C’est Big Brother qui me traque ou c’est le boulot qui devient cool ? Un reportage de Maja Neskovic et Aurélie Martin

Télétravail : bienvenue dans un monde sans contact Abonnés

1

Le

En mars, au plus fort de la crise sanitaire, un salarié sur quatre travaillait depuis chez lui, selon une étude du ministère du Travail [1].

Et ils sont encore des centaines de milliers à procéder de la sorte. En théorie, ils pourraient être, d’après le ministère du Travail, près de 8 millions de salariés du secteur privé, plus de 4 emplois sur 10 à poursuivre leur activité professionnelle depuis leur lieu de confinement plutôt que de se déplacer au bureau. Moins de temps de déplacement, moins de pollution, au moins deux arguments forts pour le télétravail. Mais connaissez-vous Hubstaff ? Un des outils au service du gentil manager qui se doit de surveiller l’activité de ses salariés.

Voilà ce que Hubstaff peut faire pour lui :
- « captures d’écran régulières des applications utilisées et des sites visités sur l’ordinateur avec le temps passé à chaque fois
- suivi GPS de la position du salarié sur son téléphone portable quand il part en rendez-vous
- calcul d’un pourcentage de productivité prenant en compte le mouvement de la souris et le nombre de frappes sur le clavier
- cerise sur le clafoutis : envoi d’un rapport quotidien au manager avec le nombre d’heures travaillées, l’indice de productivité, et les sites consultés
 [2] ».

Patronat et syndicats ont ouvert vendredi 5 juin des discussions sur le télétravail, qui devraient s’achever fin septembre. Si les représentants des salariés souhaitent négocier un accord, du côté de ceux des entreprises, on souhaite travailler à un diagnostic partagé.

En Europe, certains pays sont plus avancés en matière de télétravail : aux Pays-Bas, en Finlande ou au Luxembourg, plus de 10 % de la population active travaille régulièrement à distance [3]. En France, seulement 7 % télétravaillent régulièrement. Un chiffre qui pourrait être amené à évoluer ces prochaines années…

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Comment ils nous ont volé le football Accès libreÉcouter

Le , par L’équipe de Là-bas

Corruption, dopage, chauvinisme, machisme, outil des dictateurs, diversion, achat de joueurs, achat de votes, matchs truqués : qui s’intéresse au football ne peut ignorer ces dérives récurrentes. Ce sport reste pourtant l’un des plus populaires au monde, rassemblant dans plus de 17 000 clubs en France deux millions de licenciés et 200 000 bénévoles.
Entretien : Daniel Mermet

Aude Lancelin reçoit Arthur Messaud, de la Quadrature du Net Google et Facebook contre la démocratie AbonnésVoir

Le

Difficile de mobiliser les citoyens sur la question de la protection des données personnelles, ou des dangers que font courir aux libertés publiques des géants du web comme Google ou Facebook. C’est ce que tente de faire La Quadrature du Net, association de défense des droits et libertés des citoyens sur Internet, qui intervient depuis 2008 dans les débats concernant la liberté d’expression, le droit d’auteur, ou encore de la régulation des télécoms.

« Les idées qui traînent dans l’air » Naomi Klein : le coronavirus du capitalisme Accès libreVoir

Le

La crise est-elle une opportunité pour le capitalisme ? Va-t-il appliquer sa stratégie du choc pour nous faire avaler des choses qui nous semblaient impossibles il y a un mois ? Tout dépend des idées qui traînent dans le fond de l’air et de celles qui s’imposeront. Et justement, il y a, dans l’air, des idées qui pourraient nous être favorables.