AMIS PAUVRES, VOUS ÊTES PRIÉS DE NE PLUS TOMBER MALADES

Réforme des retraites : la mort de la médecine de ville ? Abonnés

1

Le

La médecine libérale est un des secteurs menacés par la réforme des retraites. Médecins, infirmiers, paramédicaux sont de toutes les manifs : « la réforme des retraites, c’est la mort de la médecine en ville ». Mais de quoi se plaignent ces personnels de santé libéraux ?!

Il faut rappeler qu’à la différence du régime de retraite général les libéraux cotisent pour des régimes autonomes. C’est donc avec leurs cotisations qu’ils financent la totalité de leur régime de retraite. Mais si la réforme des retraites passe, le montant de leurs cotisations doublerait et passerait de 14 à 28 % de leurs bénéfices. Cette augmentation se traduirait par des milliers d’euros en moins à la fin de l’année. Et par conséquent, ces milliers d’euros en moins pèseraient lourdement sur les finances des paramédicaux, les chevilles ouvrières de la médecine en ville. En particulier dans les maisons de santé.

Pourtant, ces maisons de santé sont des structures pluridisciplinaires qui ont été créées pour lutter contre les déserts médicaux. Que ce soit en ville ou à la campagne. Autrement dit, si les paramédicaux doivent cotiser plus, beaucoup risqueraient de disparaître. Et avec eux les structures médicales comme les maisons de santé qui sont en secteur 1. C’est-à-dire un secteur où médecins et paramédicaux ne pratiquent pas les dépassements d’honoraires. C’est la médecine libérale dite conventionnée. Donc si la réforme des retraites passe, les pauvres seront priés de ne pas tomber malades.

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

journaliste : Dillah Teibi
réalisation : Kévin Accart

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Spécial infogrèveEnvoyez vos infos à infogreve@la-bas.org

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Macron, quand tu tires la chasse, pense à eux ! « MISÉRABLES ÉGOUTIERS » AbonnésVoir

Le

« Misérables égoutiers ! » C’est comme ça que l’avocat Richard Malka qualifie ceux qui ont publié les photos de son client Benjamin Griveaux. Une insulte pour les égoutiers, au moment même où ils se battent contre la réforme des retraites qui va repousser l’âge du départ, alors que les risques et la pénibilité de leur métier sont depuis longtemps reconnus. Un reportage avec les égoutiers en lutte contre ce mépris révoltant.

Hommage à Daniel Bensaïd en sept podcasts (ÉPISODE 07) Pour un socialisme du XXIe siècle Accès libreÉcouter

Le

« Si le postier et le philosophe sortent un livre et appellent à prendre parti, c’est qu’un grand évènement va se produire ! » Le 5 février 2009, Olivier Besancenot et Daniel Bensaïd étaient dans Là-bas si j’y suis pour parler de la refondation de la Ligue Communiste Révolutionnaire, qui se transformait alors en NPA, le Nouveau Parti Anticapitaliste. « Je reviendrai et je serai des millions ! »