PERQUISITION, ASSIGNATION, ATTENTION DÉRIVE SÉCURITAIRE Abonnés

Le

Plusieurs semaines après, la maison et ses habitantes sont toujours marquées par cette perquisition qu'elles ne s'expliquent pas. (photo : Jonathan DUONG)

Perquisition, assignation… (extrait)

Un reportage d’Anaëlle VERZAUX.

Guerre et terreur. Avec un discours guerrier, le pouvoir exacerbe la peur en France, sans assurer pour autant la sécurité des citoyens. C’est la vieille recette cynique de la stratégie du choc. L’opinion traumatisée approuve un régime d’exception qui porte pourtant atteinte aux libertés publiques, aux luttes sociales comme à la vie intellectuelle du pays. En surpassant la droite la plus sécuritaire et la plus réactionnaire, le pouvoir en place n’a qu’un seul but, remporter les présidentielles de 2017. Même le très modéré Conseil de l’Europe dénonce « un risque que le système de contrôle démocratique soit sapé par ces mesures. »

Avec l’état d’urgence, la police n’a plus besoin du Juge, le législatif et le judiciaire sont marginalisés. Face aux attentats, la seule et unique réponse est la surenchère sécuritaire. Laurent Wauquiez (Les Républicains) demandait que toutes les personnes fichées "S" soient placées dans des camps d’internement antiterroriste, soit 4 000 personnes. Le 18 novembre, une douzaine de députés socialistes déposaient un amendement afin de rétablir le contrôle de la presse.

À l’évidence, perquisitions et assignations relèvent de l’arbitraire et de l’improvisation administrative. La suspicion entraîne un peu plus la détérioration du lien social et la stigmatisation conduit à la radicalité. Mais toutes ces explications sont suspectes, il n’y a pas d’explication qui vaille, pour le Premier ministre, expliquer c’est excuser. À plusieurs reprises il martèle : « expliquer c’est déjà un peu excuser ». Le 26 novembre au Sénat, il répète : « J’en ai assez de ceux qui cherchent en permanence des excuses et des explications culturelles ou sociologiques à ce qu’il s’est passé. » Il est applaudi. Comment une telle indigence intellectuelle a pu parvenir à la tête du gouvernement ?

Bien au contraire, les attentats ont déclenché une énorme demande d’explication. Expliquer n’est pas excuser. Comprendre n’est pas défendre. Nul besoin d’intellectuels pour nous le rappeler. Monsieur Valls veut en rester au temps de la vengeance et du talion, c’est-à-dire à la guerre, c’est-à-dire à Daech, c’est-à-dire à la guerre asymétrique, c’est-à-dire au terrorisme. La seule issue commence par comprendre, par expliquer, par penser même l’impensable. Vous êtes plus de 200 000 à avoir suivi la conférence d’Alain Badiou que nous avons diffusée le 27 novembre dernier. Le début de cet exposé peut servir de réplique au Premier ministre :

« Je pense qu’il faut parvenir à penser ce qui est arrivé. Partons d’un principe : rien de ce que font les hommes n’est inintelligible. Dire : « je ne comprends pas », « je ne comprendrai jamais », « je ne peux pas comprendre », c’est toujours une défaite. On ne doit rien laisser dans le registre de l’impensable. C’est la vocation de la pensée, si l’on veut pouvoir, entre autres choses, s’opposer à ce qu’on déclare impensable, que de le penser. Bien entendu, il y a des conduites absolument irrationnelles, criminelles, pathologiques, mais tout cela constitue pour la pensée des objets comme les autres, qui ne laissent pas la pensée dans l’abandon ou dans l’incapacité d’en prendre la mesure. La déclaration de l’impensable, c’est toujours une défaite de la pensée, et la défaite de la pensée c’est toujours la victoire précisément des comportements irrationnels, et criminels. »

Face aux attentats d’Oslo et de l’île d’Utoya en juillet 2011 (77 morts, 48 blessés), le Premier ministre norvégien déclarait : « La réponse à la violence c’est encore plus de démocratie, encore plus d’humanité. »

Daniel Mermet

SAMEDI 23 JANVIER, GRAND MEETING POUR LA LEVEE DE L’ETAT D’URGENCE
14h30 à l’Espace Charenton Paris 12ème


Portfolio

Célia, 20 ans, était la seule résidente présente lorsque la police a (...) Amar aussi a été la cible d'une perquisition, puis placé en garde à vue (...) La police a défoncé certaines portes fermées à clef afin de pouvoir fouiller (...) Plusieurs semaines après, la maison et ses habitantes sont toujours marquées (...) Les deux étages de la maison sont divisés en petites chambres individuelles (...) Convertie à l'Islam depuis qu'elle a quatorze ans, Célia est hébergée (...)

