Psychiatrie. Reportage de Sophie Simonot au centre de jour Antonin Artaud de Reims

Qui cache son fou, meurt sans voix Abonnés

Le

Le désespéré, Gustave Courbet, 1845

« Moi j’aurais préféré avoir un cancer. Une vraie maladie quoi. Tandis que là, avec ma paranoïa, on ne me croit pas. La paranoïa ça fait peur, alors moi j’aurais préféré avoir un cancer. »

C’est une patiente qui parle comme ça mais on regarde ailleurs. La folie fait peur, la folie du fou, la folie de l’autre, mais aussi la folie du fou qu’on a en nous. En France, 12 millions de personnes sont touchées chaque année par une maladie mentale. 12 millions. Un français sur cinq. Rien que la dépression affecte 2,5 millions de nos compatriotes. C’est la toute première cause d’arrêt maladie.

Récemment on a vu à Saint-Étienne du Rouvray, à Amiens, à Rennes, au Havre, partout, des grèves dans les hôpitaux psychiatriques, pour dénoncer la dégradation des conditions de travail et réclamer des moyens. Souffrance, désarroi, colère, violence, pour les malades, mais aussi pour leurs proches et pour les soignants qui dénoncent une perte de sens de leur boulot.

Pourquoi ? Oh, on s’en doute. Là comme ailleurs, dans la santé comme partout, la machine gestionnaire a pris le pouvoir. L’hôpital est une entreprise dont le malade est la marchandise. Voilà la santé publique entre les griffes de la logique néolibérale, et de la gestion et du profit. Mais il y a des luttes, il y a des choses qui persistent aussi, comme ici à Reims, au centre Antonin Artaud créé en 1985. Ici, on "désaliène". Entre soignants et patients, on ne sait pas trop qui est qui. Ici le patient est considéré comme acteur de son traitement. Au début des années 80, il y avait encore une centaine de structures comparables. Aujourd’hui pas plus de 10 en France, pour prendre en compte les fêlés. « Complètement fêlée celle-là », on dit. Sauf que par la fêlure, les fêlés laissent passer un peu de lumière, pas un trait de lumière tout droit, mais ébréché, sinueux, en zig et en zag, comme le dessin d’une rivière sur une carte d’État-major. En forme de question, en forme de possibilité, en forme d’autre monde, en forme d’échappé.

Henri Michaux nous a prévenu : « qui cache son fou, meurt sans voix ». [1]

DM
[RADIO] "Qui cache son fou, meurt sans voix" [EXTRAIT]

Programmation musicale :
- Alain Bashung - Au pavillon des lauriers
- La Parisienne Libérée - toc toc toc, voilà les médocs
- Brigitte Fontaine - Il pleut

Merci aux patients, aux soignants et à tous les travailleurs du Centre Antonin Artaud, notamment Olivier et Guillaume


Docteur Patrick Chemla, fondateur du centre de jour Antonin Artaud, à Reims

Pour aller plus loin sur le sujet de la psychothérapie institutionnelle, nous vous proposons d’écouter l’interview intégrale du Dr Patrick Chemla enregistrée par Sophie Simonot à l’occasion de ce reportage :

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Le prochain Café Repaire du Conflent se tiendra jeudi 18 octobre 2018 à partir de 19h30 au Bar du Canigou à Villefranche de Conflent On se retrouve pour la dernière fois en heure d’été à 19h30. Pas de menu particulier cette fois. Ce sera une auberge espagnole : chacun, chacune apporte un sujet ou (...)

  • Le café repaire de La Rochelle vous invite le 19 octobre prochain à 20h à la librairie "Les Rebelles ordinaires" (rue des trois Fuseaux à La Rochelle) à venir partager son prochain débat : "Mise en place de la Flat Tax, hausse de la CSG, réforme de la taxe d’habitation, prélèvement à la source...la (...)

Dernières publis

Une sélection :

Migrations : la gauche déchirée ? AbonnésLire

Le

« Ils viennent manger le pain des Français, foutons-les à la mer ! » Rital, espingouin, bicot, porto, youpin, négro, bridé, métèque… À qui le tour aujourd’hui ? Regardez nos remparts, nos murailles, nos barbelés, nos citadelles, nos gardes-chiourmes, nos caméras de surveillance, nos drones et nos centres de détention ; tout ce qui dit la peur de l’autre, la terreur de l’invasion, la haine de l’envahisseur qui vient jusque dans nos bras égorger nos filles et nos compagnes.

De notre envoyé spécial au-delà du périphérique Dillah TEIBI, notre correspondant de guerre sociale Attention, ça bouge dans les quartiers ! AbonnésÉcouter

Le

Vous connaissez les pyramides, Venise et le palais du grand Lama, mais Aulnay-sous-Bois, vous connaissez, le nord d’Aulnay-sous-Bois ? C’est le genre d’endroits où les médias font des reportages sur la drogue, le voile, le viol et les djihadistes, c’est là que les sociologues engagés font leur « terrain », c’est là que les candidats aux élections viennent tous les cinq ans, c’est là que le président des riches, récemment, a rendu visite pour faire des selfies avec les habitants.

La chronique écosocialiste de Corinne Morel Darleux En Arctique, le réchauffement climatique est bon pour le business AbonnésVoir

Le

L’Arctique est un endroit du globe intéressant pour étudier comment certains voient dans le dérèglement climatique une nouvelle manière de faire des affaires et du business. Et ça remonte d’ailleurs à déjà quelques temps, puisque dès la fin de la guerre froide, les Russes ont senti venir la fonte des glaces dans l’Arctique et ont senti l’eldorado derrière ça : puisque l’Arctique, ce n’est pas juste de la banquise qui fond, c’est aussi des réserves de pétrole et de gaz absolument faramineuses.

Un entretien de Daniel Mermet avec Geoffroy de Lagasnerie Geoffroy de Lagasnerie : « Il n’y a pas d’intellectuel de droite » AbonnésVoir

Le

Pourquoi dialoguer avec Finkielkraut ou Zemmour ? Ça ne sert à rien, « il n’y a pas d’intellectuel de droite », répond le philosophe et sociologue Geoffroy de Lagasnerie. « La définition de la gauche, c’est l’incommensurabilité à la droite. C’est-à-dire que nous n’avons, avec la droite, aucun terrain d’accord. Nous ne sommes pas dans une position de débat, mais dans une position d’affrontement. C’est "une lutte – comme disait Bourdieu à propos de Manet et de l’Académie – à la vie, à la mort". » Contrairement à ce qu’on laisse croire, la force de la gauche aujourd’hui, c’est d’être « imaginatrice », « inventive » et d’avoir « une pensée ». À propos des médias, des révolutions symboliques, de Mai 68, des quartiers populaires ou encore de la politique pénale, Geoffroy de Lagasnerie prouve que la gauche peut encore avoir une pensée stimulante et enthousiasmante.