Le film sur les GM&S est diffusé lundi 24 juin à 22h55 sur ARTE

ON VA TOUT PÉTER ! Abonnés

1

Le

Le documentaire sur la lutte des GM&S, On va tout péter, est diffusé ce lundi 24 juin sur ARTE, à 22h55. Et il est disponible tout l’été sur arte.tv. L’occasion de (re)voir notre reportage à Cannes, quand les GM&S déboulaient au festival avec Lech Kowalski, le réalisateur du film sélectionné à la Quinzaine des réalisateurs.

Deux ans de combat, une énergie folle, une proposition de loi contre les patrons voyous, et aujourd’hui, un film sélectionné à la Quinzaine des réalisateurs du festival de Cannes : ON VA TOUT PÉTER, de Lech Kowalski, retrace depuis les premiers jours la lutte exemplaire des GM&S. De La Souterraine à Cannes, c’est la parole des travailleurs jetables que les ouvriers viennent porter sur la croisette des notables. Quand les GM&S déboulent au Festival, un reportage de Dillah Teibi et Fabien Petitpré :

À quoi sert la classe populaire ? Un paillasson ou un marchepied ? C’est tantôt l’un, tantôt l’autre. Tantôt c’est un tas de bidochons, de racistes et d’assistés, tantôt c’est les héros du Front populaire, c’est les vraies valeurs, c’est le sel de la terre. Idéalisée, folklorisée, ridiculisée, la classe populaire, « on » parle à sa place, « on » pense à sa place. « On », c’est ceux du dessus, ceux qui regardent de haut et qui voient loin, les experts, les politiques, les économistes, les patrons bien sûr et les rupins, mais souvent aussi les intellos, les artistes, et même les cinéastes, puisqu’on est à Cannes.

Au cinéma, sauf pour un rare Ken Loach ou un Guédiguian et quelques autres, la classe populaire reste une classe étrangère. La classe des invisibles, des oubliés, des vaincus, pour reprendre les termes les plus utilisés par les « penseurs rapides » (fast thinkers) au sujet des « gilets jaunes ». ON VA TOUT PÉTER n’est pas un film SUR les travailleurs en lutte mais AVEC eux : ni paillasson, ni marchepied, c’est leur film, c’est leur résistance dont nous pouvons FAIRE PARTIE comme a fait le réalisateur du film, Lech Kowalski, au sens de PRENDRE PARTI. C’est ça ou c’est le parti de l’ennemi. Il n’y a pas d’arrangement. Lech Kowalski est anglais et il le sait, Margaret Thatcher avait raison : il n’y a pas d’alternative !

Daniel MERMET

Où en est-on de la lutte des GM&S ?

Les ouvriers de l’ex-usine GM&S, sous-traitant automobile, bougent encore et pas qu’un peu. Depuis 2017, ils livrent plusieurs combats pour sauver leur usine, mais aussi pour aider leurs collègues mis à la porte lors du dernier plan social, en janvier 2018, après que l’entreprise a été reprise par l’industriel Alain Martineau pour un euro symbolique, avec 120 emplois conservés sur 277.

Comment va l’entreprise aujourd’hui ? Depuis un an, l’usine GM&S – devenue LS Industrie – tourne au ralenti. La faute aux deux donneurs d’ordre et géants de l’industrie automobile, le groupe PSA et Renault. PSA s’était engagé à fournir 12 millions d’euros de commandes par an dès 2018, et Renault 10 millions d’euros. Mais les constructeurs automobiles n’ont pas tenu leur parole, comme l’expliquait Patrick Brun, délégué syndical CGT, à la fin de l’année 2018 : « par rapport à ce qui avait été annoncé par les constructeurs – 12 millions d’euros de chiffre d’affaires annuels de PSA et 10 millions d’euros de Renault – on est loin du compte. On se rend compte qu’on va finir l’année certainement avec 11,7 millions d’euros de commandes mais pas plus. On est loin des engagements des constructeurs [1] ».

Parallèlement, l’entreprise LS Industrie (ex-GM&S) perd environ 350 000 euros par mois. Par conséquent, les salariés craignent un autre plan social, voire une liquidation de leur usine.

Mais ce ciel sombre est loin de décourager les ouvriers, qui ont remis de l’essence dans leur moteur grâce à la justice. En annulant l’homologation du « plan de sauvegarde de l’emploi », le tribunal administratif de Limoges leur a redonné de l’espoir. Cette décision a même été confirmée en appel. Mais l’administrateur judiciaire a contesté cette décision : le Conseil d’État doit encore statuer sur la faisabilité d’un tel pourvoi. Affaire à suivre donc, concernant la contestation du plan social.

En attendant, les ex-GM&S mènent bataille sur d’autres fronts. 85 licenciés de GM&S et 33 autres salariés repris au sein de l’entreprise LS Industrie réclament une somme totale de 7,4 millions d’euros à PSA et Renault.

Les deux géants de l’industrie automobile sont accusés d’avoir provoqué la chute de l’ex-équipementier automobile GM&S en le maintenant en situation de dépendance économique. Une assignation en justice pour « abus de position dominante » et « responsabilité pour faute » devant le tribunal de Guéret a été délivrée par huissier aux deux constructeurs.