(CLIQUEZ SUR LES PHOTOS POUR LES AGRANDIR)


Les différentes séquences du reportage :

01. PERQUISITION À L’ASSOCIATION BAYTOUNA

01. Perquisition à l’association Baytouna

Célia, 20 ans, était la seule résidente présente lorsque la police a perquisitionné l'association Baytouna (photo : Jonathan DUONG)


02. VIRGINIE, VICE-PRÉSIDENTE DE L’ASSOCIATION BAYTOUNA


03. PERQUISITION À MEUDON-LA-FORÊT

Amar aussi a été la cible d'une perquisition, puis placé en garde à vue sans qu'aucune charge ne soit retenue contre lui (photo : Jonathan DUONG)


04. YOUNÈS, ASSIGNÉ À RÉSIDENCE

La police a défoncé certaines portes fermées à clef afin de pouvoir fouiller toute la maison ( photo : Jonathan DUONG)


05. Raphaël LIOGIER : « LA GUERRE DES CIVILISATIONS N’AURA PAS LIEU »

Convertie à l'Islam depuis qu'elle a quatorze ans, Célia est hébergée par Baytouna depuis qu'elle ne vit plus en foyer (photo : Jonathan DUONG)


Merci à Célia, Virginie de l’association Baytouna, Amar, Younès et Raphaël LIOGIER.
Merci aussi à Islam & Info.

Programmation musicale :
- Yusuf Islam (i.e. Cat Stevens) : A is for Allah

reportage : Anaëlle VERZAUX
réalisation : Jérôme CHELIUS
montage : A.V. et Grégory SALOMONOVITCH
photos : Jonathan DUONG

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Le repaire de St-Affrique vous invite pour une projection des 4 courts-métrages ’film du mois’ sur le Brésil diffusés sur Là-bas. Rendez-vous ce samedi 27 avril au Lieu-Dit, au 5 bis rue l’industrie. Entrée gratuite (évidemment) !

  • Notre prochain repaire aura lieu le lundi 6 mai. Les intervenants(es) seront des gilets jaunes du centre-Manche : St-Lô, Coutances et Carentan. Ils ont accepté notre invitation et nous les en remercions. Elles et ils pourront témoigner, expliquer leur démarche et répondre à nos questions. (...)

Dernières publis

Une sélection :

ÉPISODE #02 : une nouvelle enquête de nos deux stagiaires Manipulez-nous mieux : Gilets jaunes, au goulag ! AbonnésÉcouter

Le

Cette semaine, nos deux journalistes débutants ont chaussé leur équipement de terrain (casque, brassard-presse, déontologie et courage) pour arpenter les Champs-Élysées et la rue du Faubourg Saint-Honoré. Leur rédacteur en chef leur a passé commande d’un reportage délicat et hautement sensible. Leur angle : « Les Gilets Jaunes, les français comme les médias veulent que cela s’arrête… Vous êtes d’accord, hein ? »

Un entretien de Daniel MERMET avec Monique PINÇON CHARLOT PINÇON-CHARLOT : « LES RICHES AU TRIBUNAL » AbonnésVoir

Le

1995, c’était notre première émission avec les PINÇON-CHARLOT, il y a 23 ans ! Emissions, vidéos, films, livres, B.D, débats, à eux deux, depuis des années, dans les grandes émissions de télés comme dans un café-repaire de LA-BAS, ils donnent des outils pour démonter ce monde et en construire un autre à partir de leurs recherches sociologiques concentrées sur le monde de la bourgeoisie et de l’oligarchie. Démonter la domination des riches et de l’oligarchie, construire l’émancipation et l’égalité, avec une certitude, les mauvais jours finiront. Leur engagement et leur réussite est un formidable encouragement pour cette rentrée. Voilà leur dernier livre, une BD avec Etienne LECROART au dessin. « LES RICHES AU TRIBUNAL. L’affaire Cahuzac et L’évasion fiscale », qu’ils signeront à la tête de l’Humanité !

Un entretien de Daniel Mermet avec Monique Pinçon Charlot

Le premier reportage dessiné de LÀ-BAS ! (5 épisodes) 42 nuances de libéralisme AbonnésLire

Le

En fait, vois-tu, il y a des petits rayons de soleil, même dans les existences les plus mornes. Et c’est heureux.
Regarde par exemple : moi.
Voilà qu’en plein milieu d’une journée morose de chômeur, je reçois un courrier de Pôle. ”Pôle”, c’est Pôle Emploi. Comme on se côtoie depuis longtemps, je l’appelle maintenant par son prénom. Pôle, donc, m’écrit pour me proposer une formation en programmation (...)

GRAND DÉBAT ou GRAND DÉBARRAS ? MACRON INVITE LORDON : C’EST PAS DU BIDON ! AbonnésVoir

Le

« Foulards rouges » ou « gilets jaunes » : que choisir ? Place de la République, sous la pluie, les « foulards rouges » pro-Macron étaient exactement 29. Juste à côté, à la Bourse du travail, ils étaient 800 sur le thème « FIN DU DÉBAT, DÉBUT DU GRAND DÉBARRAS », pour préparer l’ACTE XVIII de ce samedi, avec, entre autres, un appel à LA GRÈVE GÉNÉRALE lancé par Jérôme RODRIGUES, et aussi Frédéric LORDON qui hésite à répondre à l’invitation d’Emmanuel MACRON. Pour vous aider à faire votre choix (en toute objectivité), voici notre reportage express.