Avec la caravane de l’Union Populaire dans le quartier des Bâtes, à Dreux. [Reportage | Radio | PODCAST]

Quand les mélenchonistes font du porte-à-porte dans la France invisible Abonnés

1

Le

Quartier sensible, quartier prioritaire, toujours les vieilles formules faux-culs pour désigner les quartiers pauvres. Il y en a environ 1 500 en France avec 5 millions d’habitants, dont 70 % sous le seuil de pauvreté [1]. Ce n’est qu’une partie du total de la population pauvre en France, estimée à 9 millions avec une très forte tendance à l’abstention. Les raisons sont multiples : à la fois rejet, dégoût, ignorance. Du coup, pour les candidats, ces quartiers ne sont pas électoralement rentables, mieux vaut les laisser tomber et draguer d’autres catégories. C’est un cercle vicieux qui marginalise encore un peu plus cette France « invisible ».

Mais à la France Insoumise – devenue Union Populaire –, on s’est persuadé qu’il faut aller parler physiquement à ces abstentionnistes, les inviter à voter et, bien sûr, à voter Mélenchon « pour dégager le président des riches ». D’où l’idée de ces « caravanes de l’Union Populaire », animées un peu partout par de courageux militants qui font du porte-à-porte pour discuter avec les gens. Une excellente occasion pour rencontrer quelques habitants (parfois surprenants !) de ces quartiers souvent relégués.

Un reportage (étonnant) de Dillah Teibi aux Bâtes, à Dreux.

[EXTRAIT] Quand les mélénchonistes font du porte à porte dans la France invisible [RADIO]

(Photo : ©Emma Fourreau)

Le quartier populaire des Bâtes, un des plus grands quartiers de la ville de Dreux (Eure-et-Loir ). Ici, dans des petites barres de quatre étages bien cabossées, les logements sont à 90 % du logement social, et la moitié des 5 000 habitants du quartier vit sous le seuil de pauvreté – avec moins de 989 € par mois. Ici seulement 42 % des habitants en âge de travailler ont un emploi [2], et le plus souvent un emploi précaire. Mais les Bâtes ne sont pas une exception. Ce quartier ressemble à beaucoup d’autres quartiers de France. Aux Bâtes comme ailleurs, l’abstention bat des records.

Le 1er novembre, nous voilà avec trois militants de la France insoumise : Emma, Clarence et Pierrick. Tous les trois bénévoles, la vingtaine, ils sont au volant de la caravane de l’Union Populaire lancée par Jean-Luc Mélenchon.

(Photo : ©Emma Fourreau)

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

08 mars : Journée internationale des droits des femmes Thérèse Clerc, les derniers jours Accès libreÉcouter

Le

Féministe poing levé, à 88 ans, Thérèse Clerc est partie paisiblement au bout d’un beau parcours d’engagement, d’insoumission et de gaieté subversive. Quelques jours avant sa mort survenue le mardi 16 février 2016, Anaëlle Verzaux l’avait revue chez elle à Montreuil avec quelques amis. Voici en hommage cet ultime entretien, une superbe incitation à la lutte, c’est-à-dire à la vie.

DÉSENTUBAGE. Un démontage d’une émission de Tébéo-TébéSud Heureusement que tous les journalistes ne font pas comme Inès Léraud ! AbonnésVoir

Le

Depuis des années, Inès Léraud enquête sur les horreurs de l’agroalimentaire en Bretagne. Pas facile. Ce beau monde est très malin pour s’entourer de silences et de connivences. Il faut de l’entêtement et du temps. Pour être têtue, elle est têtue, Inès. On la connaît, c’est une ancienne modeste et géniale de Là-bas. Et pour avoir le temps, elle s’est installée pendant quatre ans dans un village au cœur de la Bretagne.

Rencontre avec l’archéologue britannique David Wengrow, qui publie une « nouvelle histoire de l’humanité » avec David Graeber Et si l’histoire de l’humanité n’était pas celle que vous croyiez ? AbonnésÉcouter

Le

Et si l’histoire de l’humanité n’était pas celle que vous croyiez ? C’est la promesse ambitieuse du dernier livre de David Graeber, Au commencement était… Une nouvelle histoire de l’humanité. Anthropologue et anarchiste britannique, David Graeber est connu aux États-Unis pour son engagement dans le mouvement Occupy Wall Street. En France, on se souvient de lui pour ses travaux sur l’histoire de la dette (Dette : 5 000 ans d’histoire), sur la bureaucratie (Bureaucratie, l’utopie des règles) et sur les boulots à la con (« bullshits jobs »). Avant de mourir d’une maladie en 2020, David Graeber avait eu le temps de terminer cette nouvelle histoire de l’humanité avec l’archéologue David Wengrow.