PERQUISITION, ASSIGNATION, ATTENTION DÉRIVE SÉCURITAIRE Abonnés

1

Le

Plusieurs semaines après, la maison et ses habitantes sont toujours marquées par cette perquisition qu'elles ne s'expliquent pas. (photo : Jonathan DUONG)

Perquisition, assignation… (extrait)

Un reportage d’Anaëlle VERZAUX.

Guerre et terreur. Avec un discours guerrier, le pouvoir exacerbe la peur en France, sans assurer pour autant la sécurité des citoyens. C’est la vieille recette cynique de la stratégie du choc. L’opinion traumatisée approuve un régime d’exception qui porte pourtant atteinte aux libertés publiques, aux luttes sociales comme à la vie intellectuelle du pays. En surpassant la droite la plus sécuritaire et la plus réactionnaire, le pouvoir en place n’a qu’un seul but, remporter les présidentielles de 2017. Même le très modéré Conseil de l’Europe dénonce « un risque que le système de contrôle démocratique soit sapé par ces mesures. »

Avec l’état d’urgence, la police n’a plus besoin du Juge, le législatif et le judiciaire sont marginalisés. Face aux attentats, la seule et unique réponse est la surenchère sécuritaire. Laurent Wauquiez (Les Républicains) demandait que toutes les personnes fichées "S" soient placées dans des camps d’internement antiterroriste, soit 4 000 personnes. Le 18 novembre, une douzaine de députés socialistes déposaient un amendement afin de rétablir le contrôle de la presse.

À l’évidence, perquisitions et assignations relèvent de l’arbitraire et de l’improvisation administrative. La suspicion entraîne un peu plus la détérioration du lien social et la stigmatisation conduit à la radicalité. Mais toutes ces explications sont suspectes, il n’y a pas d’explication qui vaille, pour le Premier ministre, expliquer c’est excuser. À plusieurs reprises il martèle : « expliquer c’est déjà un peu excuser ». Le 26 novembre au Sénat, il répète : « J’en ai assez de ceux qui cherchent en permanence des excuses et des explications culturelles ou sociologiques à ce qu’il s’est passé. » Il est applaudi. Comment une telle indigence intellectuelle a pu parvenir à la tête du gouvernement ?

Bien au contraire, les attentats ont déclenché une énorme demande d’explication. Expliquer n’est pas excuser. Comprendre n’est pas défendre. Nul besoin d’intellectuels pour nous le rappeler. Monsieur Valls veut en rester au temps de la vengeance et du talion, c’est-à-dire à la guerre, c’est-à-dire à Daech, c’est-à-dire à la guerre asymétrique, c’est-à-dire au terrorisme. La seule issue commence par comprendre, par expliquer, par penser même l’impensable. Vous êtes plus de 200 000 à avoir suivi la conférence d’Alain Badiou que nous avons diffusée le 27 novembre dernier. Le début de cet exposé peut servir de réplique au Premier ministre :

« Je pense qu’il faut parvenir à penser ce qui est arrivé. Partons d’un principe : rien de ce que font les hommes n’est inintelligible. Dire : « je ne comprends pas », « je ne comprendrai jamais », « je ne peux pas comprendre », c’est toujours une défaite. On ne doit rien laisser dans le registre de l’impensable. C’est la vocation de la pensée, si l’on veut pouvoir, entre autres choses, s’opposer à ce qu’on déclare impensable, que de le penser. Bien entendu, il y a des conduites absolument irrationnelles, criminelles, pathologiques, mais tout cela constitue pour la pensée des objets comme les autres, qui ne laissent pas la pensée dans l’abandon ou dans l’incapacité d’en prendre la mesure. La déclaration de l’impensable, c’est toujours une défaite de la pensée, et la défaite de la pensée c’est toujours la victoire précisément des comportements irrationnels, et criminels. »

Face aux attentats d’Oslo et de l’île d’Utoya en juillet 2011 (77 morts, 48 blessés), le Premier ministre norvégien déclarait : « La réponse à la violence c’est encore plus de démocratie, encore plus d’humanité. »

Daniel Mermet

SAMEDI 23 JANVIER, GRAND MEETING POUR LA LEVEE DE L’ETAT D’URGENCE
14h30 à l’Espace Charenton Paris 12ème


Portfolio

Célia, 20 ans, était la seule résidente présente lorsque la police a (...) Amar aussi a été la cible d'une perquisition, puis placé en garde à vue (...) La police a défoncé certaines portes fermées à clef afin de pouvoir fouiller (...) Plusieurs semaines après, la maison et ses habitantes sont toujours marquées (...) Les deux étages de la maison sont divisés en petites chambres individuelles (...) Convertie à l'Islam depuis qu'elle a quatorze ans, Célia est hébergée (...)