Cette démarche est d’autant plus importante que les salariés licenciés ne roulent pas sur l’or. Le ministre de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire, avait pourtant promis de ne laisser personne sur le carreau. Mais la cellule de reclassement s’est arrêtée fin mars et à la fin de l’année, les salariés qui sont aujourd’hui au chômage ne toucheront plus rien. Fin mars 2019, parmi les anciens salariés de GM&S, 36 étaient en CDI, 11 avaient des promesses d’embauche, 23 étaient en CDD de plus de six mois, 23 en CDD de moins de six mois. Huit avaient créé une entreprise ou avaient un projet de création, et au moins 50 étaient sans solution, dont 26 en grande difficulté.

Dans ce contexte, le film de Lech Kowalski, On va tout péter, sur la lutte des GM&S, est autant une piqûre de rappel qu’un appel à la lutte.

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

journaliste : Dillah Teibi
images : Fabien Petitpré
montage : Léa Bardiau
mixage : Sylvain Richard

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Notes

[1Julie Ho Hoa, « Les trois angoisses qui planent sur le sort des ex-GM&S creusois », La Montagne, 08 octobre 2018.

Voir aussi

Lech Kowalski, On va tout péter, France, 1h49, 2019

Pour soutenir la lutte des GM&S, vous pouvez faire un don à l’adresse :
Association de soutien et de défense des salariés de GM&S
6, Cité Jean Massé
23300 LA SOUTERRAINE

Sur notre site

À écouter

À voir

À lire

  • Le plan de licenciement était bel et bien illégal

    LES GM&S GAGNENT UNE BATAILLE ! Accès libre

    Lire
    Ils n’ont pas gagné la guerre, mais ils ont gagné une bataille. Le Conseil d’Etat vient d’annuler le plan social de 2017 ce qui rend possible une meilleure indemnisation d’une partie des ouvriers licenciés. Oui, le plan de licenciement était (...)

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

La pollution atmosphérique tue vingt fois plus que la Covid-19 1972 : DES VÉLOS, PAS D’AUTOS ! Accès libreVoir

Le

La Covid-19 nous a obligés à faire passer nos vies avant l’économie. Mais maintenant, retour à la normale. Avec la pollution atmosphérique qui tue vingt fois plus, l’économie passe avant nos vies. Voici un petit retour sur la première manif écolo en faveur du vélo, le 22 avril 1972, organisée par les Amis de la Terre et suivie par 25 000 doux dingues…

Pour un programme de PLANIFICATION ÉCOLOGIQUE. Avec le sociologue Razmig Keucheyan Monde d’après : mode d’emploi Accès libreÉcouter

Le

Demain, le paradis ? Ce n’est pas certain. Mais quel avenir avec ce choc énorme ? Il est urgent de faire front face à un pouvoir qui va revenir comme avant, mais en pire. Voici le projet de deux chercheurs, Razmig Keucheyan et Cédric Durand, une PLANIFICATION ÉCOLOGIQUE avec un programme en cinq points : un contrôle public de l’investissement, une garantie de l’emploi, la relocalisation de (...)

Comment en est-on arrivé là en si peu de temps ? Voilà la réponse dans une super BD ! LA GRIPPETTE DU PANGOLIN AbonnésLire

Le

C’est passé si vite… Une histoire de pandémie, de confinement et de résidence secondaire : voilà qu’un éternuement de pangolin en Chine fait trembler le monde entier. Enfin, presque le monde entier. Parce qu’en France, la clairvoyance présidentielle nous a évité de tomber dans la panique, puis de paniquer parce qu’il était temps. De ne pas porter de masques inutiles, puis de porter des masques indispensables. De confiner, de déconfiner. On passe son temps sur Internet à essayer de comprendre ce qui nous tombe sur la tête et on finit noyé sous le flot d’informations continues. Alors arrêtons-nous un instant. Prenez le temps – grâce à Mathieu Colloghan – de regarder ce qui s’est passé depuis le rhume du pangolin.

SANTÉ PUBLIQUE. DÉCONFINEMENT. OÙ EN SONT LES PROMESSES DE MONSIEUR MACRON ? SOIGNANTS : APRÈS LES BRAVOS, LE MÉPRIS AbonnésVoir

Le

Bravo nos héros, show-biz et trémolos, merci, merci, bravo, bravo. Et après ? Et maintenant ? Où en sont les promesses de Monsieur Macron ? Le grand plan d’investissement massif ? Les soignants se sont dépassés, beaucoup ont payé de leur santé et même de leur vie. Pendant des semaines et avec succès, ils ont réussi à faire passer la santé avant l’intendance. Oui, bravo. Mais aujourd’hui ? Pas de réponse. Pourtant, Monsieur Macron avait promis ?

« Mépris et trahison ». Voila ce que balance le collectif Inter-hôpitaux à l’heure du déconfinement. Voilà des mois que ces soignants sont à fond dans une lutte qui dure depuis des années pour sauver l’hôpital public des griffes de la logique marchande. Nous les avons rencontrés à l’heure du déconfinement.

Profitant de l’émotion générale pour amadouer un pays qui le rejette, Macron et ses communicants ont poussé encore un peu plus loin le bouchon du cynisme. Avant d’évoquer « les jours heureux », ce destructeur obstiné du modèle social français s’est transformé en brave militant d’Attac pour faire l’éloge de l’État-providence : « ce que révèle d’ores et déjà cette pandémie, c’est que la santé gratuite sans condition de revenu, de parcours ou de profession, notre État-providence ne sont pas des coûts ou des charges mais des biens précieux, des atouts indispensables quand le destin frappe. »