Ce que le peuple fait des chansons

Pour Johnny et Renée

Le

Cet article vous est offert en accès libre, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis ne vit que grâce à vos abonnements. Sans vous, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Ce matin en apprenant la mort de Johnny, j’ai pensé à Renée, lutteuse infatigable, ancienne ouvrière de l’usine Samsonite d’Hénin-Beaumont, Renée Ponthieu, licenciée comme les 204 autres ouvrières de l’usine, en 2007 et morte en mars 2013.

Renée aimait Johnny, elle connaissait toutes ses chansons.

En apprenant la mort de Johnny ce matin, j’ai écouté « Je te promets », en pensant à Renée, à Brigitte, et à toutes les copines des Samsonite.

Il y a le chanteur, il y a les chansons et il y a ce que le peuple fait de ces chansons, comment il s’en sert pour bercer sa peine, pour retrouver le goût de lutter et le courage d’aimer.

Le 26 mars 2013, l’enterrement de Renée était rythmé par les chansons de Johnny, sa préférée c’était Vivre.

Voici un extrait de l’émission diffusée le 26 mars 2013, en hommage à Renée et à Johnny :

Pour Johnny et Renée

Journaliste : Anaëlle Verzaux

L'équipe de Là-bas attend vos commentaires ci-dessous !

Sur notre site

À écouter

  • On va en Amérique mardi !

    Écouter
    Aujourd’hui, les anciennes ouvrières de l’usine Samsonite d’Hénin-Beaumont en lutte depuis SEPT ANS vont au tribunal de Boston contre BAIN CAPITAL, puissant fonds d’investissement responsable, selon elles, de leurs licenciements. Oui, ceux (...)

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Les Rendez-vous des Repaires

  • A travers la lecture des écrits d’Alexandre Romanès, Lélio Plotton nous fait partager quelques morceaux de la culture tzigane, si peu connue. Véritable poète de la vie gitane, celui qui a fondé le 1er cirque tzigane d’Europe a appris à écrire pour publier ce qu’il vit et ce qu’il ressent ; il nous (...)

  • La commercialisation des données personnelles est devenue un marché juteux qui intéresse les sociétés vivant de publicités. Comment le système fonctionne-t-il ? Comment s’en protéger au mieux ? L’installation de compteurs communicants tels que le Linky pour l’électricité interroge sur l’utilisation des (...)

Dernières publis

Une sélection :

Entretien avec Daniel Mermet Pierre Souchon, encore vivant ! AbonnésVoir

Le

PIERRE SOUCHON, ENCORE VIVANT ! Soudain il pète tout, il casse tout dans la ville. Trois fois, il est interné en psychiatrie, Pierre est bipolaire, c’est aussi un brillant journaliste. Depuis longtemps, il voulait raconter ça de l’intérieur, sa folie, et la vie autour, l’hôpital, l’Ardèche, les arbres, son mariage chez les bourgeois. Un livre superbe, des pages sans précautions, dures et belles.

Le premier reportage dessiné de LÀ-BAS ! (5 épisodes) 42 nuances de libéralisme AbonnésLire

Le

Ça va continuer ainsi (avec un peu moins d’étudiants présents) jusqu’au week-end. Là, les étudiants sont enfermés dans l’école pour réaliser un enduro de projets ; interdiction de sortir de la salle, d’avoir un sac, de téléphoner, etc.…
Derrière la coolitude générale, la matraque n’est pas loin.Midi. Une table où personne ne se parle : manger vite et y retourner. Une autre où tous regardent leur téléphone.Mais (...)

Déborah, championne du monde de bodybuilding ET thanatopractrice Le culte du corps, à la vie, à la mort (1/2) AbonnésÉcouter

Le

« Vous dansez Mademoiselle ?… vous êtes charmante, on doit vous le dire souvent… Oh, mais vous êtes musclée !… Ah, vous êtes championne de bodybuilding ? Ah, je me disais aussi… Et dans la vie, vous faites quoi ?… pardon ? Thanato… euh… thanatopractrice ?… euh, le truc sur des cadavres ?… vous les maquillez… vous les préparez… vous les videz de leur sang ?… euh… et ben, bonne soirée, euh… je sais même pas votre prénom… Déborah ?… Et ben au revoir Déborah ! »