il viendra plus tard, pour l’instant, on sème.


(photo : Jeanne LORRAIN)

LÀ-BAS Hebdo n°44 (extrait)

Reportages :
- Thibaut CAVAILLÈS, Dillah TEIBI et Jean-Michel DUMAY à Paris
- Rosa MOUSSAOUI à Montreuil
- Hayati BASARSLAN à Strasbourg

(photo : Jeanne LORRAIN)

Les différentes séquences de l’émission :

01. Vos messages sur le répondeur de Là-bas si j’y suis [06’10]

01. Vos messages sur le répondeur

02. Paris, place de la République, un reportage de Thibaut CAVAILLÈS [26’15]

03. Seine-Saint-Denis, Montreuil, place Jean-Jaurès, un reportage de Rosa MOUSSAOUI [09’24]

04. Strasbourg, place de la République, un reportage d’Hayati BASARSLAN [07’35]

05. Syndicats debouts ? Un reportage de Jean-Michel DUMAY [09’36]

06. Avec Fik’s, place de la République, un reportage de Dillah TEIBI [22’14]

(photo : Jeanne LORRAIN)

07. Gérard MORDILLAT mord [12’18]

(photo : Jeanne LORRAIN)

Programmation musicale :
- François Schmitt pour Chanteurs d’actu : #NuitDebout
- Polemix & Super Freak : En France on a
- Lola Lafon : En résistance
- André Minvielle : Barataclau
- Fik’s Niavo & Pkaer : Quoi ma gueule
- Fik’s Niavo & Pkaer : Orgueil et préjugés

Marie GALL attend vos messages sur le répondeur de Là-bas si j’y suis au 01 85 08 37 37.

reportages : Thibaut CAVAILLÈS
Rosa MOUSSAOUI
Hayati BASARSLAN
Jean-Michel DUMAY
et Dillah TEIBI
chronique : Gérard MORDILLAT
présentation : Daniel MERMET
réalisation : Jérôme CHELIUS
coordination : Anaëlle VERZAUX
photos : Jeanne LORRAIN
préparation : Jonathan DUONG

(Vous pouvez podcaster cette émission en vous rendant dans la rubrique "Mon compte", en haut à droite de cette page.)

(photo : Jeanne LORRAIN)

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Un entretien avec FRANÇOIS CUSSET, historien des idées, VIDÉO et PODCAST WOKE, c’est quoi ? Un fantasme des réactionnaires en quête d’ennemi… AbonnésVoir

Le

WOKE ? C’est quoi donc ? Bien peu le savent. Selon une enquête IFOP de février 2021, 14 % en ont « entendu parler » et à peine 6 % en connaissent le sens. Pourtant, toute la droite réactionnaire s’époumone contre ce fléau qui détruit notre grande civilisation. Oui, nous sommes en guerre et vous ne le savez même pas.

Guadeloupe, la violence vient de loin. Reportages sur les massacres de mai 1967 à Pointe-à-Pitre. 2 PODCASTS à écouter. Guadeloupe : quand les nègres auront faim ils reprendront le travail ! AbonnésÉcouter

Le

C’est la phrase qui a déclenché les émeutes en Guadeloupe. Les grévistes demandaient une augmentation de 2,5%. Le pouvoir a fait tirer dans le tas. Bilan : au moins 80 morts. Christiane Taubira a parlé de 100 morts.
C’était en mai 1967 à Pointe-à-Pitre. Un massacre passé sous silence en métropole, mais en Guadeloupe on s’en souvient. On se souvient de cette violence-là et des autres, la colère d’aujourd’hui vient de loin.