Frédéric Lordon et Bernard Friot avec les occupants de Paris 1-Tolbiac. Reportage Dillah Teibi

LORDON ET FRIOT À LA COMMUNE DE TOLBIAC !

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Méfiez vous de ce vieux Friot et de ce fou de Lordon qui viennent apporter des armes à la jeunesse. Ils apportent du grain à moudre à l’eau du moulin de la lutte. Or, attention, lutter, c’est vivre, lutter, c’est comprendre, lutter, c’est tout. C’ est le rideau qui se déchire, c’est le cœur battant, c’est la nuit dévergondée, c’est une balle dans le coeur, c’est l’ennemi qui n’est plus qu’un tigre de papier, c’est le point du jour. C’est leur tour aux lutteurs d’aujourd’hui, c’est le tour de la jeunesse, dans les facultés occupées, dans les quartiers, dans les gares, c’est le tour des humiliés, c’est plus fort, c’est mille fois plus fort, dix mille fois plus fort que Macron et son monde et leur com’ et leurs calculs de larbins de luxe au service des riches.

Non, le vieux Friot et ce fou de Lordon ne s’éloignent pas de la lutte des cheminots, des éboueurs, des postiers, des aide-soignantes et des autres. Ils sont là pour donner de la profondeur à ces aspirations humaines. De la hauteur, des racines, du courage. Pour dire que nous sommes tous les otages de ce pouvoir de merde. C’est leur boulot de dire ça. Jadis, on disait : il y a des travailleurs manuels et des travailleurs intellectuels. Les uns et les autres ont la même valeur. À la fin de son plus beau livre, Les Mots, Jean-Paul Sartre dit : « jamais je ne me suis cru l’heureux propriétaire d’un "talent" : ma seule affaire était de me sauver – rien dans les mains, rien dans les poches – par le travail et la foi. Du coup ma pure option ne m’élevait au-dessus de personne : sans équipement, sans outillage je me suis mis tout entier à l’œuvre pour me sauver tout entier. Si je range l’impossible salut au magasin des accessoires, que reste-t-il ? Tout un homme, fait de tous les hommes et qui les vaut tous et que vaut n’importe qui ». Avouez que ça nous change des pompeux cornichons de plateau de télévision avec leur livre en promotion. Ils sont peu nombreux, ceux qui mettent le savoir au service du contre-pouvoir, Nizan, Chomsky, Bourdieu, et quelques autres. Ceux qui changent le monde ne sont jamais nombreux. Il faut parler ainsi aujourd’hui face cette étouffante médiocratie, devant ces vies humaines asservies et saccagées. Nous arrivons au point insupportable. Alors lutter, oui, se repeindre des ailes, donner un sens plus pur aux mots de la tribu, se repasser Miles et Lhasa, reprendre là où ça a déraillé, faire chauffer les pavés, écouter le vieux Friot et ce fou de Lordon. Oui, on a raison de se révolter, toujours. Et là, c’est maintenant.

D.M.

Bienvenue à la Commune libre de Tolbiac

Bienvenue à la Commune libre de Tolbiac

Frédéric Lordon

Frédéric Lordon

Bernard Friot

Bernard Friot

reportage : Dillah Teibi
mixage : Jérôme Chelius

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Avec le sociologue François Héran qui publie « Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression » (La découverte) Les islamo-gauchistes mangeront-ils nos enfants ? Rencontre avec François Héran (1/2) AbonnésVoir

Le

Suite à l’assassinat de Samuel Paty en octobre 2020, le sociologue et démographe François Héran professeur au Collège de France a adressé une [Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression-C’est la base du livre qu’il publie à la Découverte. >https://www.editionsladecouverte.fr/lettre_aux_professeurs_sur_la_liberte_d_expression-9782348069277] (La Découverte, 2021).Alors que les caricatures qui désacralisent le religieux sont devenues sacrées, il rappelle que la liberté d’expression peut inclure des formes choquantes ou inutilement blessantes et que les caricaturistes a ce sujet, ne sont pas d’accord entre eux sur les limites de leur travail. Il évoque trois dessinateurs de Charlie Hebdo : Charb, Cabu et Pétillon. Dans un débat miné, où le courage de la nuance est plus que rare, ses explications sont essentielles.

Entretien avec le sociologue François Héran (2/2), qui publie « Avec l’immigration. Mesurer, débattre, agir » (La Découverte) Migrants, cadavres en morceaux… AbonnésVoir

Le

Choquant, provoquant, mais réel. Depuis des années, les habitants de Zarzis, sur la côte tunisienne, recueillent comme ils peuvent les corps des migrants noyés en Méditerranée. 20 000 morts depuis 2014. Une forte augmentation suite au Covid. À Zarzis, il faut déjà agrandir le cimetière des 600 tombes de ces soldats inconnus de la guerre économique.

Rencontre avec Caroline Fiat, députée La France Insoumise de Meurthe-et-Moselle. Caroline Fiat : une aide-soignante à l’Assemblée AbonnésVoir

Le

Conviction et sincérité. Voilà ce que les personnages politiques imitent plus ou moins bien. Plus ou moins camelots, plus ou moins malins. Rien de tout ça avec Caroline Fiat. Suffit de la voir à l’Assemblée, quand elle prend la parole, c’est sans les gants. Elle est la première aide-soignante élue députée. Devant la nouvelle vague de la pandémie, elle a décidé de reprendre le boulot au CHU de Nancy tout en assurant son travail de députée. C’est là que nous sommes venus la voir. Mais attention, pas question de faire la vedette...

CHAQUE SAMEDI, LES SEXPLORATEURS (9) | Podcast et belles images Moi j’aime l’amour qui fait mal Accès libreÉcouter

Le

« Fais-moi mal, Johnny, Johnny, Johnny, moi j’aime l’amour qui fait boum ! » Bien sûr, la chanson de Boris Vian était parodique, mais la géniale interprétation de la splendide Magali Noël disait tout autre chose. Sortie en 1956, la chanson fut bien sûr interdite sur la radio nationale, ce qui contribua à son succès. Les infaillibles censeurs avaient immédiatement mesuré la retentissante subversion de cette balade sur la mince frontière entre la douleur et le plaisir. De nos jours, soixante ans plus tard, la ménagère se fait livrer cravache, paire de menottes et plug anal par Amazon. La perversion n’est plus ce qu’elle était, mais le mystère reste entier. Qui aime bien châtie bien. Nos deux « sexploratrices », Anne et Élisa, sont allées voir de plus près.