Décision historique de la Cour de Cassation : on ne perd pas toujours !

Les livreurs à vélo sont des salariés comme les autres ! Abonnés

1

Le

Dans la série « on ne perd pas toujours », voici une petite victoire qui en annonce de plus grandes : dans un arrêt inédit rendu ce mercredi 28 novembre, la Cour de Cassation, plus haute juridiction du pays, a estimé que les livreurs à vélo des plateformes en ligne relevaient du salariat classique, et pas du statut d’autoentrepreneur !

Pour comprendre le caractère décisif de cet arrêt, il faut en revenir au principe censé sous-tendre ces plateformes : les travailleurs y seraient indépendants, volontaires, non-contraints, et devraient donc exercer leur activité en tant qu’auto-entrepreneur. Pas de lien de subordination direct, ce n’est pas du salariat, on peut donc se contenter de les payer à la tâche – sans cotis’, sans congés, sans droits ! Un retour au 19e siècle dénoncé depuis le début par les travailleurs à bicyclette : le lien de subordination entre eux et les plateformes qui leur fournissent le travail et les contrôlent est tout à fait évident. C’est justement ce que vient de reconnaître la Cour de Cassation, estimant que « l’existence d’un pouvoir de direction et de contrôle de l’exécution de la prestation » caractérise bien « un lien de subordination ». Une décision historique qui va faire jurisprudence, et qui pourrait mettre fin au scandaleux modèle d’exploitation de ces plateformes. Jérôme Pimot, porte-parole du Collectif des Livreurs Autonomes de Paris, était présent hier soir au rassemblement place de la République organisé par François Ruffin : « C’est une première victoire. On s’attaque à des multinationales qui ont des milliards, mais cette décision est la preuve de leur grande fragilité ».

Une nouvelle preuve que la lutte, ça paye !

L’occasion de réécouter ce reportage de Thibaud Cavaillès, qui en janvier 2017 avait testé le boulot pour Là-bas :

Une journée dans la peau d’un livreur à vélo (janvier 2017)

Être payé pour faire du vélo dans Paris, cool, non ? Tu bosses quand tu veux, tu gagnes le fric que tu veux, tu livres des repas, tu fais plaisir aux gens, c’est éco-responsable, ça donne du boulot aux jeunes, vraiment cool. Tellement cool que Thibaut a voulu faire le boulot. Vélo, casque, maillot, le voilà parti, avec ce curieux cube sur le dos, cool ! Euh… vraiment ?

Programmation musicale :
 Queen : Bicycle Race
 Georgette PLANA : Fais du vélo

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

« L’inceste, le dire et l’entendre » de Andréa Rawlins, sera diffusé le 26 septembre (Fance 3). Parmi les témoignages, celui de Corinne Masiero. Corinne Masiero et les Vaginites en concert pour Là-bas ! Accès libreVoir

Le

« L’inceste, le dire et l’entendre », le film d’Andrea Rawlins sera diffusé le 26 septembre à 23:10 sur FR3. Parmi les témoignages, celui de Corinne Masiero. Voilà un bon prétexte pour (re)voir la vidéo du concert de CORINNE MASIERO et LES VAGINITES du 28 mars pour la chaude (!) soirée de LÀ-BAS à la Flèche d’or.

Un album en images de la montée au mur des Fédérés Depuis 150 ans, comment a-t-on commémoré la Commune ? Accès libreVoir

Le

Chaque année, au temps des cerises, nous célébrons la Commune de Paris. Chaque époque a sa manière de commémorer : 1936, 1945, 1971, 2021… Des images qui en disent plus sur le présent que sur la Commune elle-même ! Des trotskystes aux libertaires, du communiste Maurice Thorez au socialiste Pierre Mauroy, des survivants des camps nazis aux francs-maçons, de l’Union des femmes françaises à Force ouvrière, voici quelques images au fil du temps pour dire : la Commune n’est pas morte !

Leon Redbone est mort « à 127 ans » Ne parlez pas de moi quand je serai parti Accès libreVoir

Le

Leon Redbone a poussé l’élégance jusqu’à permettre au journaliste du service « nécrologie » de profiter de son week-end. « Please don’t talk about me when I’m gone », avait-il chanté. Crooner anachronique, dandy énigmatique, un look à la Zappa et la moustache de Groucho (qui lui-même affirmait avoir emprunté sa moustache à sa femme de chambre). Impeccable prince sans rire, vendredi, Leon Redbone a fait cet élégant petit salut de la main en effleurant le bord de son panama. Le dernier. N’en parlons plus, donc. Mais écoutons. Leon laisse un merveilleux chef-d’œuvre de musique populaire, originale, belle et drôle. Qui peut résister à son Diddy Wa Diddie, son Shine on harvest moon ou son Champagne Charlie ? Chapeau !