« Je vous rends ma médaille », un reportage de Sylvie COMA

Mort étrange d’un insoumis (1/2) Abonnés

1

Le

[EXTRAIT] Mort étrange d’un insoumis (1/2)

(photo : Sylvie Coma)

Ébéniste, anar, musicien, Michel FERCHAUD était un ami de Là-bas. Il était de la génération des appelés en Algérie, il en était marqué à vie, comme beaucoup de ceux qui n’ont jamais parlé. Lui en avait fait une chanson superbe, « JE VOUS RENDS MA MÉDAILLE ». C’était son histoire, c’était sa vie, une vie de travers, réfractaire et cabossée qu’il avait fini par raconter dans un livre. Il n’a pas eu le temps d’aller plus loin, il est mort à la fin février, dans des conditions bizarres, il avait 78 ans. L’enquête est en cours, mais nous avons voulu en savoir plus, sur lui, sur son monde, sur son parcours. Voici la première partie de ce reportage en forme d’hommage à un insoumis modeste et génial.

C’était en 1998, il y a bientôt 20 ans. La mémoire des appelés en Algérie était encore largement occultée. Avec Giv Anquetil, grâce aux conseils de l’historienne Claire Maus-Copeaux, nous avions fait entendre les témoignages souvent douloureux de ces appelés. « Ils eurent 20 ans dans les Aurès », c’était le titre de cette série d’émissions en hommage au grand cinéaste René Vautier.

L’ un deux surtout racontait comment il avait torturé et comment il avait tué, « voilà ce qu’on nous a fait faire. » 36 ans après la fin de « la guerre sans nom », c’était un des tout premiers témoignages. Les réactions des auditeurs furent violentes et passionnées, allant jusqu’à des menaces. Entre 1954 et 1962, plus de deux millions furent appelés pour cette « pacification ». On estime à 25 000 le nombre de cercueils que la France a dû commander pour ces petits soldats.

Un signe que cette mémoire était passée sous silence, c’est l’absence de chansons sur cette histoire à l’époque, et encore moins sur les insoumis. Le Déserteur, la chanson de Boris Vian et de Mouloudji, qui date de 1954, inspirée par le Vietnam, fut longtemps interdite. Pour l’Algérie, la seule que nous avions trouvée, c’est la chanson de Michel Ferchaud, Je vous rends ma médaille, qui raconte sa propre histoire. La diffusion de cette chanson sur France Inter lui avait donné l’occasion de repartir chanter, guitare à l’épaule.

Il y a à peine quelques mois, il publiait un livre autobiographique, c’était une occasion d’aller le retrouver dans son Maine-et-Loire, vingt ans après. Mais trop tard, fin février, nous apprenions sa mort.

Nous avons voulu rendre hommage à un modeste et génial insoumis.

Est-ce une espèce en voix de disparition ? Certainement pas, si l’on va du côté des ZAD, des manifs, des squats, un peu partout, il n’est pas difficile de rencontrer celles et ceux qui ont rendu leur médaille et n’ont jamais eu envie de faire ce qu’il faut pour mériter breloques et hochets.

Dans la vie, Michel ne se racontait pas tant que ça. Il préférait dire les choses en chantant. La guerre d’Algérie, son court passé de braqueur et son passage en taule, ses coups de gueule contre la société, son enfance sur les bords de la Loire, ses copains manouches… Sa vie était pleine de trous et ses amitiés assez cloisonnées.

Michel Ferchaud n’a pas vraiment eu le temps d’en dire plus. Il est mort le 27 février après avoir été agressé – suppose-t-on – dans son jardin. Aujourd’hui, sa maison est sous scellés, l’enquête suit son cours et dans tout le Maine-et-Loire, ses copains se rassemblent pour rendre hommage à l’insoumis.

Un reportage de Sylvie Coma.

Citation à l’ordre de la Brigade du 2e classe Michel Ferchaud du 3e bataillon de zouaves

Les différentes séquences du reportage :

Stéphane, de l’Atelier Accordéon

Josiane

Programmation musicale :
- Michel Ferchaud : Je Vous Rends Ma Médaille
- Charles Trenet : Douce France
- Michel Ferchaud : Les Gens N’Ont Pas De Mémoire
- Michel Ferchaud : Le Casier Judiciaire
- Michel Ferchaud : La Java Des Tatoués

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

reportage : Sylvie Coma
journaliste : Daniel Mermet
réalisation : Sylvain Richard

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Voir aussi

-  À LIRE :

Je vous rends ma médaille, un livre de Michel Ferchaud (Les Savoirs Inédits, 2016)

- À ÉCOUTER :

« Mort étrange d’un insoumis (2/2) », seconde partie du reportage de Sylvie Coma, une émission du 26 mai 2017

Avec ma p’tite voiture, un album de Michel Ferchaud (Welkome Media Music, 2010)

