Pour des milliers de prostituées, une misère sans aide

OUI, JE SUIS UNE PUTE, ET ALORS ? QUE DEVIENT SAM ? Abonnés

1

Le

En avril, nous avons rencontré SAM et vous avez aimé son témoignage.
Du coup, ces temps-ci, vous nous adressez des messages : que devient SAM ? Alors voilà de ses nouvelles :
« en ce moment, c’est très compliqué, nous dit Sam. Heureusement qu’il y a le bus des Femmes pour me soutenir et m’aider. Mais même avec ça, c’est catastrophique. Les moyens sont au plus bas, les clopes sont plus chères. Tout augmente. Et en plus, on a baissé mes APL, mon RSA… Au total, on a baissé mes aides de 150 euros. Donc ça devient très compliqué. Au total, aujourd’hui, j’ai 750 euros par mois de revenus. Et avec tout ça, je dois payer le loyer, les courses, les clopes… donc, je me prive, je calcule tout. Pour le boulot, c’est super compliqué aussi. Avant, on se débrouillait. Le couvre-feu, c’était à 20h. On pouvait espérer avoir au moins un client. C’était déjà difficile. Mais là, avec le couvre-feu à 18h, c’est foutu. Et les filles qui travaillent dans la rue, elles pleurent. Là, pour moi, c’est catastrophique. Donc, là, il va falloir se débrouiller. Trouver des trucs au black… la débrouille quoi. »

Oui, je suis une pute, et alors ? SAM le proclame bien fort. Elle assume. Mais les infirmières de la sexualité publique sont dans une mauvaise passe, et même plus de passes du tout. Ce salaud de Covid a chassé le client, et SAM ne s’est pas encore convertie au télétravail. En plus de ça, il y a cette loi de 2016 qui pénalise le client, et comme beaucoup de ses 30 000 collègues, elle a vu son chiffre d’affaires s’effondrer. Et aucun filet social. Juste un RSA et encore. Et ces vaches de bourgeois qui les appellent des filles de joie !

Avec le confinement lié au Covid-19, les prostituées sont dans une situation de grande fragilité. Selon le secrétariat d’État chargé de l’Égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations, 30 000 personnes sont prostituées en France [1]. D’autres sources avancent le chiffre de 50 000.

Plusieurs associations, notamment le Bus des femmes, l’affirment : les revenus des prostituées ont fondu comme neige au soleil.

Le coronavirus vient porter un coup fatal aux prostituées déjà fragilisées par la loi dite « prostitution » du 13 avril 2016, qui a remplacé le délit de racolage par la pénalisation des clients. Ces derniers sont passibles d’une amende de 1 500 euros, et même 3 750 euros en cas de récidive. Bon nombre de prostituées ont donc vu chuter leur chiffre d’affaires.

Sam est dans ce cas. En général, elle exerce au bois de Boulogne. Mais avec le confinement, l’activité est interrompue. Tout récemment, elle a obtenu un petit studio dans une HLM. Du coup, elle reçoit ses clients réguliers chez elle. Et le risque sanitaire ? « Faut bien bouffer ».

Programmation musicale :
 Romain Bouteille : Rue de la pompe à Nice

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Mais pourquoi ont-ils viré Mermet ? Accès libreLire

Le

Article publié le 06/07/2014, dans LES INROCKS
La nouvelle directrice de France Inter, Laurence Bloch, a annoncé l’arrêt de l’émission de Daniel Mermet, “Là-bas si j’y suis”. Vingt-cinq ans après sa création, le phare de la radio documentaire s’éteint. Mais la mobilisation commence. “Là-bas si j’y suite.” C’est par ce jeu de mots plein d’espoir que Daniel Mermet avait baptisé jeudi 26 juin (…)

Texte à l’appui. CONNAISSEZ-VOUS LE PCPE ? Un texte de Daniel Mermet Enfin toute la vérité sur le PCPE, le plus grand parti au monde ! AbonnésLire

Le

Le PCPE est le plus grand parti du monde, et pourtant bien peu le connaissent. À cela, il y a deux raisons. La première, c’est que ceux qui en font partie gardent farouchement le secret. La seconde, c’est que la majorité de ceux qui en font partie ignorent totalement qu’ils en font partie. Les PCPE sont innombrables, mais ils l’ignorent. Vous avez, sans le savoir, un PCPE dans votre entourage, votre employeur, votre conjoint ou votre coiffeur, et eux-mêmes n’en ont pas conscience. De même, il y a peut-être en vous un PCPE qui sommeille à votre insu. Et c’est peut-être, allez savoir, le cas de l’auteur de ces lignes. Il est donc important de révéler toute la vérité sur le PCPE.

Une série d’histoires dans les luttes pour l’émancipation, racontées par Olivier Besancenot Comment on commémore chaque année (sans le savoir) les émeutes de Stonewall du 28 juin 1969 AbonnésVoir

Le

Saviez-vous que c’est en souvenir du 28 juin 1969 qu’est organisée chaque été la Marche des fiertés ? La nuit du 27 au 28 juin 1969, une descente de police vise un bar fréquenté par des homosexuels, le Stonewall Inn, situé au n°53 de la Christopher Street à New York. L’arrestation particulièrement violente des personnes en infraction – parce que dépourvues de carte d’identité ou portant des vêtements habituellement réservés au genre opposé – provoque une réaction inédite de la population de Greenwich Village, lassée des exactions contre les homosexuels.