(CLIQUEZ SUR LES PHOTOS POUR LES AGRANDIR)


Les différentes séquences du reportage :

01. PERQUISITION À L’ASSOCIATION BAYTOUNA

01. Perquisition à l’association Baytouna

Célia, 20 ans, était la seule résidente présente lorsque la police a perquisitionné l'association Baytouna (photo : Jonathan DUONG)


02. VIRGINIE, VICE-PRÉSIDENTE DE L’ASSOCIATION BAYTOUNA


03. PERQUISITION À MEUDON-LA-FORÊT

Amar aussi a été la cible d'une perquisition, puis placé en garde à vue sans qu'aucune charge ne soit retenue contre lui (photo : Jonathan DUONG)


04. YOUNÈS, ASSIGNÉ À RÉSIDENCE

La police a défoncé certaines portes fermées à clef afin de pouvoir fouiller toute la maison ( photo : Jonathan DUONG)


05. Raphaël LIOGIER : « LA GUERRE DES CIVILISATIONS N’AURA PAS LIEU »

Convertie à l'Islam depuis qu'elle a quatorze ans, Célia est hébergée par Baytouna depuis qu'elle ne vit plus en foyer (photo : Jonathan DUONG)


Merci à Célia, Virginie de l’association Baytouna, Amar, Younès et Raphaël LIOGIER.
Merci aussi à Islam & Info.

Programmation musicale :
- Yusuf Islam (i.e. Cat Stevens) : A is for Allah

reportage : Anaëlle VERZAUX
réalisation : Jérôme CHELIUS
montage : A.V. et Grégory SALOMONOVITCH
photos : Jonathan DUONG

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Sur notre site

À voir

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Avec le sociologue François Héran qui publie « Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression » (La découverte) Les islamo-gauchistes mangeront-ils nos enfants ? Rencontre avec François Héran (1/2) AbonnésVoir

Le

Suite à l’assassinat de Samuel Paty en octobre 2020, le sociologue et démographe François Héran professeur au Collège de France a adressé une [Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression-C’est la base du livre qu’il publie à la Découverte. >https://www.editionsladecouverte.fr/lettre_aux_professeurs_sur_la_liberte_d_expression-9782348069277] (La Découverte, 2021).Alors que les caricatures qui désacralisent le religieux sont devenues sacrées, il rappelle que la liberté d’expression peut inclure des formes choquantes ou inutilement blessantes et que les caricaturistes a ce sujet, ne sont pas d’accord entre eux sur les limites de leur travail. Il évoque trois dessinateurs de Charlie Hebdo : Charb, Cabu et Pétillon. Dans un débat miné, où le courage de la nuance est plus que rare, ses explications sont essentielles.

Entretien avec le sociologue François Héran (2/2), qui publie « Avec l’immigration. Mesurer, débattre, agir » (La Découverte) Migrants, cadavres en morceaux… AbonnésVoir

Le

Choquant, provoquant, mais réel. Depuis des années, les habitants de Zarzis, sur la côte tunisienne, recueillent comme ils peuvent les corps des migrants noyés en Méditerranée. 20 000 morts depuis 2014. Une forte augmentation suite au Covid. À Zarzis, il faut déjà agrandir le cimetière des 600 tombes de ces soldats inconnus de la guerre économique.

Rencontre avec Caroline Fiat, députée La France Insoumise de Meurthe-et-Moselle. Caroline Fiat : une aide-soignante à l’Assemblée AbonnésVoir

Le

Conviction et sincérité. Voilà ce que les personnages politiques imitent plus ou moins bien. Plus ou moins camelots, plus ou moins malins. Rien de tout ça avec Caroline Fiat. Suffit de la voir à l’Assemblée, quand elle prend la parole, c’est sans les gants. Elle est la première aide-soignante élue députée. Devant la nouvelle vague de la pandémie, elle a décidé de reprendre le boulot au CHU de Nancy tout en assurant son travail de députée. C’est là que nous sommes venus la voir. Mais attention, pas question de faire la vedette...

CHAQUE SAMEDI, LES SEXPLORATEURS (9) | Podcast et belles images Moi j’aime l’amour qui fait mal Accès libreÉcouter

Le

« Fais-moi mal, Johnny, Johnny, Johnny, moi j’aime l’amour qui fait boum ! » Bien sûr, la chanson de Boris Vian était parodique, mais la géniale interprétation de la splendide Magali Noël disait tout autre chose. Sortie en 1956, la chanson fut bien sûr interdite sur la radio nationale, ce qui contribua à son succès. Les infaillibles censeurs avaient immédiatement mesuré la retentissante subversion de cette balade sur la mince frontière entre la douleur et le plaisir. De nos jours, soixante ans plus tard, la ménagère se fait livrer cravache, paire de menottes et plug anal par Amazon. La perversion n’est plus ce qu’elle était, mais le mystère reste entier. Qui aime bien châtie bien. Nos deux « sexploratrices », Anne et Élisa, sont allées voir de plus près.