« Je vous rends ma médaille », un reportage de Sylvie COMA

Mort étrange d’un insoumis (1/2) Abonnés

1

Le

[EXTRAIT] Mort étrange d’un insoumis (1/2)

(photo : Sylvie Coma)

Ébéniste, anar, musicien, Michel FERCHAUD était un ami de Là-bas. Il était de la génération des appelés en Algérie, il en était marqué à vie, comme beaucoup de ceux qui n’ont jamais parlé. Lui en avait fait une chanson superbe, « JE VOUS RENDS MA MÉDAILLE ». C’était son histoire, c’était sa vie, une vie de travers, réfractaire et cabossée qu’il avait fini par raconter dans un livre. Il n’a pas eu le temps d’aller plus loin, il est mort à la fin février, dans des conditions bizarres, il avait 78 ans. L’enquête est en cours, mais nous avons voulu en savoir plus, sur lui, sur son monde, sur son parcours. Voici la première partie de ce reportage en forme d’hommage à un insoumis modeste et génial.

C’était en 1998, il y a bientôt 20 ans. La mémoire des appelés en Algérie était encore largement occultée. Avec Giv Anquetil, grâce aux conseils de l’historienne Claire Maus-Copeaux, nous avions fait entendre les témoignages souvent douloureux de ces appelés. « Ils eurent 20 ans dans les Aurès », c’était le titre de cette série d’émissions en hommage au grand cinéaste René Vautier.

L’ un deux surtout racontait comment il avait torturé et comment il avait tué, « voilà ce qu’on nous a fait faire. » 36 ans après la fin de « la guerre sans nom », c’était un des tout premiers témoignages. Les réactions des auditeurs furent violentes et passionnées, allant jusqu’à des menaces. Entre 1954 et 1962, plus de deux millions furent appelés pour cette « pacification ». On estime à 25 000 le nombre de cercueils que la France a dû commander pour ces petits soldats.

Un signe que cette mémoire était passée sous silence, c’est l’absence de chansons sur cette histoire à l’époque, et encore moins sur les insoumis. Le Déserteur, la chanson de Boris Vian et de Mouloudji, qui date de 1954, inspirée par le Vietnam, fut longtemps interdite. Pour l’Algérie, la seule que nous avions trouvée, c’est la chanson de Michel Ferchaud, Je vous rends ma médaille, qui raconte sa propre histoire. La diffusion de cette chanson sur France Inter lui avait donné l’occasion de repartir chanter, guitare à l’épaule.

Il y a à peine quelques mois, il publiait un livre autobiographique, c’était une occasion d’aller le retrouver dans son Maine-et-Loire, vingt ans après. Mais trop tard, fin février, nous apprenions sa mort.

Nous avons voulu rendre hommage à un modeste et génial insoumis.

Est-ce une espèce en voix de disparition ? Certainement pas, si l’on va du côté des ZAD, des manifs, des squats, un peu partout, il n’est pas difficile de rencontrer celles et ceux qui ont rendu leur médaille et n’ont jamais eu envie de faire ce qu’il faut pour mériter breloques et hochets.

Dans la vie, Michel ne se racontait pas tant que ça. Il préférait dire les choses en chantant. La guerre d’Algérie, son court passé de braqueur et son passage en taule, ses coups de gueule contre la société, son enfance sur les bords de la Loire, ses copains manouches… Sa vie était pleine de trous et ses amitiés assez cloisonnées.

Michel Ferchaud n’a pas vraiment eu le temps d’en dire plus. Il est mort le 27 février après avoir été agressé – suppose-t-on – dans son jardin. Aujourd’hui, sa maison est sous scellés, l’enquête suit son cours et dans tout le Maine-et-Loire, ses copains se rassemblent pour rendre hommage à l’insoumis.

Un reportage de Sylvie Coma.

