C’est Big Brother qui me traque ou c’est le boulot qui devient cool ? Un reportage de Maja Neskovic et Aurélie Martin

Télétravail : bienvenue dans un monde sans contact Abonnés

1

Le

En mars, au plus fort de la crise sanitaire, un salarié sur quatre travaillait depuis chez lui, selon une étude du ministère du Travail [1].

Et ils sont encore des centaines de milliers à procéder de la sorte. En théorie, ils pourraient être, d’après le ministère du Travail, près de 8 millions de salariés du secteur privé, plus de 4 emplois sur 10 à poursuivre leur activité professionnelle depuis leur lieu de confinement plutôt que de se déplacer au bureau. Moins de temps de déplacement, moins de pollution, au moins deux arguments forts pour le télétravail. Mais connaissez-vous Hubstaff ? Un des outils au service du gentil manager qui se doit de surveiller l’activité de ses salariés.

Voilà ce que Hubstaff peut faire pour lui :
- « captures d’écran régulières des applications utilisées et des sites visités sur l’ordinateur avec le temps passé à chaque fois
- suivi GPS de la position du salarié sur son téléphone portable quand il part en rendez-vous
- calcul d’un pourcentage de productivité prenant en compte le mouvement de la souris et le nombre de frappes sur le clavier
- cerise sur le clafoutis : envoi d’un rapport quotidien au manager avec le nombre d’heures travaillées, l’indice de productivité, et les sites consultés
 [2] ».

Patronat et syndicats ont ouvert vendredi 5 juin des discussions sur le télétravail, qui devraient s’achever fin septembre. Si les représentants des salariés souhaitent négocier un accord, du côté de ceux des entreprises, on souhaite travailler à un diagnostic partagé.

En Europe, certains pays sont plus avancés en matière de télétravail : aux Pays-Bas, en Finlande ou au Luxembourg, plus de 10 % de la population active travaille régulièrement à distance [3]. En France, seulement 7 % télétravaillent régulièrement. Un chiffre qui pourrait être amené à évoluer ces prochaines années…

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Dialogue Clémentine AUTAIN / Alain GRESH LE COMPLOT ISLAMO-GAUCHISTE AbonnésÉcouter

Le

D’où vient le terrorisme ? De Clémentine Autain et de ses semblables, les islamo-gauchistes. Voilà l’ennemi, voilà le combat du premier ministre Manuel Valls contre, dit-il, « ces capitulations, ces ambiguïtés avec les Indigènes de la République, les discussions avec Mme Clémentine Autain et Tariq Ramadan, ambiguïtés entretenues qui forment le terreau de la violence et de la radicalisation. »

Les profiteurs d’abîme. Message d’une prof de français Accès libreLire

Le

« Ne me secouez pas. Je suis plein de larmes », disait Henri Calet. Le pays entier est sous le choc, et faire ce métier de comprendre et de faire comprendre est impossible aujourd’hui. « Expliquer, c’est excuser ». La raison n’est pas de saison, il y a un temps pour la décence et le silence. Mais les profiteurs d’abîme n’attendent pas. Les gros médias se surpassent et la plupart des personnages politiques, des sanglots dans la voix, ne reculent devant rien pour racoler des voix en enfonçant une haine profonde dans le pays.

RECONFINEMENT OU PAS RECONFINEMENT ? UNE NOUVELLE SÉRIE DES RENCONTRES DE SOPHIE EN HUIT ÉPISODES [PODCAST] Faire l’amour à fond, perdre son boulot, devenir dingue, faire du tricot : en cas de reconfinement, comment ferez-vous ? [INTÉGRALE] AbonnésÉcouter

Le

Faire l’amour à fond, perdre son boulot, devenir dingue, faire du tricot ? Reconfiné, pas reconfiné : comment vivre cette histoire de fou ? Bourgeois, prolos, jeunes et moins jeunes, Sophie Simonot a baladé son micro de Saint-Denis à Roubaix. Voici une nouvelle série des RENCONTRES DE SOPHIE. Huit épisodes aux petits oignons.