Nouvelles violences policières contre des migrants et des journalistes

PARIS, LA NUIT DE LA HONTE

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

La place la République lundi 23 novembre avant l’évacuation violente du camp de migrants (photo : Médecins du Monde)

Nouvelles violences policières cette nuit dans Paris contre des migrants et des journalistes. Même le ministre de l’intérieur Gérald Darmanin sur Twitter se dit choqué par les images de la nuit. « Je viens de demander un rapport circonstancié sur la réalité des faits au Préfet de police d’ici à demain midi. Je prendrai des décisions dès sa réception », a-t-il ajouté.

Lundi 23 novembre au soir, plusieurs centaines de migrants, environ 450, en errance depuis l’évacuation du campement de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) mardi dernier, ont monté un nouveau campement sur la place de la République à Paris. Leurs revendications : « Nous demandons des ouvertures de places d’hébergement et un réel système d’accueil des exilés ». En moins de deux minutes, environ 500 tentes bleues se sont déployées sous la statue de la République, vite investies par des centaines d’exilés, en majorité originaires d’Afghanistan.

À peine une heure après l’installation, les forces de l’ordre ont commencé à enlever une partie des tentes, parfois avec des personnes encore à l’intérieur, sous les cris et huées des militants et des migrants. Et c’est finalement sous les tirs de gaz lacrymogène et de grenades de désencerclement que quelques centaines d’exilés et leurs soutiens ont été dispersés par les forces de l’ordre dans les rues du centre de Paris.

Voici le témoignage du journaliste Remy Buisine, lui aussi molesté par les policiers lors de l’opération :

« On a peur qu’ils soient évacués sans solution, comme ce qui s’est passé mardi dernier à Saint-Denis », lors du démantèlement d’un important campement informel qui s’était constitué depuis l’été près du Stade de France, a expliqué Maël de Marcellus, responsable parisien de l’association Utopia56.

Les forces de l’ordre appliquent le principe de « zéro tolérance » pour les campements de migrants dans la capitale, institué par le préfet de police de Paris, Didier Lallement, en début d’année. Depuis, beaucoup ont reculé vers la Seine-Saint-Denis. Mais en lisière de Paris, « l’invisibilisation » conduit à une « chasse à l’homme », explique Louis Barda, responsable des maraudes chez Médecins du Monde. Selon ses remontées, les violences que subissent les exilés les poussent déjà à quitter Paris pour rejoindre Calais.

Le DAL rappelle qu’il y a actuellement 70 000 logements disponibles et géolocalisés sur Airbnb qui ne sont pas loués à cause du Covid-19. Si tout ces logements sont vides et précisément identifiables, dans ce cas, pourquoi ne pas les réquisitionner ?

L’ampleur du mouvement d’opposition à la loi sur la Sécurité Globale et notamment contre son article 24, oblige l’exécutif a faire profile bas. Sur franceinfo, David Le Bars, secrétaire général du syndicat des commissaires de la police nationale (SCPN) a vu des gestes inappropriés. "Effectivement, on voit des gestes inappropriés de la part de certains gendarmes ou policiers face à des journalistes, à des migrants, Il faut impérativement garder son sang-froid et surtout on ne peut faire usage d’une force que si elle est légitime."

Nous voila rassuré

Là-bas

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Voir aussi

Vous pouvez retrouver ici les images choquantes captées par Rémy Buisine qui ont fait réagir jusqu’au ministre de l’Intérieur hier soir :

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

C’est l’été ! L’occasion de redécouvrir cette série de podcasts de Sophie Simonot Qu’est-ce qui a provoqué vos premiers désirs amoureux ? [INTÉGRALE] AbonnésÉcouter

Le

Nos visages ne sont que des masques et notre apparence est un déguisement. La vérité, c’est les idées que nous avons derrière la tête mais nous les ignorons. Et pas seulement derrière la tête. Voilà ce qui intéresse Sophie, vous faire mettre des mots sur votre essentiel avec des questions faussement simples et vous étonner vous-mêmes. Et étonner chacun. Exemple : tout le monde se souvient de sa première fois. Mais avant la première fois, qu’est-ce qu’il y avait ?

Face à la deuxième vague, inquiétude et colère des soignants. REPORTAGE RADIO et TEXTE À L’APPUI HÔPITAL PUBLIC, RISQUE DE SATURATION. « Macron paralyse le pays parce que l’hôpital manque de lits » AbonnésÉcouter

Le

Risque de saturation, crainte d’impuissance. Face à la nouvelle vague de la pandémie, les soignants de l’hôpital public tiendront-ils une seconde fois ? C’est la grande inquiétude du pouvoir. Pour l’urgentiste Patrick Pelloux, « on doit paralyser le pays parce que les hôpitaux manquent de lits. » Manque de lits, manque de personnels, la déprime gagne avec un sentiment de trahison. Pourtant, au printemps, la pandémie avait entraîné un soutien enthousiaste et une prise de conscience du désastre des politiques de santé appliquées depuis des années. Il y avait là un élan unanime pour changer radicalement de logiciel. L’opinion était prête.

Pourquoi nous manquons d’infirmières dans les hôpitaux aujourd’hui ? Il y a cinq ans, l’hôpital était déjà à bout Accès libreVoir

Le

Il y a cinq ans, la lettre d’une infirmière nous avait tous bouleversés. Clémentine disait à Martin Hirsch pourquoi elle démissionnait. Un incident insignifiant dans la casse globale de l’hôpital. Sauf que cette vidéo a été vue des centaines de milliers de fois, Clémentine a été invitée partout sur des télés et dans les médias. Le sujet n’était pas nouveau. La destruction systématique du secteur public dure depuis bientôt 40 ans, en application de l’idéologie néo-libérale. Ce, qu’avec d’autres, nous dénonçons depuis trente ans. Si la crise monstrueuse que nous subissons aujourd’hui entraîne des réponses difficiles, une grande partie des dysfonctionnements mortels qui se multiplient sont le résultat direct de cette idéologie criminelle.

« Les idées qui traînent dans l’air » Naomi Klein : le coronavirus du capitalisme Accès libreVoir

Le

La crise est-elle une opportunité pour le capitalisme ? Va-t-il appliquer sa stratégie du choc pour nous faire avaler des choses qui nous semblaient impossibles il y a un mois ? Tout dépend des idées qui traînent dans le fond de l’air et de celles qui s’imposeront. Et justement, il y a, dans l’air, des idées qui pourraient nous être favorables.