Le temps des Manouches, un album de Michel Ferchaud (Welkome Media Music, 2003)

L’Espagnole, un album de Michel Ferchaud (Welkome Media Music, 2000)

Hor’norme, un album de Michel Ferchaud (Welkome Media Musi, 1996)

Retrouvez toute la musique de Michel Ferchaud sur le site de Welkome Media Music : welkome-media-music.com/22-michel-ferchaud

« Ils eurent 20 ans dans les Aurès (I) », premier volet d’un reportage de Giv Anquetil et Daniel Mermet (janvier 1998)

« Ils eurent 20 ans dans les Aurès (II) », deuxième volet d’un reportage de Giv Anquetil et Daniel Mermet (janvier 1998)

« Ils eurent 20 ans dans les Aurès (III) », troisième volet d’un reportage de Giv Anquetil et Daniel Mermet (janvier 1998)

Sur notre site

Dans les livres

  • Je vous rends ma médaille

    Il a fait la guerre d’Algérie, Michel. Il a sauvé des soldats et des populations. Il a eu une médaille pour cela, valeur militaire avec étoile de bronze. Mais Michel Ferchaud n’en veut plus de cette breloque dont on l’a honoré et qui n’est que le mauvais souvenir d’une guerre qui a sali ses vingt ans. Depuis, il a la rage et le raconte dans un livre où se mêlent musique et chansons, les gens simples, la Loire et les ébénistes parisiens du faubourg du temple. C’était une époque. Celle de beaucoup de nos pères et grands-pères. De petites histoires pour écrire la grande.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Frédéric LORDON publie« Figures du communisme » aux éditions La Fabrique. Un entretien en deux parties Frédéric Lordon, le capitalisme nous détruit, détruisons le capitalisme (1/2) AbonnésVoir

Le

Il est remonté Lordon, et son bouquin vous remonte, un vrai coup de printemps dans cette odeur de renfermé et de renoncement flageolant. Angoisse, précarité, inégalités, réchauffement, asphyxie et maintenant pandémie. Ça fait beaucoup et c’est clair, le capitalisme détruit nos vies. On peut essayer de lui limer les griffes, lui mettre du caoutchouc sur les crocs, lui apprendre à manger de la salade, lui faire des petits bisous, il s’en fout. On en voit à gauche tout penauds, qui négocient comme au temps de l’esclavage on aurait négocié la longueur de la chaîne et le poids des boulets. Il faut choisir : ou bien on dit « un autre capitalisme est possible » et on le réforme et on le corrige et on lui trouve des chouettes idées et on le renforce. Ou bien on comprend qu’il nous mène au désastre général et qu’il faut tout changer. Tout en profitant de la période qui finit, celle du développement matériel, à nous d’inventer enfin l’histoire du développement humain. Voilà qui vous remet de l’air dans les bronches !

« On lâche rien », c’est eux qui chantent ça, les larbins du capitalisme, tous en chœur dans leurs Covid parties, on lâche rien sauf les chiens, sauf les chars. Les chars, oui. Lordon rappelle 1973 à Santiago du Chili, quand un vrai socialisme était là pour de vrai. On peut rappeler la Semaine sanglante, on peut rappeler ceux qui ont préféré Hitler au Front populaire, on peut évoquer les véhicules blindés qui furent envoyés par Macron contre les « gilets jaunes », et aujourd’hui la spéculation sur les vaccins qui va laisser pourrir des milliers d’êtres dans le monde. Et bien sûr, un capitalisme propre sur lui, bien déguisé en démocratie comme le loup qui se déguise en gentille grand-mère. Des élections, ah oui, très bien, à condition que les blancs bonnets remplacent les bonnets blancs, et le contraire aussi dans un affrontement passionnant. Mais pas davantage. Sinon revoyez les aventures de la Grèce en 2015. Tout le bouquin de Lordon peut se résumer à la phrase de Bertolt Brecht : « le fascisme n’est pas le contraire de la démocratie, il est son évolution par temps de crise ».

Émission spéciale « Doléances et Résistances » en public HAYANGE, CEUX QUI FONT FACE AU FRONT [INTÉGRALE RADIO] AbonnésÉcouter

Le

C’est curieux, le maire d’Hayange n’a pas aimé notre affiche, il l’a fait arracher et même il l’a fait repeindre en bleu ! Lui qui aime tant le cochon, lui qui fait la Fête du cochon. Hayange est l’une des onze nouvelles villes conquise par le Front National lors des municipales de 2014. Ancien militant de Lutte Ouvrière et de la CGT,le jeune maire d’Hayange est devenu célèbre en se convertissant subitement à l’extrême-droite. Il est aussi très malin pour lancer des petites ou des grosses provocations qui font le beurre et le bonheur des médias qui viennent du monde entier dans cette ville de Moselle frappée par les politiques néo-libérales.