Grève au collège Jean-Jacques Rousseau à Argenteuil. Un reportage de Sophie Simonot.

Rentrée scolaire, tout le monde il est content ! Abonnés

1

Le

(photo : Bachir Bouktit)

Rentrée scolaire, le ministre est content, le président est content.

« - Une vraie réussite monsieur le ministre !

- C’est grâce à vous monsieur le président, oh, bien sur, il y a un peu de grogne ça et là, à Argenteuil quelque part en banlieue, le collège est en grève, monsieur le président,

- Ah oui ? L’on se demande bien pourquoi ! »

C’est vrai, ça, pourquoi ?

Sophie Simonot est allée voir...

[RADIO] Rentrée scolaire, tout le monde il est content ! [EXTRAIT]

Programmation musicale :
Romain Bouteille - La gigue des petits morts

UN FRAGMENT DE L’OBSTINATION DU MONDE

Le président est content, le ministre est content, la rentrée scolaire s’est bien passée, rien à signaler. Juste une grève à Argenteuil mais qui n’a pas fait la une. L’équipe pédagogique du collège Jean-Jacques Rousseau a mis en scène l’enterrement des promesses de l’inspection académique. Peu de médias ont fait le déplacement. Collèges surpeuplés, moyens insuffisants, salaires au rabais, formation sommaire, crise du recrutement, tout le monde le sait. On déplore mais que voulez-vous.

Le système éducatif français est un des plus inégalitaire, toutes les enquêtes internationales le soulignent depuis des années. Un scandale qui n’émeut guère nos experts et nos médias. On est les champions, pas seulement en foot mais aussi pour les inégalités scolaires. La France, cinquième puissance économique au monde est classée en 26e position sur les 35 pays de l’OCDE. C’est ce que confirme le PISA (Programme International pour le Suivi des Acquis) et aussi le CNESCO, (Conseil National d’Évaluation du Système Scolaire). Voila qui fait le bonheur du secteur privé qui se développe, sous contrat ou hors contrat à la conquête de ce gâteau crémeux. Rien de neuf, la situation est connue depuis des années.

Dans les années 60, Pierre Bourdieu a montré comment l’école n’abolit nullement les inégalités sociales mais au contraire les reproduit à travers une culture propre aux classes dominantes. Aujourd’hui l’école ne reproduit plus seulement les inégalités, elle les accentue.

En France, l’école est la fabrique d’une ségrégation à la fois territoriale, sociale et raciale. Le système de plus en plus élitiste impose de fortes inégalités de moyens et de compétences selon les territoires. En dépit de l’engagement des enseignants, les inégalités sociales et culturelles demeurent et sont souvent perçues comme raciales. Les élèves des milieux populaires qui portent le stigmate "défavorisés" sont souvent issus de familles d’origine maghrébine ou subsaharienne. Il n’est pas abusif de parler d’un racisme d’État.

Si le sujet ne choque pas excessivement la classe moyenne, notamment « de gauche » c’est que cette classe a su contourner la carte scolaire pour inscrire ses précieux bambins dans de bonnes écoles, voire souvent dans des établissements privés. Si ce milieu s’insurge face à la puissance néfaste des médias dans la fabrication de l’opinion, il s’indigne moins devant cette énorme machine à broyer et ne soutient pas trop ceux qui résistent à mains nues, élèves, parents et enseignants.

Mais vous pensez déjà ,quoi d’étonnant à tout cela ? L’inégalité est le caractère même du néo-libéralisme dominant. Acceptée comme naturelle ou revendiquée comme moteur économique et sociale, l’inégalité s’est imposée partout. Le problème c’est que dans beaucoup de pays comparables au notre, tout aussi capitalistes que le notre, l’enseignement public fonctionne infiniment mieux. L’exemple de la Finlande est souvent cité (voir notre archive de 2013 avec le diplo ci-dessous), d’autre pays également, mais les responsables français ne semblent pas trop pressés de changer les choses pas plus que l’opinion générale. À la mission émancipatrice des peuples on préfère la fabrication d’une petite élite dominante, une machine à trier plutôt qu’à éduquer. Ce crime symbolique contre notre humanité continue sans bruit.

