Le 23 avril, partout en France, on manifeste contre la réforme de l’assurance chômage, qui va couper les vivres des travailleurs précaires.

Réforme de l’assurance chômage : pourquoi il faut riposter !

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

(Photo : Michel Stoupak)

RADIO] Réforme de l’assurance chômage : pourquoi il faut riposter [INTÉGRALE]

Officiellement lancée pour lutter contre la précarité (si, si !), la réforme de l’assurance-chômage va surtout réduire les indemnités d’1,15 million de demandeurs d’emplois, et créer de graves inégalités. Décryptage d’un grave coup de force antisocial, à la veille d’une journée de mobilisation.

Chopé à 200km/h à contre-sens sur l’autoroute du progrès social, le gouvernement plaide la « lutte contre la précarité » (sic !). La réforme de l’assurance-chômage portée par la ministre du travail Elisabeth Borne (et qui entrera en vigueur le 1er juillet) est pourtant on ne peut plus claire. Au lieu de contraindre les entreprises à proposer des contrats plus longs, elle s’en prend aux travailleurs précaires eux-mêmes. Comme s’ils décidaient volontairement d’enchaîner les petits CDD, et d’avoir des périodes de creux !

Selon une note d’impact publiée par l’Unédic au début du mois [1], 1,15 million de demandeurs d’emploi vont donc voir leur allocation baisser de 17% en moyenne. En cause, un nouveau mode de calcul du salaire journalier de référence (SJR, qui sert à calculer l’indemnisation chômage), prenant en compte les jours non travaillés et les jours travaillés pour toute personne ouvrant des droits. Ceux qui alternent contrats courts et périodes d’inactivité vont sérieusement en pâtir.

Vent debout contre cette réforme qui met en cause le système d’indemnisation du chômage, les principaux syndicats ont déposé un recours au Conseil d’État pour obtenir son annulation [2]. En attendant, dans plusieurs villes, la CGT et Solidaires appellent à manifester le 23 avril pour l’emploi et les droits sociaux. [3]

Avec Gérard Filoche ancien inspecteur du travail, animateur de la Gauche Démocratique et Sociale, auteur (entre autres) de Macron ou la casse sociale, (L’Archipel, 2018), la sociologue Claire Vivès et l’ex-représentant syndical de l’usine GM&S Jean-Marc Ducourtioux, on vous donne plein de raisons de rejoindre les cortèges ! Borne est bornée, soyons déterminés !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Chaque mardi, Olivier Besancenot vous dit UN GROS MOT (vidéo et podcast) Les Gros mots #29 : UTOPIE AbonnésVoir

Le

« L’allocation universelle, une dangereuse utopie sociale » : voilà le cri d’alarme poussé par un membre de l’Académie royale de Belgique dans le quotidien L’Écho. En France, c’est la candidature de Jean-Luc Mélenchon qui est qualifiée de « vote utopique des bobos » par le magazine Challenges. Quant à RMC, la radio fait mine de s’interroger, « passer à la semaine de quatre jours de travail : utopie ou avancée sociale ? ». Décidément, l’utopie a bien mauvaise presse, tant le mot sert à dénigrer une idée jugée impossible, infaisable, irréalisable. Pourtant, le mot « utopie » n’avait pas cette connotation péjorative quand il a été inventé par Thomas More pour désigner « Utopia », l’île idéale où se trouve « la meilleure forme de communauté politique ».

Les « invididus cagoulés », idiots utiles de Macron ? Une enquête de Dillah Teibi MANIP DE MANIFS ! AbonnésÉcouter

Le

« — L’histoire du flic déguisé en black bloc, vous la connaissez ? Et l’histoire des CRS qui avaient pour consigne de "les laisser casser" ? Si c’est vrai, alors les "individus cagoulés" qui brûlent des McDo seraient des idiots utiles manipulés pour faire diversion ?
— Ça alors, chef, vous croyez ?
— Écoute le reportage de Dillah Teibi, tu vas tout comprendre. »

Refoulement. Comment sont morts les 600 damnés de la mer ? Déroulement d’un naufrage. VIDÉO et PODCAST Deux naufrages en même temps : cinq puissants dans l’Atlantique, 750 misérables en Méditerranée AbonnésVoir

Le

D’un côté, cinq riches touristes disparaissent dans l’Atlantique. De l’autre côté, en Méditerranée, un bateau avec 750 migrants à bord coule en quinze minutes. Le monde entier s’intéresse mille fois plus aux cinq touristes qu’aux malheureux migrants. Les inégalités se creusent dans le monde, des chiffres nous le montrent chaque jour, mais il est rare qu’éclate une preuve aussi violemment obscène. Le naufrage des cinq touristes est soigneusement documenté, mais celui des migrants reste dans le flou. Avec Alice Latouche, chercheuse au CNRS, nous retraçons le déroulement de cette tragédie qui met en cause la Grèce et toute la politique migratoire de l’Union européenne sous la pression de l’extrême droite.

C’est le moment pour déguster le meilleur de LÀ-BAS Le bras du pape, un secret bien gardé Accès libreLire

Le

Insoupçonnable pour le public, c’est un bras articulé qui salue les fidèles. Le pape François, 80 ans, qui souffre d’arthrose à l’épaule et maintenant au coude, doit agiter le bras durant des heures sur le parcours. C’est l’atelier Brandisi de Milan qui a réalisé ce bras articulé d’après un moulage du bras droit de sa Sainteté.