AMIS PAUVRES, VOUS ÊTES PRIÉS DE NE PLUS TOMBER MALADES

Réforme des retraites : la mort de la médecine de ville ? Abonnés

1

Le

La médecine libérale est un des secteurs menacés par la réforme des retraites. Médecins, infirmiers, paramédicaux sont de toutes les manifs : « la réforme des retraites, c’est la mort de la médecine en ville ». Mais de quoi se plaignent ces personnels de santé libéraux ?!

Il faut rappeler qu’à la différence du régime de retraite général les libéraux cotisent pour des régimes autonomes. C’est donc avec leurs cotisations qu’ils financent la totalité de leur régime de retraite. Mais si la réforme des retraites passe, le montant de leurs cotisations doublerait et passerait de 14 à 28 % de leurs bénéfices. Cette augmentation se traduirait par des milliers d’euros en moins à la fin de l’année. Et par conséquent, ces milliers d’euros en moins pèseraient lourdement sur les finances des paramédicaux, les chevilles ouvrières de la médecine en ville. En particulier dans les maisons de santé.

Pourtant, ces maisons de santé sont des structures pluridisciplinaires qui ont été créées pour lutter contre les déserts médicaux. Que ce soit en ville ou à la campagne. Autrement dit, si les paramédicaux doivent cotiser plus, beaucoup risqueraient de disparaître. Et avec eux les structures médicales comme les maisons de santé qui sont en secteur 1. C’est-à-dire un secteur où médecins et paramédicaux ne pratiquent pas les dépassements d’honoraires. C’est la médecine libérale dite conventionnée. Donc si la réforme des retraites passe, les pauvres seront priés de ne pas tomber malades.

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

journaliste : Dillah Teibi
réalisation : Kévin Accart

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Chaque vendredi, la revue de presse indispensable ! « Le poison de la division est en train de faire son taf » AbonnésVoir

Le

Amis abonnés, parfois, il y a des textes qui tombent à pic. Qui répondent pile poil aux interrogations du moment, qui dissipent le brouillard ambiant et redonnent de l’énergie pour les combats à venir. C’est le cas de [la tribune que le rappeur Hamé a publiée mercredi dans Le Monde, et que Jonathan Duong a décidé de vous lire. Ça dure cinq minutes, mais prenez le temps d’écouter ces cinq minutes. Ça vaut le coup.

Êtes-vous fou de foot ou rien à foot ? Accès libreÉcouter

Le

Il faut reconnaître que les "anti foot" ne manquent pas d’arguments. Partout dénonçée comme une vraie maffia, la FIFA aujourd’hui leur fournit les raisons de dénoncer le foot opium du peuple. Dans le passé, bien souvent, l’image du sport et du foot en particulier est liée aux dictatures de Berlin comme de Buenos Aires.

« L’inceste, le dire et l’entendre » de Andréa Rawlins, sera diffusé le 26 septembre (Fance 3). Parmi les témoignages, celui de Corinne Masiero. Corinne Masiero et les Vaginites en concert pour Là-bas ! Accès libreVoir

Le

« L’inceste, le dire et l’entendre », le film d’Andrea Rawlins sera diffusé le 26 septembre à 23:10 sur FR3. Parmi les témoignages, celui de Corinne Masiero. Voilà un bon prétexte pour (re)voir la vidéo du concert de CORINNE MASIERO et LES VAGINITES du 28 mars pour la chaude (!) soirée de LÀ-BAS à la Flèche d’or.