À Gerzat, un combat oublié des politiques et des grands médias

LUXFER : L’ÉTAT COMPLICE DU CARNAGE INDUSTRIEL Abonnés

1

Le

(photo : Pompiers utilisant les bonbonnes fabriquées par Luxfer. Source : Site de la protection incendie)

« On occupe l’usine jour et nuit pour empêcher notre patron de péter les machines ! » En quelques mots, Axel Peronczyk a tout résumé du drame absurde et violent qui se joue dans un petit coin de France oublié de nos dirigeants politiques et des grands médias.

On est à Gerzat, commune de 10 000 habitants, tout près de Clermont-Ferrand. Ici, fin 2018, les dirigeants anglais ont décidé de fermer une usine historique, Luxfer, fabricant de bonbonnes à gaz pour les pompiers et les hôpitaux. 136 salariés sont sur le carreau, mais la lente désindustrialisation du pays ne se fait pas sans résistance. Depuis trois semaines, l’usine est occupée nuit et jour par les ouvriers qui protègent leur outil de travail : « Ici c’est chez nous ! »

À Gerzat, un reportage de Dillah Teibi et Aurélie Martin :

Axel, jeune délégué du personnel de 26 ans, refuse de parler au passé de cette usine de pointe dont les carnets de commandes étaient pleins, et qui faisait un chiffre d’affaires record de 30 millions d’euros l’année où ses dirigeants anglais ont décidé de la fermer. C’était un matin de novembre 2018.

Depuis, avec ses collègues, Axel Peronczyk mène une véritable guerre de tranchée contre cet ultralibéralisme autoritaire et absurde.

Malgré des bénéfices records et l’argent du CICE (environ 250 000 euros par an), les dirigeants anglais de Luxfer ont justifié les licenciements économiques sous prétexte de compétitivité, une possibilité introduite dans la « loi travail » de 2016 [1].

Les autorités françaises n’ont pas empêché le licenciement de 126 salariés sur 136 en juin 2019. A peine 15% des 126 ont retrouvé un emploi et encore, la moitié sont des emplois précaires.
Aujourd’hui, les 10 salariés restants sont des salariés protégés du fait de leur mandat syndical, comme Axel.

Et, bien que le groupe anglais compte les mettre à la porte eux aussi, ces 10 salariés occupent l’usine avec leurs anciens collègues car leur combat est double. Oui, les licenciés ont rejoint leurs 10 camarades et bloquent jour et nuit l’accès au site contre les destructeurs. D’abord, ils veulent faire reconnaitre l’invalidité du licenciement économique, tout comme ont réussi à la faire nos amis GM&S. Mais surtout, ils veulent faire repartir les machines et la production notamment des bonbonnes pour appareils respiratoires [2] dont les pompiers et les hôpitaux ont toujours besoin.

Loin d’être résignés, les Luxfer espèrent la création d’une coopérative ouvrière ou l’arrivée d’un repreneur industriel.

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

La société ingouvernable. Un entretien de Daniel Mermet avec le philosophe Grégoire Chamayou Quand le pouvoir a eu peur que nous n’ayons plus peur AbonnésVoir

Le

Tout le monde conteste tout, la société est ingouvernable. L’État providence protège, le plein emploi fait refluer l’angoisse du licenciement, et les syndicats sont puissants. En somme, « ils n’ont plus peur ».
Ainsi fut vécu le début des années 1970 par le pouvoir et le monde des affaires, gagnés par la panique. C’est contre cette insoumission générale qu’une puissante contre-offensive néolibérale s’est (...)

11 septembre 1973, date de naissance du néolibéralisme au Chili AbonnésVoir

Le

Onze septembre 1973, coup d’État au Chili. Un coup d’État qui met fin aux réformes économiques et sociales menées par le président Salvador Allende, démocratiquement élu trois ans plus tôt. Qui voulait la peau de Salvador Allende ? La droite chilienne évidemment, mais aussi les États-Unis : Nixon ne pouvait tolérer que l’expérience socialiste chilienne puisse réussir et faire école. Le dernier film de Nanni Moretti s’appelle Santiago, Italia. Petit pas de côté pour le cinéaste italien, qui signe un documentaire. Il donne la parole à ces militants chiliens qui ont accompagné la victoire d’Allende. Et qui se sont réfugiés, après le 11 septembre, à l’ambassade d’Italie à Santiago.

Une nouvelle série de reportages en 18 épisodes À qui voulez-vous casser la gueule ? [L’INTÉGRALE] AbonnésÉcouter

Le

Bien sûr, on est contre la violence, bien sûr, la violence, c’est pas bien. Pourtant, les « gilets jaunes » ont montré qu’en politique, il ne restait guère que la violence pour se faire entendre et malgré ça, les Français continuent de les soutenir. Et vous, à qui voudriez-vous casser la gueule ? Macron, bien sûr ! Mais sinon ? Votre chef, votre mari, votre prof ou qui encore ?

PERQUISITION, ASSIGNATION, ATTENTION DÉRIVE SÉCURITAIRE AbonnésÉcouter

Le

3 021 perquisitions en deux mois. Résultat ? Nul. À peine quatre procédures antiterroristes au total. Même les policiers dénoncent l’inefficacité et les dérives de l’état d’urgence. De même les assignations à résidence, 385 en deux mois. Quel résultat ? Suspicion, discrimination, islamophobie, les témoignages foisonnent. Une répression inefficace qui risque au contraire de radicaliser. Et qui sont ces perquisitionnés et ces assignés ?

ATTENTION DÉRIVE SÉCURITAIRE, un reportage radio d’Anaëlle Verzaux [45:55]