Décision historique de la Cour de Cassation : on ne perd pas toujours !

Les livreurs à vélo sont des salariés comme les autres ! Abonnés

Le

Dans la série « on ne perd pas toujours », voici une petite victoire qui en annonce de plus grandes : dans un arrêt inédit rendu ce mercredi 28 novembre, la Cour de Cassation, plus haute juridiction du pays, a estimé que les livreurs à vélo des plateformes en ligne relevaient du salariat classique, et pas du statut d’autoentrepreneur !

Pour comprendre le caractère décisif de cet arrêt, il faut en revenir au principe censé sous-tendre ces plateformes : les travailleurs y seraient indépendants, volontaires, non-contraints, et devraient donc exercer leur activité en tant qu’auto-entrepreneur. Pas de lien de subordination direct, ce n’est pas du salariat, on peut donc se contenter de les payer à la tâche – sans cotis’, sans congés, sans droits ! Un retour au 19e siècle dénoncé depuis le début par les travailleurs à bicyclette : le lien de subordination entre eux et les plateformes qui leur fournissent le travail et les contrôlent est tout à fait évident. C’est justement ce que vient de reconnaître la Cour de Cassation, estimant que « l’existence d’un pouvoir de direction et de contrôle de l’exécution de la prestation » caractérise bien « un lien de subordination ». Une décision historique qui va faire jurisprudence, et qui pourrait mettre fin au scandaleux modèle d’exploitation de ces plateformes. Jérôme Pimot, porte-parole du Collectif des Livreurs Autonomes de Paris, était présent hier soir au rassemblement place de la République organisé par François Ruffin : « C’est une première victoire. On s’attaque à des multinationales qui ont des milliards, mais cette décision est la preuve de leur grande fragilité ».

Une nouvelle preuve que la lutte, ça paye !

L’occasion de réécouter ce reportage de Thibaud Cavaillès, qui en janvier 2017 avait testé le boulot pour Là-bas :

Une journée dans la peau d’un livreur à vélo (janvier 2017)

Être payé pour faire du vélo dans Paris, cool, non ? Tu bosses quand tu veux, tu gagnes le fric que tu veux, tu livres des repas, tu fais plaisir aux gens, c’est éco-responsable, ça donne du boulot aux jeunes, vraiment cool. Tellement cool que Thibaut a voulu faire le boulot. Vélo, casque, maillot, le voilà parti, avec ce curieux cube sur le dos, cool ! Euh… vraiment ?

EXTRAIT : Une journée dans la peau d’un livreur à vélo

Programmation musicale :
- Queen : Bicycle Race
- Georgette PLANA : Fais du vélo

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

reportage : Thibaut CAVAILLÈS
réalisation : Alexandre LAMBERT et Sylvain RICHARD

L'équipe de Là-bas attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Sur notre site

À écouter

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Bonjour tout le monde, ce mois-ci, le troisième jeudi du mois tombe le 20 décembre. Nous nous retrouverons à 18h30 au bar du Canigou à Villefranche de Conflent pour fêter les 8 ans du Café Repaire du Conflent. En effet, en décembre 2010, après huit ou dix manifestations sur Perpignan, pour refuser la (...)

Dernières publis

Une sélection :

La Guerre Des Idées, « LE DÉCHAÎNEMENT DU MONDE » : un entretien de Daniel Mermet avec François Cusset François Cusset : l’État brandit la violence pour cacher celle qu’il pratique AbonnésVoir

Le

Génocides, grandes boucheries, hécatombes, le siècle passé fut le plus violent de l’Histoire. Aujourd’hui la violence diminue, c’est ce que nous croyons, c’est ce que nous disent les experts. Pour François Cusset, la violence n’a pas reculé, elle a changé de formes et de logiques. Et la comparaison avec la violence « bien pire jadis » ou la violence « bien pire ailleurs » nous empêche de mesurer celle que le désastre néolibéral nous inflige aujourd’hui.

Les « invididus cagoulés », idiots utiles de Macron ? Une enquête de Dillah Teibi MANIP DE MANIFS ! AbonnésÉcouter

Le

« — L’histoire du flic déguisé en black bloc, vous la connaissez ? Et l’histoire des CRS qui avaient pour consigne de "les laisser casser" ? Si c’est vrai, alors les "individus cagoulés" qui brûlent des McDo seraient des idiots utiles manipulés pour faire diversion ?
— Ça alors, chef, vous croyez ?
— Écoute le reportage de Dillah Teibi, tu vas tout comprendre. »

Un entretien de Daniel Mermet avec Laurence De Cock et Gérard Noiriel Gérard Noiriel : une histoire populaire de la France AbonnésVoir

Le

Rares, très rares sont les intellectuels qui mettent le savoir non pas au service du pouvoir, mais au service du contre-pouvoir. L’historien Gérard Noiriel fait partie de ce courant-là, de ceux qui partagent les armes et les clés pour l’émancipation de tous. Depuis des années, avec notre film sur Howard ZINN, Une Histoire populaire américaine, on nous demande si un tel livre d’histoire existe sur la France. Et bien le voilà !