On est bien loin des années 70 où l’on dénonçait un enseignement fait pour fabriquer des travailleurs adaptables, des employables, au lieu de faire pousser des esprits critiques. « Critiques et donc politiques » ajoute Franck Lepage. On en est loin. La terreur sourde du chômage et de la précarité depuis les années 80 a imposé la course au résultat et au diplôme, chacun pour soi, sauve qui peut et peu importe le sens du contenu.

Rendant hommage à Bertrand Russell lors d’une conférence à Cambridge, Noam Chomsky saluait celui « qui considère l’enfant à la manière dont le jardinier considère un jeune arbre, comme un être doté d’une nature propre, qui pourra s’épanouir pleinement si on lui donne la terre, l’air et la lumière dont il a besoin (…) Aussi l’éducation doit-elle être animée par l’esprit de respect, face à ce que l’homme a de sacré, d’indéfinissable, d’illimité, d’individuel et d’étrangement précieux : un principe vital, un fragment de l’obstination du monde ».

Mais la rentrée s’est bien passée, le président est content et le ministre aussi.

Daniel Mermet

En Finlande, la quête d’une école égalitaire

En janvier 2013, pour notre émission avec le Monde Diplomatique, Daniel Mermet recevait Philippe Descamps autour de son papier : "En Finlande, la quête d’une école égalitaire" À réécouter :

[RADIO] En Finlande, la quête d’une école égalitaire (14 janvier 2013)

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

C’est l’été ! L’occasion de redécouvrir cette série de podcasts de Sophie Simonot Qu’est-ce qui a provoqué vos premiers désirs amoureux ? [INTÉGRALE] AbonnésÉcouter

Le

Nos visages ne sont que des masques et notre apparence est un déguisement. La vérité, c’est les idées que nous avons derrière la tête mais nous les ignorons. Et pas seulement derrière la tête. Voilà ce qui intéresse Sophie, vous faire mettre des mots sur votre essentiel avec des questions faussement simples et vous étonner vous-mêmes. Et étonner chacun. Exemple : tout le monde se souvient de sa première fois. Mais avant la première fois, qu’est-ce qu’il y avait ?

Face à la deuxième vague, inquiétude et colère des soignants. REPORTAGE RADIO et TEXTE À L’APPUI HÔPITAL PUBLIC, RISQUE DE SATURATION. « Macron paralyse le pays parce que l’hôpital manque de lits » AbonnésÉcouter

Le

Risque de saturation, crainte d’impuissance. Face à la nouvelle vague de la pandémie, les soignants de l’hôpital public tiendront-ils une seconde fois ? C’est la grande inquiétude du pouvoir. Pour l’urgentiste Patrick Pelloux, « on doit paralyser le pays parce que les hôpitaux manquent de lits. » Manque de lits, manque de personnels, la déprime gagne avec un sentiment de trahison. Pourtant, au printemps, la pandémie avait entraîné un soutien enthousiaste et une prise de conscience du désastre des politiques de santé appliquées depuis des années. Il y avait là un élan unanime pour changer radicalement de logiciel. L’opinion était prête.

Pourquoi nous manquons d’infirmières dans les hôpitaux aujourd’hui ? Il y a cinq ans, l’hôpital était déjà à bout Accès libreVoir

Le

Il y a cinq ans, la lettre d’une infirmière nous avait tous bouleversés. Clémentine disait à Martin Hirsch pourquoi elle démissionnait. Un incident insignifiant dans la casse globale de l’hôpital. Sauf que cette vidéo a été vue des centaines de milliers de fois, Clémentine a été invitée partout sur des télés et dans les médias. Le sujet n’était pas nouveau. La destruction systématique du secteur public dure depuis bientôt 40 ans, en application de l’idéologie néo-libérale. Ce, qu’avec d’autres, nous dénonçons depuis trente ans. Si la crise monstrueuse que nous subissons aujourd’hui entraîne des réponses difficiles, une grande partie des dysfonctionnements mortels qui se multiplient sont le résultat direct de cette idéologie criminelle.

« Les idées qui traînent dans l’air » Naomi Klein : le coronavirus du capitalisme Accès libreVoir

Le

La crise est-elle une opportunité pour le capitalisme ? Va-t-il appliquer sa stratégie du choc pour nous faire avaler des choses qui nous semblaient impossibles il y a un mois ? Tout dépend des idées qui traînent dans le fond de l’air et de celles qui s’imposeront. Et justement, il y a, dans l’air, des idées qui pourraient nous être favorables.