LÀ-BAS Hebdo n°48

49-3 : LES CASSEURS SONT AU POUVOIR Abonnés

1

Le

Boulevard Saint-Germain, mardi 10 mai (photo : Étienne Rouillon)

LÀ-BAS Hebdo #48, SOMMAIRE :

« LE 49-3 EST UNE BRUTALITÉ, LE 49-3 EST UN DÉNI DE DÉMOCRATIE. » Ainsi parlait François Hollande en 2006. Aujourd’hui on voit clairement où est la violence. Celle de la rue ne fait que répondre à celle-ci. Poussé par le Medef, ce gouvernement viole le peuple. En France, les vrais casseurs sont au pouvoir.

- AVEC LES CASSEURS [Reportage Radio : 51’01]

Qui sont ces casseurs toujours vus de loin dans les images médiatiques ? Il est vrai que les journalistes ne sont pas vraiment les bienvenus parmi ces manifestants-là. Sauf LÀ-BAS ! Un reportage de Thibaut CAVAILLÈS avec les "casseurs" en pleine bagarre devant l’Assemblée nationale lors de la manif contre le 49-3.

- Festival de Cannes : Gérard MORDILLAT mord et remet la palme aux meilleures interprétations ministérielles [chronique : 06’26]

- QUAND SAUTERA L’ULTIME VERROU [entretien vidéo avec François CUSSET : 11’43] : « Aucun progrès social dans l’Histoire humaine n’a été obtenu par la discussion. »

LES TROIS TYPES DE VIOLENCE, par Hélder Câmara, archevêque de Recife (1909-1999) :

« Il y a trois sortes de violence. La première, mère de toutes les autres, est la violence institutionnelle, celle qui légalise et perpétue les dominations, les oppressions et les exploitations, celle qui écrase et lamine des millions d’hommes dans ses rouages silencieux et bien huilés.

La seconde est la violence révolutionnaire, qui naît de la volonté d’abolir la première.

La troisième est la violence répressive, qui a pour objet d’étouffer la seconde en se faisant l’auxiliaire et la complice de la première violence, celle qui engendre toutes les autres.

Il n’y a pas de pire hypocrisie de n’appeler violence que la seconde, en feignant d’oublier la première, qui la fait naître, et la troisième qui la tue. »

Archevêque de Recife, surnommé l’évêque des pauvres, Dom Hélder Câmara, mort en 1999, est aujourd’hui en voie de béatification. Proche de l’extrême droite dans sa jeunesse, il devint une des grandes figures de la Théologie de la Libération, combattu par la dictature comme « communiste, corrompu et libertin ». On lui attribue la phrase fameuse : « Si j’aide les pauvres, je suis un saint, si je demande pourquoi ils sont pauvres, je suis un communiste. »


Les différentes séquences de l’émission :

01. Vos messages sur le répondeur
Là-bas si j’y suis


François Cusset en appelait, dans notre dernier LÀ-BAS Hebdo, à des modes d’action directs, collectifs et non-verbaux.

Extrait de notre LÀ-BAS Hebdo n°47 « UN PRINTEMPS LACRYMOGÈNE », avec François CUSSET et Gérard MORDILLAT, à écouter en intégralité en cliquant ici.
EXTRAIT LÀ-BAS Hebdo #47, avec François CUSSET
par Là-bas si j'y suis

Télécharger la vidéo au format .mp3 :

François CUSSET : « Aucun progrès social n’a été obtenu par la discussion »
Là-bas si j’y suis

Merci à François CUSSET.

Programmation musicale :
 Poutrelles Fever : La Valse des CRS
 Annie Cordy : CRS
 La Canaille : Le Soulèvement Aura Lieu

Marie GALL attend vos messages sur le répondeur de Là-bas si j’y suis au 01 85 08 37 37.

reportage : Thibaut CAVAILLÈS
chronique : Gérard MORDILLAT
entretien : Daniel MERMET
réalisation : Grégory SALOMONOVITCH et Guillaume GIRAULT
vidéo : Jeanne LORRAIN et Jonathan DUONG

(Vous pouvez podcaster cette émission en vous rendant dans la rubrique « Mon compte », en haut à droite de cette page.)

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Avec Éric Hazan, qui publie « Le tumulte de Paris » (La Fabrique) Éric Hazan : « Le danger, c’est que la Commune perde son sens révolutionnaire pour devenir une image d’Épinal » AbonnésÉcouter

Le

À Belleville, dans les rues où se tenaient les dernières barricades de la Commune de Paris, l’écrivain et éditeur Éric Hazan rend hommage aux insurgés, et remet les récupérateurs de mémoire à leur place. Cent-cinquantenaire de la Commune oblige, la maire de Paris, Anne Hidalgo, a décidé de commémorer l’événement en grande pompe, à grand renfort de cérémonies officielles, du 18 mars au 28 mai. Le programme a même un nom : « Nous la Commune ! », et il a été vigoureusement dénoncé par les élus de droite au conseil de Paris… « Nous », vraiment ? Il ne faudrait pas que la mémoire de la Commune de Paris, à l’occasion de cet anniversaire, passe pour lisse, neutre, et finalement consensuelle.

Un entretien de Daniel Mermet avec John Shipton, le père de Julian Assange. VIDÉO et radio (PODCAST) LIBÉREZ ASSANGE ! LIBÉREZ PROMÉTHÉE ! La France doit accorder l’asile à Julian Assange AbonnésVoir

Le

La Haute-Cour de Londres a annulé, ce vendredi 10 décembre, une première décision qui empêchait l’extradition de Julian Assange aux États-Unis. La justice britannique devra donc statuer à nouveau sur la requête des États-Unis, qui veulent juger le fondateur de WikiLeaks pour avoir diffusé des documents confidentiels repris par les médias du monde entier. Aux États-Unis, Julian Assange risquerait 175 années de prison. Comment sauver Assange ? Il faut que la France lui accorde l’asile ! C’est ce que réclament beacuoup de ses soutiens, dont son père John Shipton, que nous avons rencontré le mois dernier lors de son passage à Paris.