Citation à l’ordre de la Brigade du 2e classe Michel Ferchaud du 3e bataillon de zouaves

Les différentes séquences du reportage :

Stéphane, de l’Atelier Accordéon

Josiane

Programmation musicale :
- Michel Ferchaud : Je Vous Rends Ma Médaille
- Charles Trenet : Douce France
- Michel Ferchaud : Les Gens N’Ont Pas De Mémoire
- Michel Ferchaud : Le Casier Judiciaire
- Michel Ferchaud : La Java Des Tatoués

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

reportage : Sylvie Coma
journaliste : Daniel Mermet
réalisation : Sylvain Richard

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Voir aussi

-  À LIRE :

Je vous rends ma médaille, un livre de Michel Ferchaud (Les Savoirs Inédits, 2016)

- À ÉCOUTER :

« Mort étrange d’un insoumis (2/2) », seconde partie du reportage de Sylvie Coma, une émission du 26 mai 2017

Avec ma p’tite voiture, un album de Michel Ferchaud (Welkome Media Music, 2010)

Le temps des Manouches, un album de Michel Ferchaud (Welkome Media Music, 2003)

L’Espagnole, un album de Michel Ferchaud (Welkome Media Music, 2000)

Hor’norme, un album de Michel Ferchaud (Welkome Media Musi, 1996)

Retrouvez toute la musique de Michel Ferchaud sur le site de Welkome Media Music : welkome-media-music.com/22-michel-ferchaud

« Ils eurent 20 ans dans les Aurès (I) », premier volet d’un reportage de Giv Anquetil et Daniel Mermet (janvier 1998)

« Ils eurent 20 ans dans les Aurès (II) », deuxième volet d’un reportage de Giv Anquetil et Daniel Mermet (janvier 1998)

« Ils eurent 20 ans dans les Aurès (III) », troisième volet d’un reportage de Giv Anquetil et Daniel Mermet (janvier 1998)

Sur notre site

Dans les livres

  • Je vous rends ma médaille

    Il a fait la guerre d’Algérie, Michel. Il a sauvé des soldats et des populations. Il a eu une médaille pour cela, valeur militaire avec étoile de bronze. Mais Michel Ferchaud n’en veut plus de cette breloque dont on l’a honoré et qui n’est que le mauvais souvenir d’une guerre qui a sali ses vingt ans. Depuis, il a la rage et le raconte dans un livre où se mêlent musique et chansons, les gens simples, la Loire et les ébénistes parisiens du faubourg du temple. C’était une époque. Celle de beaucoup de nos pères et grands-pères. De petites histoires pour écrire la grande.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Rendez-vous au Bathyscaphe avec ATTAC 17 pour un débat sur le thème Uber, ubérisation... Demain tous ubérisés ? mercredi 20 novembre. Venez nombreux !

  • Rendez-vous à L’Entre-temps avec ATTAC 35 pour un débat sur la privatisation d’ADP (Aéroports de Paris) le 11 décembre à 20h30 !

Dernières publis

Une sélection :

Reportage aux urgences de Chinon Colère dans le cathéter AbonnésÉcouter

Le

Les urgences hospitalières sont en grève depuis la mi-mars : un mouvement de grande ampleur lancé hors syndicats par le collectif L’Inter-Urgences, constitué notamment de jeunes professionnels du milieu hospitalier. Plus de 150 établissements sont mobilisés à travers la France. 10 000 nouvelles embauches, un salaire mensuel revalorisé de 300 euros : ce sont les principales revendications des urgentistes en grève. Notre reporter Dillah Teibi a passé quelques jours dans le service des urgences de l’hôpital de Chinon.

Mythologie économique, avec l’économiste Éloi Laurent La croissance économique, un mythe à détruire AbonnésVoir

Le

« Nous devons œuvrer pour avoir plus de croissance, créer davantage d’emplois, et donc de mieux-être dans nos sociétés ». Voici résumée en une phrase, prononcée par Emmanuel Macron en ouverture du dernier sommet du G7 à Biarritz, toute la mythologie de la croissance économique : la croissance crée des emplois, et donc du bien-être dans la société ! Le drame se joue ici dans le « donc » : l’un, le bien-être, serait la conséquence de l’autre, la croissance. C’est le genre de fausses évidences que l’économiste Éloi Laurent met en pièces depuis quelques années.

COMMENT SORTIR DU CONSUMÉRISME ? Rencontre avec RAZMIG KEUCHEYAN Le capitalisme a besoin que nous ayons envie de ce dont nous n’avons pas besoin AbonnésVoir

Le

Un monde sans nuit. C’est notre monde. La nuit se meurt. La Ville Lumière et la fée électricité jadis nous ont enchanté mais aujourd’hui la pollution lumineuse détraque nos villes et nos vies. 60% des européens et 80% des américains ne peuvent plus voir la voie lactée. Un monde sans nuit s’ennuie. Qui est responsable ? Rencontre avec Razmig Keucheyan.